Jump to content
forum.bjork.fr
Riri

Sexisme et langue française : écriture inclusive, accord de proximité, l'académie fr

Recommended Posts

sujet d'origine : Féminisme, sexisme... Vers l'égalité femmes=hommes ?

 

Si l'immense majorité des humains sur terre a fini dans des sociétés patriarcales ce n'est pas parce que les mâles ont décidé a un instant t et en communiquant tous ensemble par SMS de bien pourrir la vie aux femelles en organisant un grand complot ... 
 

Ceci est faux  :) Je me répète mais tant pis, vous aussi. Et me permets donc de vous recommander une nouvelle fois la lecture de l'œuvre d'Éliane Viennot, ou de prendre un moment pour voir cette conférence par exemple 

 

 

À l'initiative de l'historienne féministe Éliane Viennot, une tribune dans Slate : « Nous n'enseignerons plus que "le masculin l'emporte sur le féminin" »

 

http://www.slate.fr/story/153492/manifeste-professeurs-professeures-enseignerons-plus-masculin-emporte-sur-le-feminin

 

 + une pétition adressée au ministre de l'éducation

 

https://www.change.org/p/eliane-viennot-nous-ne-voulons-plus-que-le-masculin-l-emporte-sur-le-féminin

 

+ un article de Slate :  slate.fr choisit l'accord de proximité 

 

http://www.slate.fr/story/153501/ecriture-inclusive-slatefr-sengage-pour-laccord-de-proximite

 

À signer et à faire tourner sur vos réseaux  :nyancat:  

  • I like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

"un article de Slate : slate.fr choisit l'accord de proximité "

 

je ne comprends pas slate. ils passent deux semaines a sortir article sur article teubé sur l'écriture inclusive, et ils font ça maintenant...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est ce qu'il se passe quand on rencontre Éliane Viennot. On allume la lumière.

  • I like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

À l'initiative de l'historienne féministe Éliane Viennot, une tribune dans Slate : « Nous n'enseignerons plus que "le masculin l'emporte sur le féminin" »

 

http://www.slate.fr/story/153492/manifeste-professeurs-professeures-enseignerons-plus-masculin-emporte-sur-le-feminin

 

+ une pétition adressée au ministre de l'éducation

 

https://www.change.org/p/eliane-viennot-nous-ne-voulons-plus-que-le-masculin-l-emporte-sur-le-féminin

 

+ un article de Slate : slate.fr choisit l'accord de proximité

 

http://www.slate.fr/story/153501/ecriture-inclusive-slatefr-sengage-pour-laccord-de-proximite

 

À signer et à faire tourner sur vos réseaux :nyancat:

Tiens, mon post dans le sujet vegan vaut ici aussi :

"quand les vieux cons seront morts, peut-être"

Je rappelle viteuf qu'il a fallu 26 ans entre la présentation de la réforme de l'orthographe de 1990 par l'académie et 2016 pour sa première mise en vigueur à l'école. Et encore, à la sorbonne c'est toujours interdit d'écrire "paraitre" sans accent circonflexe ou "chauvesouris" sans trait d'union. Plus les instituteurs récalcitrants qui refusent d'accorder le "on" en nombre et en genre.

BREF.

La langue française est entre les mains de vieux connards avec une certaine idée du "bon franssé" depuis mi-1800 (ceux qui ont choisi d'écrire nénuphar avec PH au lieu d'un F parce que ça faisait plus docte et moins arabe, même s'ils ont retourné leur veste sur cet exemple précis en 1990 justement). J'ai très très peu d'espoir là dessus. Malgré toute l'estime que j'ai pour Eliane Viennot (qui est tout bonnement fascinante sur chaque sujet qu'elle aborde), la qualité de ses arguments et le nombre impressionnant de signatures.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sûre. Pis il faut garder espoir, vraiment. Dans sa tribune "Débranchons l'académie", dans Libé, Viennot rappelle l'essentiel : l'académie est composée de gens qui n'y connaissent rien. Pas un·e linguiste. Cette académie est parfaitement inutile, ultra-dispendieuse, et elle n'est même pas capable de réaliser ses missions (faire un dico). Il suffirait de renverser la tendance. les grammariens masculinistes et l'académie y sont parvenus au XVIIe. Pas de raison pour que nous n'y parvenions pas.

