Jump to content
forum.bjork.fr

Verandi

Membres
  • Content Count

    825
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

719 Excellent

5 Followers

About Verandi

  • Rank
    Medúlla

Profile Information

  • Genre
    Non précisé

Björk

  • Favorite LP
    Vespertine
  • My gigs
    30.06.2012 - Les Nuits de Fourvière - Lyon
    20.07.2015 - Les Nuits de Fourvière - Lyon
    03.06.2018 - We Love Green - Vincennes

Recent Profile Visitors

3,749 profile views
  1. Merci d'éclairer ma lanterne !! Tout le long de la chanson je ne faisais que penser à ça :
  2. Pour ma part, c'était un très bon concert ! Troisième fois que je la vois, après deux Nuit de Fourvière, et niveau énergie, générosité et voix y a pas photo : c'est hier que je l'ai vue la plus en forme. Comme le disait @Loutre, je n'ai jamais entendu sa voix aussi claire et juste, et surtout jeune ! Niveau communication aussi, je l'ai sentie plus proche du public que d'habitude (le "ça va?" avant Feature Creatures m'a fait bien rire). J'étais très curieux (et sceptique) à l'idée de voir comment elle allait faire vivre Utopia en live, surtout que j'ai assez peu écouté l'album dans son intégralité tous ces derniers mois. Finalement, pendant le concert cela m'a paru comme une évidence. Tout était très maîtrisé et cohérent. C'est sûrement sa tournée la plus aboutie sur scène en terme de scéno et de mise en espace, et je n'ai pas du tout senti le côté kermesse mais plutôt la volonté d'établir pour chaque chanson des tableaux différents,, sans que ce soit trop chorégraphié et artificiel non plus. Et puis je ne l'ai jamais vu se déplacer autant sur scène, on sentait vraiment une envie d'investir l'espace dans sa totalité. Côté musical, comme tout le monde l'a noté, les basses étaient trop fortes : c'était presque agressif sur Arisen my Senses, et complètement hors de propos sur Blissing Me, mais ça m'a moins dérangé après (j'imagine que mon oreille s'est habituée). Par contre j'en ai bien senti les conséquences tout le reste de la soirée. J'avais tenté de ne pas me faire spoiler, donc Isobel a été la vraie bonne surprise de la setlist. Ravi d'avoir à nouveau entendu PIAM et Wanderlust, qu'elle avait toutes les deux plantée en 2015, et là elles étaient impec (la petite impro sur PIAM m'a pas du tout dérangé, elle a du mal à placer ses aigus manifestement, elle s'adapte). Pour Utopia, j'aurais peut-être enlevé une ou deux chansons de l'album au vue de la durée du concert, mais ça m'a permis d'apprécier certains titres plus dans leur profondeur et leur amplitude. Tabula Rasa était magnifique à la tombée du jour, Sue Me fut la bonne surprise de la soirée alors que je n'aime pas trop cette chanson, et surtout Losss était excellente et explosive, ce qui m'a assuré que c'est l'un des meilleurs titres de l'album. J'aurais préféré Saint à Feature Creatures, mais ça c'est une histoire de goût. Notget était un choix intéressant pour clore le concert, de toute évidence ça reste le titre de Vulnicura qui rentre le plus dans cette tournée, mais j'ai trouvé ça surprenant de laisser le public là-dessus. Contrairement à ce que je pensais, le public n'a pas été relou (du moins là où j'étais) ni trop bruyant, les gens étaient assez silencieux. Par contre il fallait les réveiller, j'avais l'impression d'être le seul à bouger, autour de moi ça dormait. J'imagine que pour tous ceux qui n'ont pas écouté l'album, ça devait faire beaucoup à avaler d'un coup, et Björk n'était pas en reste de ses "kaaAAAAYYYYYltsimennaaaay" qui pourront être facilement moqués. En tout cas, moi qui après le live de Vulnicura pensais presque qu'elle ne voudrait plus tourner, ou qu'elle ne ferait plus que des poignées de concerts épars et intimistes, cela me rend optimiste pour la suite!
  3. Perso je le vois plus comme une vidéo qui vise à installer un univers créatif, une ambiance générale qu'un "behind the scenes" classique, vraiment explicatif avec une narration linéaire du processus de réalisation. Ca ne me dérange pas qu'on reste un peu dans l'abstrait, avec ce côté "fourre-tout". J'imagine que c'est là-dessus qu'ils vont s'aligner pour les prochains épisodes.
  4. L'interview a été (piètrement) traduite en français pour les non-anglophones. Plutôt bien réalisé comme mini-documentaire ! La succession des images façon moodboard fonctionne bien, et a presque réussi à me faire oublier que le clip était franchement décevant... Mais c'est intéressant de voir/entendre Jesse Kanda, je ne crois pas l'avoir jamais entendu s'exprimer sur son travail et sa démarche.
  5. Verandi

