Jump to content
forum.bjork.fr
olivier @ ep

Festival - Un Automne "de Glace Et De Feu"

Recommended Posts

Dans quelques semaines (27 septembre-10 octobre), sous le titre évocateur de "Islande de glace et de feu", les Français (et pas seulement les Parisiens, puisque des présentations auront lieu en province : Rennes, Sérignan, La Rochelle, etc), auront droit à la plus grande manifestation culturelle multidisciplinaire jamais réalisée par l'Islande dans notre pays : la "Quinzaine Culturelle islandaise" (formule originale, mais très dense).

 

Entre 100 et 200 artistes, designers, scientifiques, etc, viendront à notre rencontre, et nous présenteront quelques-unes des merveilles de leur pays : celles de la nature dans une grande exposition scientifique ("Islande, terre vivante"), celles de l'art sous tous ses visages : littérature, arts plastiques, théâtre, musique classique, contemporaine, et ce que l'on appelle "musiques nouvelles, et bien d'autres trésors. Ils dialogueront avec des spécialistes français, mais aussi avec le public.

Share this post


Link to post
Share on other sites

QUINZAINE CULTURELLE ISLANDAISE

 

Programmation Publicis Champs Elysées (du 29 septembre au 3 octobre 2003) :

 

Nouveaux titres Longs Métrages :

 

Cold Light, Hilmar Oddsson, 2004

Noi Albinoi, Dagur Kari, 2003

Stormy Weather, Sólveig Anspach, 2003

The Sea, Baltasar Kormákur, 2002

101 Reykjavik, Baltasar Kormákur, 2000

Angels of the Universe, Fridrik Thór Fridriksson, 2000

 

Classique :

 

Children of Nature, Fridrik Thór Fridriksson, 1991

As in Heaven, Kristín Jóhannesdóttir, 1992

Behind Schedule, Gísli Snær Erlingsson, 1995

 

Programme Courts Métrages (94 min) :

 

Slurpinn & Co, Katrín Ólafsdóttir, 1998 (12 min)

Burst, Reynir Lyngdal, 2003 (5 min)

Lost Weekend, Dagur Kári, 1999 (37 min)

Old Spice, Dagur Kári, 1999 (18 min)

Sympathy, Sigrún Hrólfsdóttir, Jóní Jónsdóttir, 2003 (5 min)

The Last Farm in the Valley, Rúnar Rúnarsson, 2004 (17 min)

 

Documentaire :

 

Hlemmur, The Last Stop, Ólafur Sveinsson, 2002

 

 

Programmation Centre Georges Pompidou :

 

Films musicaux :

 

Rock in Reykjavík, Fridrik Thór Fridriksson, 1982

Living Dead Ham, Örn Marinó Arnarson, Thorkell Hardarson, Thorgeir Gudmundsson, 2002

The Screaming Masterpiece, Ari Alexander, Ergis Magnússon, 2004

Share this post


Link to post
Share on other sites

La photographie, l’Islande et la Quinzaine Culturelle

 

L'exposition « Photographes français en Islande », par Aesa Sigurjonsdottir, historienne et critique d’art

 

L'exposition Photographes français en Islande 1845-1900, sera inaugurée le 27 septembre 2004 à Rennes. L’exposition est organisée en collaboration avec le musée de Bretagne dans le cadre de la Quinzaine culturelle d’Islande en France. L’exposition est composée de photographies provenant des grandes collections françaises et Islandaises : Société de Géographie, Bibliothèque nationale de France, Musée national d’Islande, soit 65 clichés originaux.

 

Pourquoi une exposition sur les photographes français en Islande au XIXe

siècle ? Nous le savons, les Français étaient les initiateurs et les propagateurs de la photographie. La découverte fut présentée par Louis Daguerre au cours d'une séance à l'Académie des Sciences, en 1839D date désormais considérée comme marquant le début de la photographie dans le monde.

 

Au départ, la photographie était surtout une affaire scientifique avant de devenir rapidement une affaire commerciale. Une activité pratiquée par des voyageurs et des scientifiques durant les multiples expéditions caractéristiques de l’expansion coloniale. La France s'intéressait à l'Islande bien sûr en raison de la lucrative pêche à la morue, mais également à cause de la possible exploitation de matières premières, en particulier le spath d'Islande, exploitable dans les fjords de l'Est.

 

Le minéralogiste Alfred Des Cloizeaux fut le premier à photographier l’Islande en 1845. Aujourd'hui, son nom n’est cependant familier que des amateurs d'histoire des sciences : scientifique de haut niveau, spécialiste des propriétés optiques des cristaux naturels et artificiels, professeur à L'Ecole normale supérieure (1857), puis au Muséum d'histoire naturelle et à la Sorbonne, membre de l'Académie des sciences et président de l'Académie à partir de 1889.

