Jump to content
forum.bjork.fr

mihfolya

Membres
  • Content Count

    222
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

149 Excellent

About mihfolya

  • Rank
    Hunter
  • Birthday 10/07/1984

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Bruxelles
  • Centres d'intérêt
    Théâtre-Danse

Björk

  • My gigs
    2001 - Vespertine Tour - Brussels
    2003 - Greatest Hits Tour - Werchter
    2011 - Biophilia Tour - Manchester
    2013 - Biophilia Tour - Paris

Recent Profile Visitors

2,441 profile views
  1. je te rejoins sur pas mal de points, moi le vilain qui critique sans avoir vécu le concert. pour ma part je ne critiquais pas le concert en lui-même (car effectivement j'y étais pas) et que je suis certain que je vais être subjugué par les nouvelles vidéos, nouveaux instruments et arrangements, et l'acoustique aussi. je parlais du concept du concert lui-même. faut pas y avoir été pour voir qu'il s'agit d'une même forme de concert de björk - avec un soin particulier apporté à la scéno, les costumes, l'acoustique, les vidéos, etc. avec ce qui avait été annoncé, je m'attendais à ce que ce dispositif "traditionnel" (des musiciens face à des spectateurs) soit revisité/repensé. j'en attendais sûrement trop. c'est pas grave. et puis certainement que le caractère immersif de l'expérience sonore et visuelle dépasse largement le cadre frontal du dispositif. par contre, en quoi parler du fait qu'elle ne connaît pas ses paroles, c'est la réduire à un rôle de chanteuse? personne ne la réduit. dans le show, il se trouve qu'elle est chanteuse. exclusivement, d'ailleurs. mais personne ne renie le travail autour j'ai hâte de voir si la setlist va changer
  2. Bon, qui d'autre que moi est (un peu) déçu? Je m'attendais à beaucoup plus qu'une autre forme de concert "traditionnel" de Björk. Formellement je veux dire. J'ai imaginé des trucs beaucoup plus fous avec son annonce "most staged yet". Je crois que je serais subjugué par les nouveaux arrangements, costumes, vidéos, scéno (c'est vachement mieux que la tournée Utopia bien kitsch), mais dans la forme globale, on reste sur un concert comme on a l'habitude (et avec une björk effrayée comme un hamster dès que son prompteur déconne... là aussi j'eus espéré plus de travail...).
  3. est-ce que björk s'est jamais exprimée sur ce film? à l'époque? et maintenant? dans la promo du film restauré ils jouent totalement la carte de la présence de björk ("son premier rôle", "10 ans avant dancer in the dark"). je me demande ce qu'en pense la première concernée
  4. c'est étonnant de tels changements majeurs si peu de temps avant la première... étant moi-même dans le monde du spectacle je trouve ça particulier. changer de metteu.r.se en scène et de scénographe 2 mois avant la première... c'est chaud. je serais curieux de connaître les raisons de ces changements
  5. bah selon ses propres dires, elle ne "mixe" pas, elle fait des playlists qui commencent d'ailleurs à être connues pour leurs grands écarts musicaux... d'ailleurs elle fait bien semblant d'avoir l'air occupée à ses machines je trouve. il faut juste pas que quelqu'un filme de derrière comme sur l'insta de Salo car alors on voit qu'en fait elle zoome, dézoome, rezoome, redézoome sur sa timelime garageband hihihi
  6. peut-être va-t-elle apprendre ses textes par coeur pour l'occasion?
  7. j'ai fait une pause avec utopia, que je viens de réécouter en intégral. et pour ma part, the gate est la meilleure chanson de l'album. la plus audacieuse tout en étant la plus connectée à l'essence de la musique de björk. tout l'album n'est pas au niveau de cette chanson, hélas (mais c'est un bon album). je ne comprends pas que cette chanson ne recueille que trois étoiles par la majorité. la voix de björk y est d'une puissance émotionnelle phénoménale. c'est, pour ma part, l'une des meilleures chansons de sa carrière. j'ai lu récemment que sur utopia, cela fait partie des morceaux où elle n'a fait "que" chanter sur une piste proposée par arca (avec un peu d'edit dit-elle, et l'ajout de flûtes). mais ce qu'elle fait avec le morceau d'arca est fabuleux. les mélodies de flûtes sont splendides et rappellent ses plus grands moments mélodiques. le refrain est d'une simplicité et d'une fragilité qui ne laisse la place qu'à l'expressivité de sa voix, c'est extrêmement audacieux. pas étonnant qu'ils aient mis le paquet sur la prod de la video pour cette chanson. l'excellence du morceau a généré l'excellence du clip. si elle n'obtient pas de MTV video music award avec ça je ne comprends pas.
  8. c'est beaucoup plus intéressant à regarder que la video de jesse kanda...
  9. oui c'est un peu triste à dire mais dans mon souvenir du concert, c'est vraiment LA chanson qui a galvanisé la foule. claimstaker et features creatures ne sont pas en reste non plus
