Jump to content
forum.bjork.fr
Sign in to follow this  
Francesco

[écologie / économie] le "barrage de l'aluminium"

Recommended Posts

un sujet bien français=on s'occupe toujours des problèmes des autres, et on n'est jamais content, on fait que se plaindre, donner sans arrêt notre avis sur des choses qui ne nous concernent point!!! mais s'il s'agit de signer une petition why not! par contre ecrire une quelconque contestation je ne crois pas que l'avis d'un français aura beaucoup de poids en Islande...alors faites tourner ceci a vos amis islandais (qui sont les PREMIERS concernés!!)

pour le barrage, je ne peux pas parler...primo je ne connais pas l'Islande, deuxio je ne m'y connais pas en barrage et autre problémes et avantages que ça engendrent, tertio je ne suis pas islandais (je pense donc que je n'aurais pas un avis très "saint"...d'ailleurs j'ai l'impression que toutes ces reponses et question sont trop subjectives...il faut être un peu plus objectifs dans ce genre de situation!)

aprés je voudrais ajouter que des "contrées 100% naturel" il en existe de moins en moins...ya plus de population qu'il ya 500 ans (voir même 100ans ou 50ans!), l'evolution géologique ça vous dit quelque chose?!, et puis en Islande il me semble qu'il ya pas mal de volcans et autres "revoltes" de la nature...donc ça m'etonne pas que la nature ne soit pas 100% naturel...d'ailleurs qu'est ce qu'il l'est de nos jours!!?? alors arretons ce "BACK2daRoots" c utopique, depassé et on nous sert toujours les mêmes arguments...!!!! ça devient ridicule....

Alors barrage ou pas de barrage (c'est bien de ça qu'il s'agit non?! :rouge: ) je ne pourrai (et ne veux pas) pas donner mon avis!!!

quant à la chasse à la baleine, elle n'a plus rien à voir avec ce qu'il se passait fin 19e debut 20e...arretez quand même....et svp arretons de comparer des chiffres qui datent de 100ans (voir plus) avec des chiffres qui sont très recent!!! LA POPULATION AUGMENTE!!! avant les gens (enfin surtout dans le "grand Nord") en tuaient pour manger, s'habiller, se chauffaient, se proteger etc. maintenant elle a d'autres fins mais bon, le monde evolue et on n'y peut rien d'ailleurs j'aimerais bien savoir le nombre d'espece disparus de la "surface" de la terre avant le 20e siecle????...car tout le monde semble dire que c'est a cause de la population du siécle passé que toutes les especes ont commencé a deperir....je ne sais pas pourquoi mais en ce moment je me rend compte qu'en fait les gens sont contre le changement et l'evolution des "Choses"!!! il est vrai que tout n'est pas fait pour arranger tout le monde, et d'ailleurs on avantage surtout plus les Riches (les gro$$es fortunes!!) et pas les autres...Mais il en a toujours été ainsi (oui oui je sais je me contredis!) et il en sera toujours ainsi...car le troque n'existe plus et que l'argent lui est TOUJOURS là! les choses changent (en fait pas trop!! je dirais même pas dut tout!) c'est ainsi et on n'y peut rien...enfin si vous avez trouver un autre moyen (me parler d'anarchie ou autre systeme politique svp...dans une société anarchiste je vous signale qu'il ya quand même un chef, que dans une société communiste" tout le monde est l'egal de tout le monde" ,heu sauf les chefs bien sûr!, mais alors bonjour les conditions de vie!!!...)allez C'MON RULE THE WORLD!!!!! FUTUR BELONGS TO US!!!!

 

P.S=ce que je dis n'a jamais aucun sens....mais moi je me comprends...faut dire que c'est pas facile de s'exprimer via un forum...plus facile qu'on se rencontre!!! un diner entre ptits chevaliers de Too-Looze??!! heu les insultes a mon encontre ne me derange pas...au contraire je trouve ça interessant! s'i elles sont constructives et argumentées bien sûr!

Share this post


Link to post
Share on other sites
P.S=ce que je dis n'a jamais aucun sens....mais moi je me comprends...

Mouais effectivement il semble que tu aies engagé un combat contre du vent, depuis le premier message envoyé, il y a eu quelques interventions et tu reprends quelques idées déjà mentionnées précédemment... :sing:

arretez quand même...
etc.

il serait également plus agréable que tu cibles tes reproches

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je veux dire que je ne crois pas que le gouvernement islandais cherche à se stabiliser mais bien plutôt à se développer. Comme tout bon pays capitaliste.

Exactement!

Je prends ma respiration, ça va être long! Après quelques recherches sur les arguments pour, qu'on peut voir sur le site du projet déjà Karahnjukar Hydropower Project, et sur cette présentation powerpoint succincte du projet Présentation part 1 et Partie 2, pour vous résumer l'histoire, les arguments principaux sont au nombre de trois :

- implanter une industrie de large échelle (l'aluminium) qui utiliserait les ressources énergétiques de l'Islande

- inverser les tendances d'exode rural des fjords de l'est

- utiliser les ressources énergétiques des chutes d'eau en Islande de l'est.