 

Le but de son voyage était de reprendre les recherches minéralogiques sur les gisements de spath dans l'Est du pays, entreprises une dizaine d’années auparavant par Eugène Robert, le minéralogiste de l’expédition Paul Gaimard.

Il devait également étudier les possibilités d'exploitation de cette matière première, le fameux Spath d’Islande, base de l'industrie optique, en vue de l'exporter vers la France.

 

Aucune source islandaise ne mentionne les activités photographiques de Des Cloizeux. Pourtant, les Islandais et les Danois qu'il fréquentait à Reykjavik l'été 1845 étaient certainement informés du procédé photographique du Daguerre et possédaient des daguerréotypes faits à Copenhague. Deux vues seulement sont conservées au CNAM, Paris.

 

En 1856, un autre Français, Louis Rousseau (1811-74) également rattaché au Muséum d'histoire naturelle vint en Islande afin de documenter le voyage du prince Jérôme Napoléon sur le yacht impérial La Reine Hortense.

 

Le voyage du Prince Jérôme fut un très grand événement. Le prince était le neveu de l’empereur, cousin de Napoléon III et dauphin jusqu'au mois de mars 1856. Jamais l'Islande n’avait reçu un visiteur d’un rang aussi important à une époque ou même le roi du Danemark ne se déplaçait pas dans cette triste colonie.

 

Une seule image est conservée de cette expédition. Il montre une jeune femme portant une version endimanchée de l'habit traditionnel des années 1850 : une large jupe en laine, avec un tablier. La veste est serrée, bordé de velours et elle porte la coiffe traditionnelle. Ce n’est pas un portrait dans le sens habituel, mais une image anthropologique typique pour l’époque.

 

Au XIXe siècle, les images, dessins ou photographies confondus, étaient extrêmement rares en Islande. Certes, quelques Islandais avaient tenté de se lancer dans la profession de photographes, mais ils avaient rapidement dû abandonner leur métier, faute de clients.

 

La société islandaise était à l’époque rurale, et malgré quelques villages côtiers, le nombre des habitants n’était pas suffisant pour faire vivre une activité aussi moderne et citadine que la photographie. C’est finalement en 1866 qu’un photographe islandais Sigfus Eymundsson, réussit à établir un commerce photographique dans la ville de Reykjavik.

 

Trouver des images d’époque, était devenue pour moi un défi. La recherche dans les archives et les collections photographiques en France se releva fructueuse. Images prises par des explorateurs, des scientifiques et des officiers de la Marine sont typiques de cette époque. Le tourisme commençait à se développer à partir de 1860, mais la photographie était jusqu’en 1888 encore une affaire techniquement trop compliquée pour être dominée par le simple voyageur.

 

Toutes les images retrouvées ont cependant un point commun : peu ou pas d'informations précises les accompagnaient. Le seul moyen de recadrer ces images dans leur réalité et de les rendre " lisibles ", était d'interroger les documents relatifs aux voyages des Français en Islande qui étaient très nombreux à cette époque : expéditions gouvernementales, documents de la marine, explorations, comptes rendus, rapports, bulletins des sociétés géographiques et géologiques.

 

Islande en vue. Photographes français en Islande 1845-1900 est publié par JPV Forlag ; Reykjavik 2000. ISBN : 9979-761-00-8.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La préparation de la quinzaine culturelle islandaise en France :

« Islande de glace et de feu » (automne 2004)

 

La France a connu, depuis quelque temps, des « années » ou « saisons », consacrées à tel ou tel pays ami (Algérie, Hongrie, Chine, etc.), et comportant des manifestations principalement artistiques, mais aussi économiques ou scientifiques. L’automne prochain, une nouvelle « formule », celle d’une « quinzaine » consacrée à l’Islande, sera mise en pratique, par décision conjointe des deux gouvernements.

 

Il s’agit, dans ces quelques lignes, de vous donner un peu en détail le contenu des nombreuses présentations et manifestations de la Quinzaine islandaise » : « Islande de glace et de feu « (27 septembre- 10 octobre), certaines présentations durant au-delà de cette date « officielle ». Les participants sont pratiquement « prêts» . Il est évident qu’on a affaire à un programme mûrement élaboré, varié et d’excellente qualité.

 

Le « fleuron » de la Quinzaine est sans conteste l’exposition scientifique (baptisée « Islande, terre vivante »), inaugurée par les « officiels » le 27 septembre au Palais de la Découverte à Paris (qui durera jusqu’au 5 janvier 2005). Il y aura, pendant toute l’exposition, des contributions et des conférences des conseillers des pouvoirs publics et services concernés ; mais également collaboreront d’autres spécialistes qui illustreront mages et représentations de la civilisation islandaise d’hier et de demain... L’exposition a été conçue par l’artiste Arni Pall Johannsson, et sous les autres aspects par Rikhardur Kristjansson, un ingénieur-désigner, Directeur Général de « Linuhonnun » et le géophysicien Arni Trausti Gudmundsson : grâce a leurs efforts, elle marquera par sa frappante originalité, prenant certains « à l’improviste ».

