Jump to content
forum.bjork.fr
Sign in to follow this  
yog hurt

[Artistes] Olafur Eliasson et Ragna Robertsdottir

Recommended Posts

Guest avitaminose

très belle installation d'Olafur Eliasson à la Tate modern à Londres. Un coucher de soleil dans l'entrée de la tata. C'est magnifique, je n'avais pas vu un truc aussi beau en art depuis longtemps. Il a fait une expo au musée d'art contemporain de la ville de Paris il y a un ou deux ans, et il y a un catalogue en français. Si tu passes par Londres, va à la Tate, ça vaut vraiment le coup.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un article au sujet de cette expo dans courrier international :

 

 

Et la lumière fuse

Depuis quelques semaines, une exposition installée dans le hall qui traverse la Tate Modern fascine le public britannique. Les visiteurs s'allongent à même le sol, envoûtés par la magie d'un immense soleil artificiel.

 

THE DAILY TELEGRAPH

Londres

 

Pour commencer, je me suis promis de résister à la tentation de déverser un torrent de prose et d'emphase à propos du Weather Project, l'installation-exposition de la Tate Modern qui fait sensation à Londres en ce moment. Je pense rester davantage dans l'esprit de l'oeuvre en la décrivant avec un détachement clinique et en espérant que mes paroles traduisent un peu de sa beauté et de sa puissance. Quatrième pièce d'une série commandée pour occuper le vaste espace du Turbine Hall, la galerie de plus de trente mètres de hauteur qui traverse de part en part le musée d'art contemporain londonien, le Weather Project est avant tout une gigantesque illusion d'optique. Le visiteur qui pénètre dans l'édifice se retrouve face à un colossal disque de lumière orangée, suspendu en hauteur à l'extrémité de la salle. Des humidificateurs discrètement installés vaporisent un mélange de sucre et d'eau pour créer une fine brume.

Vue à travers ce doux halo, la lumière de l'immense disque est filtrée et diffusée de manière à lui donner l'incandescence flamboyante d'un soleil couchant. Puis, alors qu'on avance sur la longue rampe d'accès, on s'aperçoit que le plafond tout entier semble recouvert d'un unique et immense miroir. Ainsi, les minuscules poussières d'humanité que nous distinguons loin, très loin au-dessus de nos têtes sont nos propres images. Voilà pour l'illusion. La réalité est qu'Olafur Eliasson, l'auteur de cet incroyable chef-d'oeuvre, a suspendu une lampe semi-circulaire de telle façon que la lumière, reflétée par le miroir, donne l'impression d'un cercle presque parfait. En fait, il n'y a pas un seul miroir au plafond, mais des centaines qui se chevauchent délicatement aux jointures. Ainsi, les bords de la moitié supérieure - et donc illusoire - du disque démesuré semblent légèrement décalés ou inégaux, ce qui renforce le côté irréel, mystérieux de la boule de lumière. Un peu comme le soleil, en somme.

Or ce que l'artiste a initié, le public l'achève lui-même. Car ce sont les visiteurs qui rendent le Weather Project inoubliable. Quel que soit l'endroit où elles se trouvent, les personnes qui se situent dans le Turbine Hall apparaissent comme d'infimes silhouettes noires se détachant sur un fond de lumière orange. Minuscules et dépouillées de leur individualité par l'éclatante luminosité, elles sont comme rapetissées par le spectacle même qu'elles sont venues admirer à la Tate. Paradoxalement, plus notre individualité semble s'évanouir, plus nous sommes conscients que nous partageons une humanité commune, que nous appartenons tous à la même espèce. Devant la beauté cataclysmique du soleil couchant, nous nous rendons compte de notre place insignifiante dans l'infinité du système solaire. Quand j'ai contemplé pour la première fois le Weather Project, j'ai pensé au soleil se levant à travers la brume dans l'un des paysages de Turner. Mais, par un samedi ou un dimanche en fin d'après-midi, quand des centaines de personnes se tiennent là, envoûtées par le disque incandescent, l'oeuvre devient réellement effrayante. Non seulement le public participe à la création d'Eliasson, mais, dans les semaines qui ont suivi l'inauguration de l'exposition, son comportement lui a apporté une nouvelle dimension. Les visiteurs réagissent non seulement au cercle de lumière, mais aussi au miroir placé au-dessus de leur tête. Adultes et enfants s'étendent alors sur le dos, fixant du regard le plafond, agitant fréquemment les bras et les jambes dans un effort aussi pathétique qu'attendrissant pour localiser leurs propres images dans la masse grouillante de formes indifférenciées qui apparaissent au loin. C'est comme si quelque profond instinct nous poussait à agir - lever les mains, croiser et décroiser les jambes, se serrer contre un groupe, former des ombres avec nos voisins - afin de nous assurer de notre présence individuelle dans l'Univers. Au fond, ce formidable artiste est parvenu à nous présenter un miroir et à nous montrer tels que nous sommes.

Richard Dorment

 

Courrier International

20/11/2003, Numero 681

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait, autant pour moi, Olafur Eliasson est parait-il danois...

Ca n'enlève rien à son talent. ;)

Quelqu'un a une photo de son sublime soleil de Londres?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest avitaminose

Tu peux trouver des photos sur le site de la tate

http://www.tate.org.uk/modern/exhibitions/eliasson/

Il est d'origine Islandaise, c'est pour ça qu'il a un nom islandais.

Si tu veux d'autres photos, fais une recherche google, l'installation a été couverte partous les journaux anglais qui ont surement des photos. :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'avais vu ses installations au MAM de paris, il y a un peu plus d'un an et demi... reconstitution d'un paysage volcanique, ambiances claustrophobes, constructions de légo systems, travail sur les déformations de l'image... l'exposition manquait fermement de cohérence mais restait assez impressionnante :o

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest avitaminose

Moi, j'avais trouver ça carrément bien, en particulier, le cylindre avec les murs luminieux qui changeaient de couleur. Cela dit le truc de la tate c'est encore mieux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

coucou les loulous, je viens encore d'en découvrir un, (d'artiste)

 

C'est SIGURDUR ARNI SUGURDSSON

 

Il expose en ce moment à MONTPELLIER à l'école des beaux-arts, donc pour ceux qui sont dans le coin....ca a l'air sympa, on dirait du graphisme, mais en volume...

 

118.jpg117.jpg

 

EXPOSITION SIGURDUR ARNI SIGURDSSON

Tous les Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi

Du 28/02/2004 au 03/04/2004 de 16:00 à 19:00 Entrée: Gratuit   

Cette esposition se déroule à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts 130, rue Yehudi Menuhin à Montpellier.

 

Tél. 04 99 58 32 85

Share this post


Link to post
Share on other sites

OLAFUR ELIASSON fait des siennes à Reykjavik, si certains étaient dans le coin...c'était jusqu'à dimanche, ya quelques photos mais c pas gégé...ICI

 

Quelqu'un en a des mieux?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.