Jump to content

Peaches - 20 juin au Trianon, tournée anniversaire 2022


sakura-toorop
 Share

Recommended Posts

j'ai vu peaches hier à l'olympia, elle était là, fidèle à son short moulant, et avec: un ananas jeté dans la foule, une perruque blonde, des bananes, 2 danseuses en string, une corde pour s'attacher, etc

c'était vraiment jouissif! je meurs d'impatience de la revoir à bercy

Link to comment
Share on other sites

petites critiques sur la prestation de peaches que l'on m'a envoyé (je ne connais pas les sources et vais me renseigner)

 

"Enorme déception hier soir avec la prestation totalement catastrophique de Peaches en première partie des White Stripes... La dame a basculé de l'autre côté : totalement défoncée, elle a fait une prestation lamentable musicalement et scéniquement, vulgaire et inutile. Nulle, en un mot. Alors qu'on rêvait déjà d'une grande prétesse du queer et de la subversion, on n'a vu hier soir qu'une pauvre obsédée vulgaire, n'arrivant plus à pervertir les clichés "sexes" qu'elle met en scène sans imagination. On espèrait Peaches définitivement émancipée de Gonzales, on l'a redécouvre tout aussi beauf, pipi-caca et hétéro dans sa tête. C'était triste à pleurer. Fuck the pain away ! "

 

sympathique :o

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

12peaches2.jpg

à Dour c'était hot

 

Pour juger de sa prestation ou lui envoyer des mots d'amour, Peaches sera en concert au trabendo le 26 septembre 2003

 

TRABENDO

211 avenue Jean Jaurès

Parc de la Villette

75019 Paris 19

 

voilou

Link to comment
Share on other sites

Guest gognol
12peaches2.jpg

à Dour c'était hot

 

Pour juger de sa prestation ou lui envoyer des mots d'amour, Peaches sera en concert au trabendo le 26 septembre 2003

 

CoOOOooooooooooool Le 26 septembre c'est mon anniv ... Je pouvais pas rêver mieux comme cadeau d'anniversaire qu'une grosse peche dansante dans des collants fluos ...

 

Enfin j'espere que ça sera pas trop chère et que je pourrais la voir pour la xième fois ... Je l'avais découverte avec gonzales sur scene et elle m'avait fait rire avec ses morceaux composés sur son mc 303 ou 808 je sais plus ... On avait réussi à en refaire certains avec un pote peu après !! lol

 

Bref Peaches c'est de la bombe et je f**k les beaufs qui l'ont sifflé le 16 et le 17 juin dernier à Paris et je leurs conseils d'aller voir jonnhy au stade de france et de nous laisser tranquille avec notre peche alcoolisée.

Link to comment
Share on other sites

Bref Peaches c'est de la bombe et je f**k les beaufs qui l'ont sifflé le 16 et le 17 juin dernier à Paris et je leurs conseils d'aller voir jonnhy au stade de france et de nous laisser tranquille avec notre peche alcoolisée.

 

enfin une plaidoirie convaincante pour soutenir peaches x)

I DON'T GIVE A SHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIT ;D

 

cependant, je suis un peu (beaucoup) déçue par "fatherfucker" son dernier album, qui est musicalement (techniquement ?) un clone du premier et démarchartistiquement similaire, peut-être un peu plu cru-violent-corrosif

 

..mais complètement en colère contre le morceau (je n'en ai pas le titre) "i, you, she/he, together, come on baby let's go" au cours duquel elle pulvérise le mythe "queer naturel" dont elle était porteuse en clamant un classique, inutile et plat "j'aime les filles et les garçons, je n'ai pas à faire de choix"...

 

à réécouter, de toutes façons.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

bonsoir

je viens d'ecouter le nouvel album de peaches et je suis trop content il y a tous morceaux qu'on a entendu lors des premieres parties a bercy!

l'album est tout simplement genial , encore mieux que le premier

j'ai reconnu pour l'instant qu'a bercy elle a joué

- i'am the kinda

- i u she (come on baby let's go!!!!!!!!!!!!!!!!)

