Jump to content
forum.bjork.fr
syrius78

[article] Ça casse : Björk par Johanna Seban

Recommended Posts

Bourré de mauvaise foi acide ou l’argumentation aiguisée comme un scalpel, un rédacteur des Inrocks démonte chaque semaine un disque ou un artiste que ses collègues adorent. Cette semaine, Johanna Seban s'énerve fort fort fort contre Björk (et son tréma).

 

le 30 avril 2010 Il y a quinze jours, mon collègue Stéphane disait du mal de The XX ici même. Depuis des gens sont venus casser sa maison avec des pierres. Il a reçu des menaces de mort et, sans doute pour la blague, des bons de réduction pour la teinture noir corbeau de chez Schwarzkopf.

 

Il y a une semaine, mon collègue Thomas écrivait que le dernier album de Radiohead l’ennuyait. Il est désormais poursuivi, nuit et jour, par des gens avec un œil à moitié fermé. Il ne peut plus prendre le métro, ni même le bus, et encore moins le vélib, rapport à tous les fans de Thom Yorke qui sont abonnés. Il fait semblant de trouver ça marrant, mais je sais qu’au fond, il a comme qui dirait les chocottes.

 

Toutes ces tentatives d’intimidation ont presque réussi à me dissuader de participer, à mon tour, à l’exercice de mauvaise foi que nous proposons désormais toutes les semaines – ayant déjà, sur ce site, cassé suffisamment de sucre sur le dos d’artistes pour pousser les usines Beghin-Say au dépôt de bilan, je sais mes ennemis internautes à la fois nombreux et sanguinaires. Et puis hier soir j’ai vu une pub pour reporters sans frontières et la liberté de presse, et je me suis dit, nom d’un petit bonhomme en mousse, tu dois écrire la vérité : aussi vrai qu’ "Hakuna Matata" signifie que "tu vivras ta vie", écrire ce que tu penses est ici ta mission.

 

Or ce que je pense, et ce n’est pas parce que sa photo trône au dessus de mon bureau que je vais me taire, c’est que la musique de Björk m’emmerde au plus haut point. Allez-y, sortez les fusils, visez les mollets. Ecouter Björk est pour moi aussi pénible que l’écrire, avec ce tréma un peu chiant au milieu. J’avais, je dois le reconnaître, été plutôt séduite par Debut et Post : ce n’étaient pas les disques de ma vie, mais c’était moderne, curieux, singulier. Mais bon, après Debut et Post, moi, j’aurais bien vu End et on n’en parle plus. Mais non. Le souci, c’est qu’ensuite, Björk a eu la bonne idée d’enfiler un kimono "un peu délire", et d’opter pour la coiffure de Mickey sur la pochette d’Homogenic. Et à partir de là, Björk, son fichu tréma et moi, on a cassé.

 

Tout le monde a beau trouver ça épatant, quand je réécoute cette musique, je ne ressens rien, si ce n’est l’impression d’être bloquée à la fois dans un mauvais restaurant chinois (Joga, parfait pour commander un Bo Bun), et dans les années 90. Ecouter Homogenic en 2010, c’est un peu comme dire "j’ai un ami, il a MTV". Comme dire aussi "et si j’organisais mon anniversaire dans un bar en glace ?" ou demander "t’étais à Tricky mardi dernier ?".

 

En somme, c’est dépassé, c’est froid, ça ne va pas du tout. A l’exception de Bachelorette et Unravel, il y a des chansons ennuyeuses (Pluto, pas dingo du tout), des chansons ennuyeuses (5 Years) et des chansons ennuyeuses (Hunter). Surtout, partout, il y a la voix de Björk, qui ne se pose jamais complètement, qui rappelle des mauvais vendredis soirs passés à regarder des épisodes de Confessions Intimes sur le syndrome de Gilles de la Tourette (All Neon Like).

 

Tout ça ne serait pas tellement agaçant si Björk ne bénéficiait pas en parallèle d’une crédibilité folle, et d’un certain statut d’artiste intouchable. Plus elle met des plumes dans ses cheveux, plus on la trouve géniale. Plus elle utilise des consonnes, plus on dit chapeau (c’est vrai quoi, c’est con les voyelles). Avec l’histoire du nuage, j’ai un peu pensé à elle: je me suis dit qu’elle allait écrire une chanson à partir des cendres. Eyjafjöll, ça pourrait complètement être le successeur de Volta.

 

D’ailleurs, si je prends des risques à réévaluer Homogenic à la baisse, nous sommes nombreux, je crois, à avoir lâché l’affaire, le tréma, les plumes et tout le toutim depuis, exaspérés par les récentes expérimentations sonores, visuelles et artistiques de la demoiselle. Sur Wikipedia par exemple, il est dit de l’album Medulla que c’est "un disque qui ne contient qu'une maigre ossature musicale mais des "r" roulant et modulés interminablement." Outre une ablation de dent de sagesse un lundi de novembre, peut-on, sur terre, envisager une définition plus précise de l’enfer ?