  10. Je parlais bien évidemment de centre plutôt au sens figuré, pas uniquement le centre de la scène avec « poursuite (mon dieu) » ;-) et oui les petits détails autour du show étaient très appréciables effectivement. Un bar efficace où on attend pas trois heures aussi... c’était un lieu très agréable concernant la chorégraphie, Biophilia tour l’était aussi (bien qu’un peu moins qu’ici) ce qui n’empêchait pas la spontanéité. Elle a quasi toujours réussi à ne pas s’emprisonner dans ses contraintes techniques mais là, pour ma part, c’était un peu le cas...
  11. témoignage d’une pote qui l’a vue en concert pour la première fois ce soir, et qui accomplissait un rêve de gamine: elle avait la sensation que tout était très câlé et laissait peu de place pour « l’imprévu ». Je partage son sentiment. Tout manquait de sauvagerie musicale. De joie festive. Bon désolé je fais vraiment le rabat-joie. C’était un show d’une très très grande qualité globalement.
  12. Réaction à chaud C’était mon 5è concert de Björk. Visuellement c’était splendide. Joliment naïf mais vraiment balèze en terme de show. J’ai trouvé le son vraiment mauvais. Sa voix perdue dans les instruments, trop souvent distante derrière plein de reverbs. De là où j’étais ça sonnait souvent comme un concert de flûtes (très à l’avant-plan) avec quelqu’un qui chante dessus. Alors que j’étais juste devant la tour son, les basses écrasaient tout à plein de moments. Losss qui sur album éclate dans l’oreille sonnait plate et molle. Et c’est un peu le sentiment de la globalité du spectacle: je me suis senti peu emmené musicalement. Ça ne décollait jamais vraiment. J’ai senti Björk très en retenue. Le public me semblait terriblement mollasson. Je ne sais pas qui a influencé qui mais de là où j’étais je n’ai jamais eu l’envie d’applaudir. Alors que ce qui se passait sur scène était de très haute qualité, mais jamais de souffle, d’envolée musicale et énergique qui transporte. Le son en est grandement responsable. Mais aussi l’énergie du show. C’était très cérébral. J’ai vu deux shows de Biophilia (Manchester et Paris) et musicalement c’était incomparable. Alors qu’elle chantait les mystères de l’univers. Je compare avec Biophilia car on ne peut plus comparer la Björk 2018 avec celle que j’ai vue en 2003 et 2001, force de la nature, qui emmenait 20.000 personnes (pour Werchter 2003) par sa force physique et vocale. Car à l’époque sa musique, son show, passaient par son corps, sa performance, sa voix. Elle focalisait tout. L’apogée de cette Björk live fut Volta Tour je crois. Avec le désastre vocal qui s’en est suivi. La Björk 2018 (sorry c’est naze cette expression mais tout le monde comprend) s’extrait quelque part du show. Ne prend plus tant le centre. Ce qui sur Biophilia Tour a donné un pur moment de musique, où Björk s’appuyait comme jamais sur ses musiciens. Elle s’est toujours appuyée sur eux avant, mais toujours je trouve dans cette idée d’expérience physique transcendentale qui passait par son corps, central dans le show. Avec Biophia tour, Björk quittait le centre, mettant elle et tout le monde au centre en quelque sorte. En co-existence plutôt qu’en visée vers son corps. Elle voyageait entre ses musiciens, autour de l’espace central, souvent laissé à ses choristes, et offrait un moment musical époustouflant. Ici sur Utopia personne ne prend le centre j’ai l’impression. Sauf Björk parfois mais dans une idée de centre visuel, avec des effets de lumière sur elle ou un promontoire qui tourne. Mais je parle de musique. J’ai eu la sensation de peu de co-existence de musiciens, mais plus de co-dépendance. Ce qui rendait l’ensemble sage, et peu dynamique. Comme si le besoin de respecter l’univers sonore de l’album emprisonnait tout le monde. Les plus beaux moments était ceux où les flûtes et la voix étaient au centre (car enfin un centre apparaissait). Tabula Rasa, Features Creatures, Anchor Song... Le femmes au centre. C’étaient les moments les plus vibrants et les plus empreints de liberté. Cela fait sens avec le propos de l’album. Mais ne ressentir Delago s’amuser qu’à la toute fin, sur Notget, lorsque Björk et ses flûtistes s’en vont et qu’il jamme très légèrement pendant 15 secondes, c’est un peu triste. Sinon Claimstaker en live c’est vraiment bon! Human Behaviour c’était mou et ennuyant, grosse déception sur cette reprise. Wanderlust pas mal mais le beat écrasait tout dans le mix. Je ne l’ai pas trouvée très en forme vocalement. En conclusion: un show visuel époustouflant, mais un voyage musical qui manquait de dynamiques et qui souffrait d’un son assez déplorable. Je pense qu’en salle ça gagnerait énormément.
  13. Bon Klein c’était franchement pas terrible. Performance pas très aboutie. Lanark ça envoie beaucoup plus par contre. C’est vraiment bon. Björk dans 1h.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.