- tombstone (tout simplement genial!!!) = yeaaah yeaaah yeaahhh (pas le groupe mais le refrain)

- shake yer dix (shake you dick and shake your tits)

rock and roll (differente version que celle sur le 1er album)

 

j'ai pas encore tout telechargé (en advance) mais je suis ravi !

apres une soirée star ac' on pouvait pas rever mieux lol

oh fait j'ai vu que sur souseek ya des petites videos du live en pologne a sopot !

Link to comment
Share on other sites

le nouvel album censuré aux Etats-Unis ?

 

explication dans l'article de rollingstone.com :

 

00332076.jpgIf that artwork doesn't alienate Middle America, the title definitely will. Fatherfucker, Peaches' second album, will be banned from a mainstream retailer near you on September 23rd.

 

"Palatable is not my way," Peaches says. "I'm not one to shy from the controversies of language. You stub your toe and say 'motherfucker,' so why not make it equal? Besides, I like to invent new cliches . . . you know, like 'diddle my skittle,' or 'sweet buns, let me be your gun.'"

 

l'article complet

Link to comment
Share on other sites

je voulais juste un peu développer mon précédent post ; quand je dis n'avoir pas aimé le second album, et en revanche adoré le premier, cela peut paraître un peu paradoxal : je m'explique donc (explication qui pourra en certains points différer du dithyrambe que j'avais écris la concernant au sortir du concert de Bercy qui m'avait complètement éblouie, j'ai entre temps écouté le nouvel album, vu les clips... et un peu réfléchi ;p) mais tout ce que je dis ici n'engage que moi :

 

ce que j'appréciais dans le premier album, et dans tout ce qu'elle avait fait jusqu'à fatherfucker (concerts avec ou sans gonzales, interviews, clips) participait à une même démarche. peaches apparaît comme une artiste à part, pas forcément musicalement -ses beats, rythmes et sons peuvent être trouvés chez d'autres artistes, surtout des artictes kitty yo- mais davantage au niveau du concept : elle jongle entre la parodie et la dénonciation du ridicule ou de l'insuffisance musicale de certains groupes de genre divers (la pop-pouffiasse, le hard-rock gore, les boys/girls bands..), et apparaît ainsi comme un énorme court-circuit à tout cet ensemble de musiques creuses qui misent uniquement sur l'apparence pour acquerir une crédibilité. mais c'est surtout en concert que ce 'concept' révèle toute son ampleur.

 

et cela marche : un article du rolling stones (merci bjon !) explique que certaines des proies visées par peaches (britney, christina et pink en l'occurrence) ont sollicité peaches pour apparaître sur leurs albums ou même pour leur écrire des titres : confère le proverbe anglais, "if you can't beat them, join them". si le public de ces popstars venait à être mis au courant des critiques qu'adresse peaches à la vacuité de leur musique, celà pourrait compromettre leur crédibilité au yeux de certains (je pars du principe que britney et les autres ne sont pas dupes de ce qu'elles emettent, elles sont très probablement au courant que leur musique ne révolutionnera et ne fera jamais avancer quoique ce soit, et connaissent leur public) ; britney et les autres préfèrent donc jouer sur l'autodérision, en prévision.

 

en outre, cela est la conséquence de ce que je viens d'évoquer et se ressent en particulier dans ses clips, peaches apparaît de plus en plus comme une sorte d'icône, de représentante du "queer", d'une nouvelle forme de libération sexuelle où les genres seraient complètement pulvérisés. il n'est ici pas question de "choquer" (comme disait thion, je crois, quelque part sur le forum, "shake your dicks ça ne peut plus choquer personne") mais d'éconduire les tabous, la délicatesse, les pincettes et la pudeur linguistique, pour hurler ce que tout le monde veut entendre et que peu d'artistes se décident à lâcher (peu, parce qu'il y en a, peaches n'a rien inventé, mais elle est la seule -avec son alter-ego gonzales, peut-être- à combiner ceci et ce que j'évoquais plus haut). s'affirmer heurté par ses gestes et paroles devient de la pruderie hors de propos. quitte à tout exagérer, peaches joue avec les extrêmes et les limites, mais toujours avec un sens du second degré débordant.