On peut aussi voir que les islandais sont majoritairement favorables au projet.

 

Landsvirkjun qui est l'entreprise nationale pourvoyeuse d'énergie en Islande, bah l'EDF islandais en fait, et qui donc s'occupe de la construction de la centrale d'énergie hydroélectrique, déclare que les ressources énergétiques sont largement sous-exploitées en Islande. Des barrages en veux-tu en voilà c'est leur rêve... logique me direz-vous! Enfin bref, il y a déjà deux fonderies d'aluminium dans l'ouest du pays qui sont alimentées par des barrages, et les plans de Landsvirkjun sont de construire assez de barrages pour quintupler la production islandaise d'aluminium afin d'en faire le premier producteur d'aluminium d'Europe de l'Ouest. Mais s'ils seraient les premiers, c'est parce qu'en Europe de l'Ouest, on abandonne progressivement ce genre d'activités peu créatrices de valeur; ce qui crée de la valeur c'est de faire des produits avec l'aluminium, parties de voitures, d'avions, canettes...

 

Après, d'après le gouvernement, le but serait de valoriser la région des fjords de l'est... comme l'a précisé Maille, il y a exode rural. La fonderie d'aluminium de Reyðarfjörður alimentée par le barrage du Kárahnjúkar permettrait la création de près de 750 emplois, ce qui en fait est beaucoup. OK! Mais le problème de cette région n'est pas le chômage, et il faudra même recourir à des travailleurs extérieurs à la région! Le problème de la région est le manque d'activités culturelles, de possibilités au niveau de l'éducation et de débouchés pour les jeunes diplômés notamment les femmes, qui en font une région peu attractive.

 

Alors, est-ce le meilleur moyen de valoriser une région à long terme que de lier son activité à celle d'activités d'industrie lourde, qui sont elles aussi très liées aux cycles économiques. Le prix de l'aluminium ne cesse de baisser, car il y a trop d'offre et il suffit de voir l'historique des régions liées à l'industrie lourde dans le reste de l'Europe pour se rendre compte que le dynamisme économique n'est pas au rendez-vous. Alcoa, la société qui va produire l'aluminium, qui est leader mondial, produit déjà 3 948 000 tonnes/an à travers le monde, dont 445 000 tonnes ne trouvent pas de débouchés!!! Que vont-ils en produire encore davantage?!?! Tout simplement pour remplacer d'anciennes usines trop coûteuses par d'autres comme celle en Islande qui pèseront moins sur leurs bénéfices!

 

Quand les jeunes natifs de la côte est auront le choix entre travailler à l'usine locale ou partir pour Reykjavik travailler dans des industries plus technologiques, dans les services, la pharmaceutique, etc. que vont-ils choisir en majorité? Ne serait-ce pas plus valorisant de développer la région sur le plan éducatif avec des universités, et en y implantant des industries et services plus en adéquation avec l'économie des pays développés du reste de l'Europe de l'ouest? Oui, mais bon les sous arrivent moins vite, la réussite n'est pas visible en quelques mois, c'est chiant, c'est compliqué. Tellement plus pratique de faire un gros projet d'industrie lourde.

 

Par ailleurs, l'acceptation du projet et sa mise en place a souffert de beaucoup d'irrégularités au niveau juridique, ce qui est louche déjà. En plus, le projet d'utiliser la région du Kárahnjúkar comme source d'énergie pour une fonderie a été étudié par diverses entreprises depuis 1975. A chaque fois les entreprises ont fini par se désolidariser du projet, notamment parce que ce n'était pas rentable à long terme pour elles à cause du coût du projet, et des pertes qu'il induirait trop liées au prix de l'aluminium et au cours de la couronne islandaise. Or, le prix de l'alu baisse et la couronne islandaise s'apprécie, ce qui rend d'autant plus difficile le remboursement de la dette contractée à la construction. Landsvirkjun s'en fout parce qu'elle s'est assurée contre les risques de pertes financières de ses clients dans le projet et donc contre les siennes grâce au gouvernement islandais qui subviendrait en cas de perte de Landsvirkjun, donc ils auront leur barrage et leur électricité à vendre de toute manière, et leurs sous à gagner! Ce qui fait que c'est le gouvernement islandais qui va devoir payer pour pallier et donc les Islandais!

 

Bon je deviens trop long, mais c'est parce que les variables qui tournent autour de ce projet sont vraiment trop nombreuses, et je n'ai même pas parlé des problèmes écologiques qu'entraînerait le projet, preuve que combattre le projet n'est pas seulement une lubie d'écologiste. Mais il n'empêche que le barrage créerait quand même des problèmes environnementaux conséquents, et surtout! que la fonderie ne sera pas capable de respecter les niveaux de rejets de polluants acceptés et définis au départ, notamment en matière de santé publique, même selon les critères des Etats-Unis, qui sont parmi les plux laxistes!!!