    Björk au Primavera Sound 2018

    CE LINE UP !!!
  6. Verandi

    Vidéo pour Arisen My Senses, disponible !

    Je ne suis pas très convaincu par ce clip, pour être honnête même un peu frustré. Déjà, je trouve que l'univers assez sombre et organique de Jesse Kanda ne colle pas trop à Arisen my Senses, si l'esthétique du clip (et de Kanda) me plaît c'est peut-être l'un des titres de l'album où je la vois le moins adéquate. Contrairement aux trois clips précédents d'Utopia, où pour le coup, l'univers visuel et le titre se mariaient très bien à chaque fois selon moi. Le décor du début est cool, après j'y vois vraiment une juxtaposition de l'univers de Björk et de l'univers d'Arca plutôt qu'une rencontre : on ne saisit pas très bien leur lien à tous deux, ni pourquoi Arca est étendu comme ça (surtout que dans ce plan on retrouve vraiment l'esthétique de son album à lui). La scène où Björk "déploie ses ailes", où Arca se prosterne devant elle est belle, mais vraiment courte ; quand on voit l'effort mis dans toute cette mise en scène ça me laisse frustré que ce ne soit pas plus exploité. J'y aurais bien vu une petite chorégraphie, pour développer plus le côté 'parade' comme dit Mansion. La fin en plan serré sur Björk rappelle vraiment Mouth Mantra : c'est beau mais ça fait moins de sens avec ce qui a été amené avant, et ça coupe un peu court à l'histoire qui se développe au début. Au début du clip, je me suis dit "cool, un clip de Björk où il va se passer un truc, où elle n'est pas toute seule, où il y aura une narration un peu, ça faisait longtemps", mais du coup bof bof... Après je trouve quand même ça positif qu'elle intègre Arca dans son clip, j'espère que ce sera le cas dans d'autres vidéos de l'album. Leur relation gagne à être représentée visuellement.
  7. Verandi

