Jump to content
forum.bjork.fr
Sign in to follow this  
yog hurt

littérature islandaise

Recommended Posts

Trois titre incontournables:

(j'ai pas tout fini de lire mais bon...)

Halldor LAXNESS "la cloche d'Islande"

Au début du XVIIIe siècle, l'envoyé du roi du Danemark arrive en Islande pour saisir de la vieille cloche de Thingvellir, symbole national de l'indépendance islandaise, pour en faire des canons. Il est assassiné. Jón Hreggvidsson, un pauvre paysan, présumé assassin, porte plainte contre le magistrat qui l’a condamné à mort. Il est soutenu par Amas Amaeus, le bibliothécaire du roi, mais aussi amant de la belle Snæfrídur, fille du magistrat… Amas n’est autre qu’Arni Magnusson, le sauveteur des anciens manuscrits des sagas, un des héros de l’histoire islandaise.

EINAR MAR GUDMUNSSON "les anges de l'univers"

en gros, c'est l'histoire d'un jeune homme qui devient schizophrène, à l'image de son pays, nation déchirée entre l'individualisme et le besoin de s'allier à l'Europe ou l'Amérique, l'exemple central étant l'entrée de l'Islande dans l'OTAN

(enfin ca c la théorie, moi, je vois plus le rapport à l'individu qu'à celui de la nation, mais il y a moultes allusions culturelles de l'ordre casi de la superstition,des 3 cité, c'est vraiment mon bouquin préféré.

SVAVA JAKOBSDOTTIR "la saga de Gunnlöd"

Parue en 1987, La Saga de Gunnlöd raconte l’histoire d’une jeune Islandaise d’aujourd’hui, arrêtée dans le Musée National du Danemark alors qu’elle volait une urne en or d’une valeur inestimable. La police pense qu’elle est soit folle, soit dangereuse terroriste tandis qu’elle-même clame haut et fort qu’elle doit récupérer son bien de naissance : l’urne en or qui contient l’élixir de poésie dont elle était, elle, Gunnlöd, la gardienne dans les anciens temps jusqu’à ce qu’Odin la lui dérobât.

La narratrice du livre est la mère de la jeune femme qui, d’abord désemparée, va faire le chemin jusqu’à sa fille.

Fidèle à sa réputation d’écrivain réaliste, JakobsdÓttir nous plonge dans l’univers quotidien de la mère – bourgeoise qui va progressivement abandonner ses préjugés et vivre dans l’attente du verdict chez une tenancière de bistrot – tout en nous en maintenant, grâce aux mythes issus de l’Edda, dans une sorte de magie permanente ; de tension aussi : la jeune femme est-elle folle, de cette folie qui bâtit une histoire diablement logique sur un substrat pour le moins douteux, ou bien, est-elle vraiment la déesse Gunnlöd, offensée par Odin et qui peut donc, légitimement, récupérer son bien ?

Œuvre ouverte et multiple s’il en est, La Saga de Gunnlöd peut se lire comme un roman policier, un roman mythique et un roman de la folie ; c’est de ce mélange que naît le trouble persistant du lecteur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est intéressant dans "la cloche d'islande" c'est de voir comment en un temps de famine et de mort, c'est un étranger qui est venu déranger les Islandais (colonisés et plus ou moins soumis) pour mettre de côté un trésor national (qui ne leur sera restitué que bien plus tard d'ailleurs) et de voir comment ils ont bien failli perdre la trace de leur saga, car la transmition orale est fragile quand ceux qui la portent sont fragilisés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

tiens au fait, vous ai-je déjà parlé de drystam-einar vàqu...

 

heu non, pas là quand même, ça devient un peu gros ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce qui est intéressant dans "la cloche d'islande" c'est de voir comment en un temps de famine et de mort, c'est un étranger qui est venu déranger les Islandais (colonisés et plus ou moins soumis) pour mettre de côté un trésor national (qui ne leur sera restitué que bien plus tard d'ailleurs) et de voir comment ils ont bien failli perdre la trace de leur saga, car la transmition orale est fragile quand ceux qui la portent sont fragilisés.

es tu sûr que Arnas Arnaeus soit un étranger? si je me souviens bien il me semble que c'est un Islandais qui s'est expatrié auprès du roi de Danemark pour obtenir les moyens (financiers) de protéger le patrimoine islandais, c'est d'ailleurs pour cela qu'il se trouve parfois confronté au mépris des Danois. Les élites islandaises étudiaient au Danemark et notamment à Copenhague (cf Salka Valka).

Share this post


Link to post
Share on other sites

La dernière fois que j'ai lu un livre islandais c'était à la fête de l'huma. Et ce fût une super agréable surprise.

Non pas le livre dont je ne me souviens d'absolument rien...

C'est juste que quand j'ai tourné la tête, je suis tombé nez à nez avec Amélie Nothomb ! Et c fut terrifiant ...

Moi :Heu ... bonjour

Elle :bonjour ...

Elle avait l'air complêtement terrifiée par les gens c'était terrible de la regarder, mais en même temps, je suis vraiment resté bloqué ! 3 secondes plus tard, je repartai tranquillement.

 

Je veux bien relire un livre islandais n'importe quand si c pour revoir Amélie Nothomb à 1m de moi !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.