 

Bon, pour finir, pour ceux que ça intéresse et qui ont le temps, voici le très intéressant rapport sur le projet, d'où j'ai pu tirer la majorité de mes infos, mais il est assez long (14pages) et en anglais. Il est en tt cas très bien documenté et construit, et l'environnement ne concerne qu'environ 4 1/2 pages pour 14 pages de long... Si vous voulez le lire et que vous êtes pressés, vous pouvez lire les pages 1 & 2 et 13 & 14.

Rapport Karahnjukar

En tt cas à la lecture de ce rapport, on se rend compte que le problème est en encore plus important que ce qu'on croit .On ne combat pas ce projet uniquement parce qu'il est mauvais pour l'environnement et les pauv' nanimaux et fleufleurs, mais surtout parce que ce projet est une assez grosse erreur politique et économique qui aurait des incidences écologiques importantes mais aussi économiques!

 

Pour ceux qui ont pu tout lire mon blabla bravo et merci!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest deleted_user25

je trouve ça cool de voir quelqu'un qui s'est vraiment documenté sur le sujet et qui en plus prend la peine de nous faire part de son analyse :)

d'habitude à part aifol qui fait toujours des recherches, personne ne prend cette peine (y compris moi :bouchecousue: )

 

merci pour toutes ces infos (réelles et pas juste un avis en l'air)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mouais effectivement il semble que tu aies engagé un combat contre du vent, depuis le premier message envoyé, il y a eu quelques interventions et tu reprends quelques idées déjà mentionnées précédemment... 

 

ah donc désolé je ne donnerais plus mon "avis"...même si j'ai pas trop l'impression que le sujet est avancé depuis le "premier message envoyé"(sauf 2 ou 3 interventions!)...enfin bon ce n'est que mon impression!!! excusez moi Mlle...je tacherais de donner des arguments n'ayant jamais été cité nulle part! ça risque d'être dur mais promis je vais faire un effort! -_- c'est sûr qu'il est très constructif de faire les pseudos-revolutionnaires-intellos à 2boules...même si j'ai tendance à boire vos propos maille! (il nya que maille qui m'aille!) ainsi que ceux de cedo.kun et Bjarni! qui comme le dit scanlogik semblent fort bien renseignés!!!!!

 

il serait également plus agréable que tu cibles tes reproches

 

non car je ne vise personne en particulier du site (même si une personne l'est je ne citerais pas de nom...on m'a déjà fait le reproche, alors que je ne visais PERSONNE en particulier!)....aprés mes reproches ben cf plus haut! je pense que vous aurez compris, maille, a quoi je fais allusion...si non tant pis! vous semblez intelligente pourtant (je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que vous etes une fille dsl si je me trompe!)

 

un sujet bien français=on s'occupe toujours des problèmes des autres, et on n'est jamais content, on fait que se plaindre, donner sans arrêt notre avis sur des choses qui ne nous concernent point!!!
je pense donc que je n'aurais pas un avis très "saint"...d'ailleurs j'ai l'impression que toutes ces reponses et question sont trop subjectives...il faut être un peu plus objectifs dans ce genre de situation!)
alors arretons ce "BACK2daRoots" c utopique, depassé et on nous sert toujours les mêmes arguments...!!!! ça devient ridicule....(...)
je ne sais pas pourquoi mais en ce moment je me rend compte qu'en fait les gens sont contre le changement et l'evolution des "Choses"!

 

voilà mes reproches sinon!!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest schmi
je ne sais pas pourquoi mais en ce moment je me rend compte qu'en fait les gens sont contre le changement et l'evolution des "Choses"!

 

En l'espèce il convient de se demander si ce changement est bien utile. Oui se projet va vers une évolution, mais n'y a t-il pas d'autre moyen d'évoluer et surtout est il utile d'évoluer? (dans ce domaine j'entend)

Share this post


Link to post
Share on other sites
e ne sais pas pourquoi mais en ce moment je me rend compte qu'en fait les gens sont contre le changement et l'evolution des "Choses"!

l'effet "choristes" UMP :D

 

bon ça va, si on n'a plus le droit de déconner...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Allez vite voir l'Islande avant qu'elle ne soit plus ce qu'elle est...

 

voilà, il se trame ici jour apres jour un désastre irrémédiable.

Bien planqués dans l'Est de l'Islande, dans les grandes étendues sauvages appelée Káranjúka, se construit une industrie, un barrage, ca va faire une grosse mer artificielle et innonder une magnifique partie du globe encore intouchée.

C'est une société d'alluminium qui fait ca, les gouvernement islandais les a soutenu a la base, pour créer de l'emploi et parceque c a la mode de s'ouvrir aux investissements étrangers... et en supplément d'enfoncer bien profond tous les écologistes ou simples amoureux de la planete, ils se foutent bien des droits de l'homme en employant des étrangers dans des salaires de misere et des conditions de vie et de travail très précaire. Creuser le sol islandais sans gants dans les highlands, que de bonheur...