    Utopia - Articles et critiques presse

    Le retour des Pompons !
  8. Verandi

    Utopia, vos premières réactions

    J’ai tardé à poster mes premières réactions sur cet album, mais je m’y attelle. Je pense que comme cela a été dit à plusieurs reprises, c’est un album qui s’apprivoise dans le temps et s’appréhende au fil de plusieurs écoutes. Je dois dire que cet album est assez fascinant.
Là où Vulnicura m’avait convaincu immédiatement, m’avait limite fait décrocher une larme à la première écoute de l’enchaînement Black Lake et Family, Utopia est complètement différent. C’est un album dense, très riche, qui s’apprécie par étapes, par parties pour mieux en apprécier l’intégralité (et non d’un bloc comme Vulnicura). Si l’esprit de l’album et les thématiques sont plus légères, l’album ne l’est pas pour autant. Il est optimiste, idéaliste, éthéré, onirique même, mais loin d’être léger. Il m’a fallu un certain temps pour en décortiquer l’ensemble, couches par couches, entre l’écriture (impressionnante!) des flûtes, de la harpe, les nombreuses harmonies vocales, les paroles, et le détail de la production (impressionnante elle aussi). C’est peut-être en effet son disque le moins accessible, mais qui pour autant ne manque pas de cohérence (là où Biophilia, je trouve, en manquait cruellement). Toute l’articulation — des titres aux paroles — fait sens et converge vers l’établissement d’une épopée vers un monde dont c’est elle, et elle seule qui tire les ficelles. C’est pourquoi cet album m’apparaît comme l’un de ses plus personnels, mais l’exprime d’une manière beaucoup moins frontale que Vulnicura. Ici, le pathos, le côté larmoyant laissent place à une expression de ses ambitions, de ses rêves, de ses espoirs, de ses luttes. Je ne m’attendais pas à une formulation aussi directe de ses doutes, de sa sexualité, de son amour, de ses souhaits pour sa fille aussi. En lisant les paroles, j’ai vraiment été pris de court, et dans le bons sens, par ses promesses et ses mots résolument tournés vers l’avenir. Bref, on nous a pas menti sur la brochure, et Vulnicura a définitivement bien préparé le terrain. Concernant les morceaux, je n’en enlèverais pas un. L’ordre fait sens, bien qu’il soit aussi intéressant d’écouter l’album dans le désordre. Body Memory reste pour moi la pièce maîtresse de cet album. Plus je l’écoute, plus je suis bluffé. Elle est d’une richesse d’écriture, d’une complexité mais aussi d’une justesse assez renversantes. Et alors quand les choeurs arrivent au premier plan à 3:02, c’est l’extase - ça a réveillé mes amours Medullesques . 
Losss est géniale, c’est sûrement celle qui met le plus Arca à l’honneur - on y retrouve notamment les samples de son titre Sheep j’ai l’impression. Tabula Rasa m’apparaît comme l’un des titres les plus épurés, et tant mieux, pour mieux faire apparaître la beauté et l’importance de ses paroles. Petit pincement pour Claimstaker aussi, comme une dernière complainte avant l’utopie ; la voix de Björk apparaît dans une intimité et une proximité similaire à certains titres de Selmasongs, tel Scatterheart avec en plus les cordes (comme ça a déjà été dit), et de Vespertine je trouve. Et puis Saint : une merveille. Je ne me remets toujours pas de cette chanson. Définitivement ma préférée de l’album, elle en exprime à la perfection l’essence, tout en abordant quelque chose d’aussi évident que la musique. Ces flûtes et ces superpositions de voix touchent en plein dans le mille. D’ailleurs, de manière plus générale sur tout l’album, j’entends dans les parties des flûtes et de la harpe des échos à la musique classique du début XXe siècle, notamment du Debussy, du Ravel et du Poulenc. Toute cette Utopia est bel et bien une réussite. Je vois un peu l’ensemble de cet album comme une prolongation logique de ce qu’avait annoncé la fin de Family. Le moment où elle passe de la théorie à la pratique, des paroles aux actes, en somme, en dessinant avec autant de richesse et de relief ce "monument of love" dans lequel elle nous invite. J'en rappelle les paroles -- qu'on peut désormais lire comme des oracles : Tout était dit, en fait.
  9. Effectivement, la discussion sur La Dispute m'a prouvé qu'ils sont à peu près tous passés à côté de l'album, voire de Björk en général. Je suis vraiment déçu. Déjà commencer la présentation en axant immédiatement sur sa vie personnelle, en la posant tout de suite en victime "manipulée" par MB qui se serait "servie d'elle" était à la fois totalement réducteur et absolument pas nécessaire compte tenu du temps passé à parler de la musique en elle-même. Parler de Björk et MB en duo, comme un tandem m'a vraiment dérangé : « ce tandem qui a produit des choses magnifiques mais aussi où c’est parti un peu n’importe où " du coup DR9 ils le situent dans quelle catégorie? Je ne vois pas trop, outre cette collaboration, à quoi ils feraient référence. A entendre ça on croirait que Barney a été son manager et son producteur pendant tout le temps où ils ont été ensemble, comme si elle avait vendu son âme au diable. Rien à voir, donc. Cette nécessité de faire une psychologie de Björk pour parler de sa musique est assez insupportable. On peut évoquer sa vie sans être obligé d'en faire une chronique de people et d'établir des liens de cause à effet pour tout. Les commentaires sur l'artwork, je ne m'attarderai pas dessus. « Poupée arty moche » -> ça se passe de commentaires. Bon et puis Arca, évidemment, présenté comme « producteur » et non comme co-producteur, annoncé comme la relève de Mark Bell comme pour asseoir une fois de plus l'idée que ce sont les producteurs qui font des merveilles de la voix de Björk. Arca le "tisseur de matières qui fait passer de l’analogique au numérique » : c'est une jolie expression, et c'est assez vrai en effet, si seulement Björk n'était pas celle qui gérait en priorité son mixage et ses arrangements. Le débat chanson/pas chanson, pop/pas pop, est intéressant mais n'a mené à rien. Qu'est-ce qu'une chanson aujourd'hui? Ils auraient pu creuser ça au lieu d'asséner que Björk n'était plus capable d'en écrire. Et lorsque Laporte dit que Björk préfère « se faire plaisir d’abord à elle avant de penser à l’auditeur », ça me confirme bien qu'on a pas la même conception de la musique. Comme si un·e artiste se devait de remplir un cahier des charges, de cocher des cases pour satisfaire les attentes de son public et privilégier cela dans sa démarche créative. Encore heureux qu'elle puisse chanter ce qui la satisfait ELLE quand il y a son nom dessus! Ils/elles sont d'ailleurs de plus en plus rares à le faire. Finalement, je crois que seule Mathilde Serrell avait l'air d'avoir des commentaires pertinents sur Utopia, dommage qu'ils n'aient pas été plus entendus. Je salue ses références à Debussy et à Miyazaki, que je partage, et regrette qu'elles n'aient pas été plus développées. C'est un pote, je lui en parlerai
  10. Verandi