 

source inrock

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si seulement son article était drôle ou bien argumenté... il y aurait des choses à répondre mais là, ça n'en vaut même pas la peine.

 

Si je devais m'amuser à un tel exercice, j'aurai plutôt choisi de sacrifier Debut qui, à mon humble avis, a beaucoup plus mal vieilli... :debut:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si seulement son article était drôle ou bien argumenté... il y aurait des choses à répondre mais là, ça n'en vaut même pas la peine.

 

Perso j'aurai plutôt choisi Debut qui, à mon humble avis, a beaucoup plus mal vieilli... :debut:

 

Carrément d'accord !

 

Sinon ça devient lassant de voir certain journaliste essayer de passer pour le Stéphane Guillon de service !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Johanna Seban s'énerve fort fort fort

 

Ah. Pas vu, le clashage en règle :biggrin:

 

J'ai surtout eu l'impression qu'elle racontait sa vie et celle de ses collègues (qui doivent être les seuls à trouver ça un peu drôle — mais c'est un peu la mode aux Inrocks en ce moment, ça devient même un peu lourd), ça met des plombes à démarrer pour finalement ne pas vraiment démarrer : trois pauvres paragraphes dont un sur la pochette. S'il lui manquait des signes pour terminer son article, elle n'avait qu'à mettre des trémas les uns à la suite des autres, ça aurait eu autant d'intérêt.

 

L'article sur Radiohead était consacré à Hail To The Thief, un peu facile... Je ne vois pas trop l'intérêt de cette nouvelle "rubrique".

Share this post


Link to post
Share on other sites

le passage sur les fans de radiohead avec un œil a moitié fermé qui le poursuivent m'a bien fait rire... mais c'est tout...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quoi l'intérêt de cette rubrique, franchement ? Surtout qu'on sent bien qu'elle a choisi de détruire l'album le plus encensé pour faire sa provoc... Elle aurait parlé de Volta ça aurait quand même plus pertinent, mais moins tapageur, c'est sûr... :closedeyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

.....c’est que la musique de Björk m’emmerde au plus haut point.......

 

je me suis dit la même chose au sujet de cet "article". Il aurait pu être amusant, le problème c'est qu'il a été rédigé sans aucun talent. Quand on pense qu'ils sont payés pour ça :glare:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Eyafjallajökull! espèce d'illétré!! :pirate:

 

Sinon oui, c'est très mal écrit, et diminue encore un peu plus l'interêt des inrockuptibles... c'est du même niveau que l'article sur la pochette de Cocorosie, c'est juste afligeant. Pour faire du cassage en règle, il faut malheureusement un tout petit peu de talent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sinon oui, c'est très mal écrit, et diminue encore un peu plus l'intérêt des inrockuptibles...
:D oui c'est vrai, il y a quelque chose de drôle que les inrockuptibles, un journal prout-prout surévalué, s'en prenne à Björk parce qu'elle est surévalué et expérimentale.

 

D'un sens, cet article est plus honnête que la plupart des critiques. Car le conseil de base pour percer quand on est critique artistique dans un journal, c'est de casser du sucre injustement, car un "non" suscite des réactions et fait parler de vous, tandis qu'un "oui" est consensuel, ne fais pas jaser, en encore moins parler de l'auteur de la critique. La mauvaise fois est affichée.

 

Honnête cette critique, car c'est délibérément de mauvaise fois.

La fille trouve Bachelorette et Unravel bien. Moi quand je trouve déjà 2 chansons qui me plaisent sur un CD de 10 plages, c'est "bingo!", contrat rempli. Elle dit en somme que Homogenic est en deçà de sa super réputation. Forcément quand on a de forte attente il y a plus de chance d'être déçu.

Et de mauvaise fois, car tout le monde sait bien qu"on ne discute pas les goûts et les couleurs", pas la peine alors d'écrire un article simplement pour dire qu'on aime, sans même chercher à dessiner des repères ou des arguments pour tenter d'expliquer plus objectivement pourquoi Björk ne lui plaît pas.

 

Le soucis de ce papier, c'est qu'il est moins bien écrit (le style, l'humour) que la plupart des critiques qu'on peut lire gratuitement sur internet.

 

Et c'est vrai que Medulla et Volta sont pas top, et ne sont pas à la mesure du degré de célébrité qu'on accorde à Björk. Elle a une place à part dans nos cœurs. Mais en comparaison des célébrités très connus dont on entend encore parlé alors qu'elles ne font plus grand chose de bien, il y en a beaucoup beaucoup. Mais je reste content que Björk continue d'essayer et de proposer quelque chose de nouveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.