 

 

Pour en savoir plus il y a tout ICI

WWW.SAVINGICELAND.COM

ET EN français ICI

 

karahnjukar25.jpg

 

 

La plupart des islandais ne sont pas dupes même si la désinformation va bon train.

Il y a actuellement quelques courageux qui campent la bas, pour protester pacifiquement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
<span style='font-size:13pt;line-height:100%'>Le "barrage de l'aluminium" divise l'Islande</span>

 

le monde. fr +++ | 29.07.06 |

Gaëlle Dupont

 

Longtemps, les Islandais se sont comportés comme des enfants gâtés de l'environnement. Les 280 000 habitants de cette île plus grande que l'Irlande, dont les paysages glaciaires et volcaniques sont d'une exceptionnelle beauté, ne se souciaient guère, jusqu'à présent, de préserver une nature si imposante que rien ne semblait pouvoir la menacer.

 

Mais, depuis le 22 juillet, un campement de protestation est installé à l'est de l'île, à Karahnjukar, au nord du glacier Vatnajökull. L'objectif des organisateurs : s'opposer à la construction d'un ensemble de barrages destinés à approvisionner en énergie hydroélectrique une fonderie d'aluminium appartenant à la compagnie américaine Alcoa. Et tenter de stopper une série de projets comparables, qui visent à utiliser les rivières glaciaires et les champs géothermiques abondants de l'Islande, afin d'alimenter des multinationales de l'aluminium. La production de ce métal, largement utilisé dans l'industrie aéronautique, le secteur des transports et l'alimentation, est très gourmande en énergie.

 

Le projet de Karahnjukar est largement avancé. Le barrage principal, de près de 200 mètres - ce qui en fera le plus haut d'Europe - sera mis en eau en septembre, et la fonderie devrait entrer en service en 2007. "Cinquante-sept km2 seront inondés, et au total 3 000 km2seront affectés, soit 3 % de l'Islande", affirme Arna Magnusardottir, militante de l'association Saving Iceland.

 

Destruction du paysage, perturbation de la vie animale, disparition de chutes d'eau, altération de la circulation des sédiments dans la rivière sont à prévoir.

 

Le ministère de l'environnement rappelle que plusieurs modifications ont été apportées au projet afin de limiter son impact. "Les constructions seront très visibles, sans aucun doute, mais les conséquences sur l'environnement ne seront pas significatives", affirme Magnus Johannesson, secrétaire général du ministère. Le Parlement a approuvé le projet. Au ministère de l'industrie, Gudjon Gudjonsson, directeur de l'énergie, insiste surtout sur "les conséquences positives pour la population locale". L'usine emploiera 800 personnes. L'un des objectifs du gouvernement islandais est en effet de maintenir des emplois en dehors de la capitale Reykjavik, qui aspire petit à à petit toute la population de l'île.

 

L'autre but est de diversifier une économie centrée sur la pêche. "Nous sommes isolés, mais nous disposons de grandes quantités d'énergie renouvelable. Fournir les grandes compagnies internationales d'aluminium nous permet d'en exporter", explique M. Gudjonsson. Selon l'autorité nationale de l'énergie, qui finance la construction des barrages de Karahnjukar, seul un cinquième du potentiel hydroélectrique et une fraction des ressources géothermiques de l'île sont actuellement utilisés, même si la quasi-totalité de l'électricité et de la chaleur consommées par la population est issue de ces énergies renouvelables.

 

La construction de deux nouvelles fonderies et deux extensions importantes sont inscrites dans un plan de développement. S'il est mené à bien, la capacité de production d'aluminium en Islande passera en 2008 à 765 000 tonnes par an, contre 270 000 en 2005 et 90 000 en 1995. Le prix de vente de l'énergie est gardé secret. Pierre Després, vice-président chargé des affaires publiques d'Alcoa Canada (dont dépendent les unités de production islandaises), précise que les tarifs proposés sont "concurrentiels" sur un marché dominé par des pays émergents d'Amérique latine et d'Asie.

 

Cette opportunité de développement mérite-t-elle, dans un pays où le niveau de vie est très élevé, de sacrifier davantage de paysages ? Le débat fut longtemps confidentiel dans le pays. L'écrivain Andri Magnason a contribué à le faire émerger. Son dernier ouvrage, consacré à cette question, a battu le record des ventes. Selon les sondages, 50 % des Islandais s'opposent désormais à cette politique. "Ce programme n'est pas lié à la croissance normale de notre économie, nous n'en avons pas besoin, affirme Andri Magnason. Nous risquons de basculer dans une fuite en avant : plus nous construirons de barrages, plus nous serons dépendants de cette industrie." La préservation de la nature est d'autre part essentielle pour l'image du pays et le tourisme, argumente-t-il.