 

Une émission d'Arrêt sur images éclairante : https://www.arretsurimages.net/emissions/2017-11-03/Ecriture-inclusive-l-Academie-va-contre-la-langue-francaise-id10290

 

Les arguments sur le fait que l'académie va CONTRE la langue française commencent à faire leur chemin. Et le fait que la langue est utilisée comme distinction sociale et instrument politique de domination et de pouvoir aussi. Ne perdons pas espoir, au contraire, ce sont des débats qui commencent vraiment à devenir populaires, c'est le moment de s'accrocher au contraire !

  • I like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les arguments sur le fait que l'académie va CONTRE la langue française commencent à faire leur chemin. Et le fait que la langue est utilisée comme distinction sociale et instrument politique de domination et de pouvoir aussi. Ne perdons pas espoir, au contraire, ce sont des débats qui commencent vraiment à devenir populaires, c'est le moment de s'accrocher au contraire !

Maintenant que tu dis ça, c'est vrai que j'ai du mal à saisir la position de l'académie. Ils oscillent entre une simplification de la langue (la ref 1990) et une préservation un peu poussiéreuse à grands coups de néologismes (mél, bogue).

Share this post


Link to post
Share on other sites

La position de l'académie, c'est garder le pouvoir, et c'est en soi une position très intéressante et à affronter comme telle : c'est de la politique. Ils ne sont pas compétents pour parler de langue française (vraiment, il n'y a pas un linguiste dans cette affaire). Ils font ce pourquoi l'académie a été créée : garder la mainmise sur la langue (de manière symbolique en plus puisqu'ils sont incapables de produire leur dictionnaire, deux en plusieurs siècles si ma mémoire est bonne) (Mais qui a déjà consulté le dictionnaire de l'académie ??). En gros, ils perpétuent le fait que la langue est complexe et se complexifie et que tout le monde ne peut y avoir accès, comme à l'époque de la création de l'université, où les femmes et les juifs n'étaient pas admis·es. Le langage (l'écriture surtout) devait et doit être une affaire de personnes lettrées, ce qu'on appelait la clergie (des mecs blancs catholiques, appelés à de hautes fonctions). Ces gens avaient le temps d'apprendre les subtilités cryptiques mises en place. Pour les autres, la pratique de l'écriture n'est pas indispensable : on continue à discriminer en fonction de si l'on sait écrire ou non (dans l'émission d'asi, il y a un point sur la "faute d'orthographe", au sens moral de faute, on ne dit pas une "erreur d'orthographe"). Le français est à l'origine, comme toute langue romane, une langue très logique : féminin/masculin paritaire, accord de proximité, etc. Tout ceci a été transformé pour indiquer d'une part que le pouvoir est détenu par ceux (et pas celles) qui maîtrisent cette langue (devenue totalement absconse et illogique) et affirmer d'autre part que les personnes n'en ayant pas la maîtrise complète (et c'est rare) ne peuvent pas rivaliser, iels sont excluEs d'office.

 

Si vous n'avez pas accès au site d'Arrêt sur images, je peux envoyer un mp4 de l'émission.

  • I like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

leur position est de toute façon: illégitime, et sans interet  :ange:

 

Non, dans les métiers de l'édition, c'est (hélas) souvent un référent puissant...

 

l'accord de proximité : bon sens.

par contre, pour les enfants, l'écriture inclusive, je peux comprendre que cela complique l'apprentissage.

 

une enseignante pro écriture inclusive :

En revanche, je n’ai jamais employé « les points milieux » avec mes élèves de primaire. Je les utilise dans mes communications avec les parents, mes collègues et ma hiérarchie et cela ne m’a jamais valu de remarques, sinon positives. Puis, si les points choquent certaines personnes ou qu’elles jugent que c’est lourd, au lieu d’écrire « les professeur.e.s », il suffit d’écrire « le corps enseignant ». +++

 

Je ne sais pas quoi en penser. Peut être, que les enfants sachent que c'est possible de le faire, et leur laisser le choix. mais c'est pas dans notre culture de laisser les enseignants libres de faire ce qu'ils veulent. :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, dans les métiers de l'édition, c'est (hélas) souvent un référent puissant...

ca ne la rend pas plus légitime, non? ca montre juste que pour beaucoup de gens (comme moi avant), on suppose :

 

- qu'ils ont une mission pour laquelle ils sont redevables (ils n'ont fait que 9 éditions de leur dictionnaire et une grammaire visiblement très mauvaise : ils ne font pas le travail qui leur est demandé en gros))

- qu'ils sont compétents (ce ne sont pas des linguistes, c'est juste un club de gens qui se valident entre eux... : ils n'ont pas les compétences pour faire le travail qu'on leur demande)

 

tellement puissant qu'en fait on met 30 ans a reagir à leur réforme de 1990?

tout ce merdier est fondamentalement inutile et inefficace, il semblerait..