    Utopia - Vidéo clip, Disponible !

    Ah oui donc l'île d'Utopia c'est Laputa en fait.
  11. Verandi

    Utopia - Articles et critiques presse

    Je suis d'accord, je le trouve assez présomptueux et j'ai toujours l'impression que ses critiques sont dénuées d'une quelconque sensibilité. Ses commentaires sur les paroles de Sue Me, et sur les paroles de Utopia en général, sont vraiment déplacées... 'Fin comme si tout ce qui devait sortir de la bouche de Björk ne devait être que des fleurs et des petits oiseaux quoi. C'est encore elle qui décide de ce qu'elle chante, jusqu'à preuve du contraire, et si elle est énervée où elle a des griefs, c'est bien dans sa musique où elle a carte blanche pour dire ce qu'elle ressent, sans devoir s'excuser de quoi que ce soit... Bref. Il aurait mieux fait de s'abstenir sur ce sujet. Par contre lui aussi interprète Features Creatures comme le fait de recroiser son ex
  12. Verandi

    Courtship

    Très belle traduction @benjicok ! J'ai juste un doute : "I upturned", que tu traduis pas "j'ai dit oui'", il faudrait dire "j'ai ensuite dit oui à un géant aux yeux-verts" non? 'Upturn' c'est un tournant, un retournement de situation, mais dans ce contexte je sais pas trop par quoi on pourrait le traduire. Qu'est-ce qui t'a amené à cette trad?
  13. Verandi

    Utopia - Vidéo clip, Disponible !

    WOW. Pour le coup, c'est exactement l'univers et l'esthétique que j'imaginais quand j'ai écouté l'album. Cela me rappelle un peu les visuels des livrets de Post et Homogenic d'ailleurs. C'est splendide.
  14. Verandi

    Session photo avec Maisie Cousins

    Les photos de ce shooting ne cessent de pleuvoir... et sont toutes plus belles les unes que les autres !
  15. Alors je suis passé chez Fleux' tout à l'heure (j'avais même complètement oublié cette histoire de magazine) et à côté des caisses il y avait ça : Donc le magazine est apparemment bien en édition limitée, et il faut se rendre avant lundi sur la page instagram de Fleux' pour participer au concours : J'ai rarement vu une telle opération de com' pour un magazine...
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.