 

Le ministère de l'écologie laisse la question en suspens. "Les nouveaux projets sont inscrits dans le plan de développement, mais ils n'ont pas encore été approuvés", rappelle M. Johannesson. La politique de protection de la nature n'est pas oubliée, affirme le responsable, puisque le plus grand parc national d'Europe, qui couvrira 15 % du territoire, est en train d'être créé. Mais un autre débat pointe : la construction de nouvelles usines pourrait remettre en cause les objectifs de l'Islande en terme d'émissions de gaz à effet de serre. Ces questions devraient être au coeur du débat lors des prochaines élections, en 2007.

 

 

lire aussi Protestation contre une destruction massive de l'environnement de l'Islande. +++

Share this post


Link to post
Share on other sites
La production de ce métal, largement utilisé dans l'industrie aéronautique, le secteur des transports et l'alimentation, est très gourmande en énergie.
En effet, pour produire de l'aluminium, on utilise l'electrolyse pour séparer le minerais de la boxite. L'électrolyse implique une quantité gargantuesque d'énergie électrique, c'est pour cela qu'au USA ils ont recours à ce système d'énergie hydroélectrique : une centrale électrique en aval du lieu de production impliquerait une perte d'énergie lors de son transport, donc une perte d'argent.

...

 

Je viens de découvrir le sujet, et j'ai commencé par le dernier message.

 

(voilà comment a évolué mon opinion, en SPOILER parce que le plus intéressant vient après)

ATTENTION SPOILER ! Cliquez ici pour afficher
Au début j'ai été plutôt pour, parce que je trouve dangeureux que l'Icelande aie une économie qui repose uniquement sur la pêche et le tourisme, et que c'est un bon moyen pour disposer d'énergie électrique "propre en surplus".

("propre" parce que mise à part que ça gâche la vue et que ça pourri l'écosystème local, elle ne produit pas de "déchets". Mais "HIC" : c'est quand même 3% de la surface :drop: )

En plus ça allait dans le sens des problèmes de répartition démographique. L'offre d'emploi ainsi que cet excédent d'énergie seraient, j'en ai l'intuition, une impulsion pour tous les icelandais vers un meilleur rayonnement (au niveau du génie intellectuel, culturel, stimulation industrielle sur le plan des produits travaillés).

L'argument décisif reste que le barrage est en bonne partie déjà construit.

 

Les "hics" :

Si à premier abords, je me suis dit que toute l'Icelande sans exception n'avait pas à être une carte postale, on peut rationnellement sacrifier une partie du paysage. Seulement 3%, c'est beaucoup

Une fois les dégats écologiques faits, certes l'énergie est propre, mais il ne faut pas oublier qu'il y aura extraction de l'aluminium in situ, et les rejets de cet industrie.

Et si y'a pas de population près des barrages, il y aura perte d'énergie si on doit l'amener jusqu'au population ou aux autres industries)

 

En voyant une carte d'un site en liens, on se rend compte qu'il s'agit en fait du début d'un phénomène qui vise à systématiser l'utilisation des barrages. Tous les cours d'eau y passe sauf le glacier, :no3: sans trop vérifier, je trouve malsain d'augmenter artificiellement le niveau de tous ces courts d'eau.

 

 

En fait, grâce à Cedo.kun, on trouve la vraie question, celle qui est cachée et qu'il est intelligent de déceller dans les articles de presses : (bravo Cédo ;))

Est-ce que cette industrie de l'aluminium est rentable ?

Les articles nous rapporte la vision idyllique d'une mane : l'aluminium et les fleuves seraient une aubaine. Il dise que le problème qui se pose ce sont les considérations écologiques qui font obstacle à la construction du barrage, alors qu'en réalité, il faudrait d'abord savoir si cet aluminium vaut le coup avant toute considération écologique.

 

Et Cedo de nous dire que :

1) l'alu c'est une matière première, alors que c'est les produits travaillés de l'alu qui rapportent (aéronautique etc...)

2) la situation actuelle est défavorable, car l'offre en alu est déjà nombreuse, que la couronne islandaise rend l'alu moins compétitif

3) si l'alu est rentable, qui nous dit que les bénéfices directs iront aux islandais ? Cedo dit que si le projet boit le bouillon à cause de 1) et 2) c'est l'Etat islandais qui trinque, que les investisseurs sont des étrangers qui compte profiter des avantages des sites islandais pour réduire les coups de production, et qu'il y a déjà eu des irrégularité juridique.

 

Et c'est le 3) qui est le plus préoccupant, il me fait penser à "l'eurotunnel" : c'était un projet qui avait une image merveilleuse (relier 2 pays que la mer sépare), une belle promesse d'avenir, mais à terme tout se casse la gueule. Au final, ce sont les banquiers qui y gagnent, et les actionnaires (les petites gens :D en exagérant) qui payent la dette. Ici les islandais payeraient la débacle, et les investisseurs étrangers seraient saufs.