 

 

il y a clairement un immobilisme de fait, suite à leurs avis "éclairés" mais c'est l'usage qui fait la langue et on fait bien sans eux de toute façon

 

par contre, pour les enfants, l'écriture inclusive, je peux comprendre que cela complique l'apprentissage."

l'écriture inclusive ce n'est pas que les points médians, comme elle le dit. (et puis on apprend bien que "M." et "Mme" ca se dit "monsieur " et "madame" à l'oral, on en fait pas tout un pataquès. Il suffit d'apprendre dès le début que les points ca veut dire "on développe à l'oral"... non?)

 

le point médian c'est une convention d'écriture gain de place , si a gêne (pourquoi pas?) on peut juste ne pas oublier de mettre l'équivalent féminin si besoin, ou utiliser des mots non genrés, comme dans son exemple...

 

 

edit : je n'avais pas vu que riri évoquait les mêmes points que moi plus haut concernant l'académie et son inutilité) , désolé pour le doublon

Share this post


Link to post
Share on other sites

ca ne la rend pas plus légitime, non? (...)

tellement puissant qu'en fait on met 30 ans a reagir à leur réforme de 0990?

Je te parle en pratique... c'est courant qu'on se réfère à leur point de vue : on l'applique ou pas, c'est un autre sujet, ça sert de grande pioche. "voyons voir ce que les vieux croûtons en disent si tu préfères".

 

Nier leur poids, c'est sous-estimer le travail qu'il reste à faire.

il y a clairement un immobilisme suite à leur avis "éclairé" mais c'est l'usage qui fait la langue et on fait bien sans eux.
Parce que tu ne travailles pas dans l'édition !

Share this post


Link to post
Share on other sites

je ne nie pas leur poids (il y a certainement des gens et des institutions qui se réfèrent à eux), je le modère (la langue française évolue sans eux, et y-a t'il besoin de normer la langue par le haut? ). Honnêtement, en pratique, je ne tombe pas couramment sur des gens qui se réfèrent à leur sagesse. Je ne les vois que donner leur avis alors qu'on ne leur demande pas dès qu'on constate une nouveauté de pratique, un nouvel usage, une évolution du sacro saint "Fronçaaaais"

 

Ce que je nie, c'est le l'importance qu'on doit leur donner.

 

le travail qu'il reste à faire, c'est tout simplement

1- de ne plus les écouter,

2- expliquer aux gens pourquoi.

 

Ca ira plus vite que d'essayer des les convaincre eux (ils seront tous morts et remplacés avant qu'on puisse les faire évoluer de toute façon, et leur avis sur l'écriture inclusive en tant que vieux croutons mecs il est clair que ca ne les concerne pas) , et ca me semble quand même plus intéressant de se concentrer sur les actions positives que perdre temps/énergie/foi en l'humanité avec ces gens là. qui ne représentent qu'eux-même.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca ira plus vite que d'essayer de les convaincre eux (ils seront tous morts et remplacés avant qu'on puisse les faire évoluer de toute façon, et leur avis sur l'écriture inclusive en tant que vieux croutons mecs il est clair que ca ne les concerne pas) , et ca me semble quand même plus intéressant de se concentrer sur les actions positives que perdre temps/énergie/foi en l'humanité avec ces gens là. qui ne représentent qu'eux-même.

Je dis seulement que leur point de vue sert de justification à l'immobilisme. Donc oui, une maison d'édition peut faire le choix de passer outre (comme Hatier et son manuel d'histoire géo), mais d'autres vont se planquer derrière leur avis.

 

et regarde le pataquès sur l'accent circonflexe, il y a quelques mois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui, c'est pour ca que plutôt que de les réformer, de les faire évoluer, il y avait mon point :

 

2- expliquer aux gens pourquoi.

ca va etre long , mais c'est pour partir sur de meilleures bases, plutôt que de garder ces gardiens du temple en les faisant changer d'avis.

 

donc continuer à communiquer sur l'inutilité des ces gugusses et continuer à communiquer sur :

- les évolutions possibles de la langue

- les constatations de son évolution de fait (sans y apposer un jugement de valeur quelconque)

 

bref : faire de la liguistique publiquement et médiatiquement , ce qu'ils ne font pas

Share this post


Link to post
Share on other sites

- les évolutions possibles de la langue

Même pas, en fait. Simplement revenir à la langue française. Et ne plus la défigurer joyeusement, ce qu'ils font.

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.