 

Exposés et conférences en liaison avec l’exposition verront la participation des centres scientifiques islandais, notamment de l’Université d’Islande, auxquels se joindront des scientifiques français.

 

Beaucoup d’autres « évènements » sont en préparation. D’abord, le soir de l’inauguration de la Quinzaine, un récital de piano-violoncelle. Bryndis Halla Gylfadottir (violoncelle) et Edda Erlendsdottir (piano) interpréteront des pièces de musique islandaise et étrangère dans la salle de concert du Musée de l’Armée des Invalides et le jour suivant Kristinn Sigmundsson (basse) et Jónas Ingimundarson, à la salle de concert du Châtelet nous offriront des mélodies tirées de poèmes islandais et de Robert Schumann.

Share this post


Link to post
Share on other sites

PROGRAMMATION MUSIQUES ACTUELLES DURANT LA QUINZAINE ISLANDAISE

 

 

- Sigur Ros présente Hrafnagaldur Odins (La magie du corbeau d'Odin) à la Grande Halle de la Vilette les 28 et 29/09.

 

- Bang Gang, Hudson Wayne, Jóhann Jóhannsson, Mugison, Mum au Centre Georges Pompidou les 30/09 et 01/10

 

- Mugison, Apparat Organ Quartet, Einar Örn au Café de la danse le 07/10

Share this post


Link to post
Share on other sites

mince tu as été plus rapide que moi! :mellow:

Un sacré programme en perspective!!! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

rohhh p*****, ouais, c'est le moins que l'on puisse dire !!

bah je crois que pas mal de trucs valent clairement le deplacement !

rien que pour entendre Sigur Rós nous raconter un poeme sous un fond de leur toile planante.... ou pour voir Múm en live...ou pour Einar Örn (qui viens pas souvent dans le coin...) et pis les expos de photos et pis pour revoir l'excellent Noi Albinoi en salle et pis..... rahhh, ça a l'air apetissant tout ça !!!! ^_^

 

merci de prevenir, les gens !! ;)

Edited by Francesco

Share this post


Link to post
Share on other sites
merci de prevenir les filles !! ;)

 

c'est marrant j'aurais plutot pensé qu'Olivier était un " garçon" :blink:

Share this post


Link to post
Share on other sites

un truc à rennes ! waaaa je le crois pas :hypo: !

j'en connais une qui ne va se précipiter chez les auvergnats :P

trop bien, franchement.

Edited by fraise_magique

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je te sens un brin moqueur <_<

Dans tous les cas, les moyens de transport existent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

D'après l'organisation, Björk devrait faire l'ouverture du festival...

 

Pas plus d'infos hélàs !

 

Olivier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

est ce que tu aurais des infos sur la semaine du cinéma concernant les horaires surtout !

dans tous les cas ça promet d'être une super quinzaine pour se donner encore plus l'eau à la bouche avec la culture islandaise!

 

Cvalda

Share this post


Link to post
Share on other sites
L¹ISLANDE FAIT SON CINEMA

 

 

 

Publiciscinémas programmation du mardi 28 septembre au mardi 5 octobre 2004.

 

Mardi 28 :

18365731.jpg

STORMY WEATHER

SOLVEIG ANSPACH 2003 (90mn)

 

 

Mercredi 29:

101.jpg

101 REYKJAVIK

BALTASAR KORMAKUR 2000  (92mn)

 

 

Jeudi 30 :

SD0211.jpg

ANGELS OF THE UNIVERSE

FRIDRIK THOR FRIDRIKSSON 2000  (97mn)

 

 

Vendredi 1 :

afte.jpg

NOI ALBINOI   

DAGUR KARI 2003  (92mn)

 

 

Samedi 2 :

Reykjavik.jpg

ROCK IN REYKJAVIK

FRIDRIK THOR FRIDRIKSSON 1982  (87mn)

 

 

Dimanche 3 :

THE SCREAMING MASTERPIECE

ARI ALEXANDER ­ ERGIS MAGNUSSON 2004  (120mn)

 

 

Lundi 4 :

CHILDREN OF NATURE

FRIDRIK THOR FRIDRIKSSON  1991  (85mn)

 

 

Mardi 5 :

flyer_cold-light_preview_1.jpg

COLD LIGHT

HILMAR ODDSSON 2004 (93mn)

 

 

Tous les jours vers 18h00 : Le programme complet de courts métrages.

 

Slurpinn & Co, Burst, Lost Weekend, Old spice, Sympathy, The Last Farm in the Valley

 

Voici ce qu'a envoyé Jacques Mer aux abonnés de sa newsletter, le document complémentaire qu'il a joint n'etait malheureusement pas lisible...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.