 

Alors, est-ce que ça valait le coup de tenter l'aventure ?

Edited by Aoh

Share this post


Link to post
Share on other sites

Barrage contre nature

Par Anne-Françoise HIVERT

libération +++ : Mercredi 27 septembre 2006 - 06:00

Islande, envoyée spéciale

 

Construit contre l'avis des écologistes, d'experts et d'une partie de l'opinion, le gigantesque barrage de Kárahnjúkar doit fournir de l'électricité pour le profit exclusif d'une fonderie d'aluminium américaine. Sans parvenir à retenir les habitants.

 

 

Les cars arrivent à 13 heures tapantes à Egilsstadir. Les passagers descendent sur le parking de la station-service, à l'entrée de la ville de 1 500 habitants, située à l'est de l'Islande. La plupart sont des hommes. Ils parlent polonais, chinois ou italien. Ils vont faire un tour à la supérette restée ouverte le dimanche, avant de s'attabler à la cafétéria. Certains profitent d'une éclaircie pour aller siroter un café au soleil, ou manger une glace dehors. Les Islandais sont invisibles, ou presque. Le dimanche, à Egilsstadir, on préfère rester chez soi. «Une de mes amies s'est fait siffler alors qu'elle promenait son chien», s'indigne une habitante. En fin d'après-midi, les visiteurs remontent dans leurs cars. Direction : Kárahnjúkar, à une cinquantaine de kilomètres. Les hommes, presque tous étrangers, travaillent sur le chantier, au nord du glacier de Vatnajökull. L'ouvrage, gigantesque, comprend cinq barrages, dont le plus grand mesure 193 m de haut et 730 de large. D'ici à 2007, les eaux submergeront 57 km2 de terre. Et d'ici à 2009 la centrale électrique disposera d'une capacité de production de 690 MW, soit la moitié de ce que produit actuellement l'Islande. Le tout sera destiné à la fonderie d'aluminium, construite par le géant américain Alcoa, dans le fjord de Reydarfjördur.

 

C'est l'un des projets les plus controversés de l'histoire du pays. Mais aussi le plus gros investissement que n'ait jamais connu l'île. L'équivalent de 20 % du PIB islandais. «Le projet doit redonner vie à l'Est», explique le ministre de l'Industrie, Jón Sigurdsson. La survie de la région a longtemps dépendu de la pêche, mais l'instauration de quotas et l'épuisement des stocks ont frappé de plein fouet l'économie locale. Les pêcheurs ont vendu leur bateau, les conserveries mis la clé sous la porte. Et les habitants ont quitté la région. En dix ans, la population a diminué de 10 %. En 2000, elle ne comptait plus que 12 000 habitants.

 

Sólveig Bergsteinsdóttir, qui gère le centre d'information sur Kárahnjúkar créé par la compagnie d'électricité Landsvirkjun, témoigne : «Ce n'était pas beau à voir. Les villages se vidaient. Les gens étaient déprimés.» Une habitante d'Egilsstadir confirme : «Les jeunes n'avaient plus d'avenir ici. Il fallait qu'ils partent. Leurs parents voulaient les suivre, mais ils ne pouvaient pas : personne n'achetait les maisons à vendre.»

 

Il y a longtemps que l'idée d'exploiter l'énorme potentiel hydraulique de la région avait germé. «A part les poissons, nos rivières et nos sources géothermales sont les seules ressources naturelles dont nous disposons , observe Sigurdur Arnalds, en charge du projet de Kárahnjúkar auprès de la compagnie d'électricité. Nous avons toujours rêvé d'en tirer profit.» Mais l'Islande ne compte que 300 000 habitants et ses plus proches voisins, les Groenlandais et les Ecossais, vivent à 300 et 800 km de là. Alors, fabriquer de l'électricité, soit. Mais pour qui ?

 

Un chantier à marche forcée

 

Au début des années 60, l'île trouve la solution. Elle doit attirer à elle les industries consommatrices d'énergie. Certes, il faudra importer la matière première, et exporter les produits finis. Mais elle propose de vendre son électricité à des prix ultracompétitifs. En 1966, le groupe Alcosuisse se laisse tenter. Il construit une fonderie d'aluminium au sud du pays. En 1965, l'Etat et la commune de Reykjavik créent la compagnie Landsvirkjun. Sa mission : développer le secteur énergétique islandais. Des agences de marketing sont mobilisées, des brochures imprimées... Quarante ans plus tard, l'Islande devient le premier producteur d'aluminium du monde per capita .