 

 

 

du moins, c'est ainsi que je voyais les choses... mais fatherfucker me fait revenir sur cette idée avec perplexité ::)

 

 

 

je trouvais toute cette démarche formidable, et très réussie quoiqu'ambitieuse pour un seul album - un premier de surcroît. mais le second album m'apparaît comme un clône du premier, en tous points, aussi bien au niveau musical (rock'n'roll et rockshow en sont le parfait exemple ; je comparais fatherfucker il y a quelques jours avec les deux albums de manu chao, qui lui n'a pas même hésité à reprendre les musiques de certains morceaux et à coller d'autres paroles dessus) que du 'concept', cf les paroles qui n'apportent rien par rapport à teaches of peaches ; les chansons de fatherfucker auraient parfaitement pu figurer sur ce dernier. alors, quoi ? faire deux albums qui, s'ils ne sont pas identiques, sont très semblables, ferait aussi partie de cette démarche ? cela me parait un peu naïf, je crois plutôt que peaches stagne, et que 'fatherfucker' prouve que cette démarche n'est pas vraiment valable ou du moins suffisante pour baser sur celle-ci toute une carrière, ou même seulement deux albums. cela m'a amenée à la revisiter, avec un regard plus critique...

 

qui peaches visait-elle, en "parodiant" des popstars comme britney spears ? que transgresse-t-elle ? les fans de britney spears (oui il y a d'autres popstars mais c'est celle qui m'apparait la plus omnisciente) ont généralement entre 8 et 14 ans, et leur univers musical est plutôt centré musique facile et cucu ; ce n'est, a priori, pas le genre de personnes qui allaient au concert des white stripes ou de björk, dont elle a fait les premières parties. ceux qui pourraient se sentir agressés ou visés par son discours (je considère à la base que l'un des buts de peaches est de montrer au monde la vacuité de la popmusic comercialo-grand public) doivent être ceux qui prennent britney au premier degré : donc, par analogisme, la démarche de peaches vise à faire réfléchir des gamines de 8 ans.

 

 

...arrivée à ce stade, (sans pour autant rejoindre les abrutis de bercy qui huaient et insultaient peaches sans avoir réfléchi un traitre instant, mais uniquement parce qu'ils "avaient payé pour björk, et pas pour cette espèce de nana, alors on ne la respecte pas, en plus qu'est ce qu'elle est vulgos") je préfère cesser là mon décortiquage du cas peaches, j'écouterai probablement autant fatherfucker que the teaches of peaches cette année, en acceptant que peaches ne soit pas le gigantesque bug musical que j'espérais, mais une artiste canado-berlinoise un peu hors-normes que j'acclamerai avec autant d'énergie qu'à bercy au trabendo dans quelques jours :D

 

i don't give a fuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuck !

 

do, qui n'a plus qu'à faire un album ::)

Link to comment
Share on other sites

Guest krevetor
elle jongle entre la parodie et la dénonciation du ridicule ou de l'insuffisance musicale de certains groupes de genre divers

Je ne vois aucun intérêt à s'élever contre une forme de médiocrité aussi évidente. Ca relève d'une démarche artistique(?) non seulement facile, mais aussi complètement ampoulée.

 

(je considère à la base que l'un des buts de peaches est de montrer au monde la vacuité de la popmusic comercialo-grand public)

Le monde n'avait surement pas besoin d'elle pour s'en appercevoir.

Link to comment
Share on other sites

  • aifol changed the title to Peaches - 20 juin au Trianon, tournée anniversaire 2022

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.