 

Dans l'est, les élus sont séduits. Pourquoi n'auraient-ils pas droit à leur fonderie ? Originaire de la région, le ministre des Affaires étrangères en fait une affaire personnelle. Avec le premier ministre de l'époque Davíd Oddsson, Halldór Ásgrímsson sera l'un des principaux avocats de la construction du barrage de Kárahnjúkar et de la fonderie de Reydarfjördur. Peu importe l'opposition des écologistes. Les objections de géologues. La démesure du projet. Les chantiers doivent démarrer, à marche forcée. Sigurdur Arnalds résume : «Le monde a besoin d'aluminium, ne serait-ce que pour construire les avions qui transportent les touristes en Islande. N'est-ce pas mieux pour la planète de le produire avec des énergies renouvelables ici, plutôt qu'avec du charbon ailleurs ?» Les arguments, présentés à Kyoto, font mouche. L'Islande est autorisée à augmenter de 10 % ses émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 1991.

 

La mère de Björk en grève de la faim

 

Les écologistes protestent. «C'est la plus grosse catastrophe naturelle causée par l'homme dans l'histoire au pays», affirme Steingrímur Sigfússon, le leader du parti Gauche verte. En 2004, la mère de la chanteuse Björk mène une grève de la faim de trois semaines pour protester contre le projet, tandis que sa fille dénonce «le sacrifice de la nature au profit du progrès». Le ministre de l'Industrie s'insurge : «Fallait-il que nous rejetions le progrès et que nous continuons à vivre comme des esquimaux pour amuser les riches touristes américains ?»

 

Le poète Andri Magnason évoque, lui, «une nation en état de guerre psychologique». Son dernier livre, intitulé Dreamland ­ a self-help book for a frightened nation («Le pays de rêves. Guide de survie pour une nation effrayée»), s'est vendu à 14 000 exemplaires, un record. Il y dénonce «la propagande qui fait de la beauté de l'Islande l'ennemi du progrès». Le biologiste Gudmundur Pall Olafsson photographie la zone bientôt inondée. Il dit avoir été accusé par les membres du gouvernement de trafiquer ses clichés pour embellir la nature. Le journaliste Omar Ragnarsson, auteur d'un documentaire sur la région, raconte lui aussi : «On a essayé de m'intimider, en menaçant ma femme et mes amis. Soit j'arrêtais de parler de la destruction de la nature, soit j'allais payer très cher.» En 2003, 700 personnes de l'est du pays demandent sa démission ­ mais son employeur de l'époque, une chaîne de télévision, prend sa défense.

 

Plusieurs experts évoquent des pressions. Le géologue Grimur Björnsson, employé par l'Agence nationale de l'énergie, rédige en 2002 un mémo, qui met en garde contre l'instabilité géologique de la région de Kárahnjúkar. Le document est enterré par sa direction. Les députés n'en entendront jamais parler, jusqu'à cet été. Pourtant, la compagnie d'électricité affirme aujourd'hui avoir pris l'étude au sérieux. L'opposition accuse la ministre de l'Industrie de l'époque d'avoir tenté de dissimuler des informations, pour accélérer les travaux. Elle nie.

 

Déjà, en 2001, l'adhésion de l'Agence nationale de planification à l'étude d'impact ne devait être qu'une formalité. L'organisme public avait pourtant émis un avis défavorable au projet, jugeant son impact environnemental «substantiel, irréversible et négatif». Six mois plus tard, la ministre de l'Environnement donne son feu vert, suite à un recours en appel. Pour Steingrímur Sigfússon, c'est bien la preuve qu'il s'agit d'un «joint-venture entre le gouvernement, Landsvirkjun et Alcoa», entre les pouvoirs publics et les industriels.

 

Et de fait les autorités islandaises déroulent le tapis rouge devant le géant américain. Le niveau des prix négocié entre Landsvirkjun et Alcoa est gardé secret. «Mais ils doivent être très bas pour qu'Alcoa décide de fermer deux fonderies aux Etats-Unis et de transférer sa production en Islande», remarque Arni Finnsson, le président de l'Association islandaise de conservation de la nature (Inca). Comme nombre de ses collègues, le professeur d'économie Thórólfur Matthíasson «doute de la profitabilité du projet». D'autant que la main-d'oeuvre islandaise censée accourir pour repeupler cet Est déserté se fait rare. Le groupe italien de BTP Impregilo, qui a décroché le contrat de construction du barrage de Kárahnjúkar, devait embaucher 1 500 ouvriers. Seulement un quart sont Islandais. Beaucoup n'ont pas tenu. «Les logements étaient épouvantables, les salaires bien en dessous de ce que prévoient les accords collectifs et l'ambiance était horrible», affirme le patron du Syndicat des électriciens (RS'), Gudmundur Gunnarsson ­ le père de Björk. Impregilo finit par aller recruter en Chine, où la compagnie a construit l'immense barrage des Trois-Gorges.

 

Désillusions et vies brisées

 

Pour calmer les esprits, Alcoa et Landsvirkjun n'hésitent pas à mettre la main à la poche. De nouvelles routes sont construites. La société américaine perce même un tunnel entre Reydarfjördur et le village voisin, réduisant de moitié la durée du trajet. Elle construit un gymnase, offre des équipements ultramodernes à l'hôpital, finance le voyage scolaire des enfants du coin et un stage de formation de policiers aux Etats-Unis. Certains habitants recommencent à faire des projets. D'autres, en revanche, décrivent désillusions et vies brisées. Le fermier Gudmundur Ármannsson vit à une vingtaine de kilomètres d'Egilsstadir, dans la maison construite par son père. Deux lignes à haute tension traversent désormais la vallée en contrebas. Le projet hydroélectrique a bouleversé la vie de ses voisins. «Le fils du premier devait reprendre la ferme. Il est mort dans un accident sur le barrage. Le second est parti. Il craignait que les lignes électriques nuisent à la santé de ses enfants. Le troisième et le quatrième ont reçu des compensations financières pour les poteaux sur leur terrain. Ils ont vendu leur bétail et l'un d'entre eux sa maison. Enfin, le cinquième a décidé d'aller travailler en ville, où la main-d'oeuvre manquait.»

 

Une fois les travaux finis, d'ici à 2009, Alcoa prévoit d'embaucher plus de 450 personnes. Le groupe a promis de ne recruter que des Islandais. Mais Alfred, qui habite à Neskaupstadur, n'y croit pas : «Dans mon village, Alcoa a proposé aux élèves un stage de formation pour travailler à la fonderie. Seulement deux ont accepté. Ils ont arrêté avant la fin.» Les habitants de Reykjavik viendront-ils s'installer à l'Est, alors que la main-d'oeuvre manque partout ailleurs ?

 

Le projet devait repeupler la région. Selon l'Institut des statistiques, les habitants continuent de partir. «On est en train de tuer la communauté locale», s'insurge Gudmundur Beck. Cet été, ce fermier de Reydarfjördur a bloqué pendant plusieurs heures les travaux de construction de la fonderie, avec un groupe de jeunes activistes venus de toute l'Europe pour protester contre le projet. Alcoa lui réclame 130 000 € de dommages et intérêts. Il parle de partir. «A moins, glisse-t-il, que l'esprit de la sorcière se réveille.» La sorcière ? Selon la légende, c'est elle qui aurait coulé le bateau de pirates venus attaquer le fjord en 1627, et elle encore qui aurait poussé un avion militaire allemand à s'écraser dans les collines en 1941. Récemment, l'église du village d'Eskifjördur est partie en fumée. Le prêtre était un partisan de la fonderie...

 

voir les commentaires sur libération.fr

---------------

 

La construction du barrage (remplissage du lagon) a débuté jeudi 28 septembre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis attéré par ce que j'ai lu sur cet article :snif:. Ces américains auront mis leurs tentacules jusqu'en Islande..

Share this post


Link to post
Share on other sites

La sorcière aurait pas une paire d'aile, une barbe, un turban et une ceinture de dynamite ? :P Au fait, les 20 millions de dollar pour toute information ça marche toujours ?

 

Un vrai mafia la famille de Björk, un syndicaliste, une activiste écolo, une chanteuse internationale...

 

 

Et le petit goût de populisme avec la femme qui se fait sifflé en sortant, tout ces étrangers qui poussent les icelandais à s'enfermer chez eux le dimanche, la délocalisation en Islande, des conditions insoutenables de travail pour un islandais, les libéraux américains qui viennent violer la nature icelandaise, les petites gens qui doivent fuir les pylônes, les élites corrompus... uhm, succulent :drop:

 

Kárahnjúkar Kárahnjúkar Kárahnjúkar :hypo: impossible à retenir, j'oublie tout (essayons : Karambar au Jus de Karambar :unsure: )

 

Je découvre un nouveau point négatif : les 2 usines d'aluminium qui ferment en Amérique.

Le mal est fait, maintenant reste à savoir si l'Icelande saura gérer les avantages financiers et économiques, mieux que la plus petite république du monde, l'île de Nauru.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Une municipalité islandaise s'oppose à un projet d'expansion d'Alcan

 

Les résidants d'une petite municipalité islandaise se sont prononcés contre le projet d'expansion, à un coût de 1,2 milliard $US, d'une fonderie d'aluminium appartenant à Alcan.

L'entreprise montréalaise a dit être à étudier les résultats du vote, en soulignant que le projet a été défait par une majorité très mince. Le week-end dernier, 50,3 % des habitants de Hafnarfjordur, une petite ville de 25 000 personnes au nord de la capitale, Reykjavik, ont rejeté la proposition d'Alcan.

 

La fonderie ISAL emploie 450 personnes et peut actuellement produire 180 000 tonnes par année. Avec le projet d'expansion, sa capacité annuelle passerait à 460 000 tonnes.

 

La défaite pourrait avoir des répercussions graves sur l'économie de l'Islande et sur Alcan, le troisième producteur mondial d'aluminium, qui a indiqué qu'il pourrait maintenant fermer l'usine.

www.corusnouvelles.com+++

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.