Jump to content

benjicok

Admin
  • Posts

    8,817
  • Joined

  • Last visited

About benjicok

  • Birthday 11/29/1982

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Paris

Björk

  • My gigs
    06.06.1998 - Le Zénith - Paris
    07.06.1998 - Le Zénith - Paris
    18.08.2001 - Grand Rex - Paris
    01.11.2001 - Théâtre des Champs Elysées - Paris
    16.06.2003 - Bercy - Paris
    17.06.2003 - Bercy - Paris
    23.08.2007 - Arènes de Nîmes - Nîmes
    25.06.2008 - Olympia - Paris
    30.06.2012 - Les Nuits de Fourvière - Lyon
    21.02.2012 - Le Cirque en Chantier - Paris
    27.02.2012 - Le Cirque en Chantier - Paris
    08.03.2013 - Zénith - Paris
    20.07.2015 - Les Nuits de Fourvière - Lyon
    03.06.2018 - We love Green - Paris
    24.06.2022 - La Seine Musicale - Paris

Contact

Recent Profile Visitors

23,957 profile views

benjicok's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • Conversation Starter Rare
  • Dedicated
  • Very Popular
  • Reacting Well
  • First Post

Recent Badges

2.8k

Reputation

  1. Oui le sommet des dieux est très cool et le west side story est bon ! la nuée 🥰! Possessor !😍 et matrix 4 est pas parfait mais vraiment j'ai bcp aimé . Lana Wachowski est la meilleure meuf 🥰 . Bon pas assez fou pour mon top 10 mais très envie de le revoir
  2. Même s'il me reste que Matrix Resurrections a voir cette année, je pense que ca ne bougera plus d'ici fin 2021, donc voici mon meilleur de l'année en ciné 1 - Memoria - Apichatpong WEERASETHAKUL - Thaïlande (passe encore au ciné) Une horticultrice écossaise spécialisée dans les orchidées rend visite à sa sœur malade, à Bogota en Colombie. Au cours de son séjour, elle se lie d'amitié avec une archéologue française, en charge du suivi d'un projet de construction, et avec un jeune musicien local. Chaque nuit, elle est dérangée par des détonations de plus en plus fortes qui l'empêchent de dormir… Comme toujours chez Weerasethakul, un film lent, proche de la transe (on peut franchement s'endormir pendant ses films et je ne pense pas que ça soit si grave). mais c'est le premier de ses films pour lequel j'ai vraiment pris un plaisir fou de spectateur. Une expérience de cinéma absolument inoubliable pour moi, qui je pense ne peut être ressenti qu'en salle, dans le noir et le silence absolu. La longue scène en studio d'enregistrement ou Tilda Swinton tente de reconstituer le son qui l'obsède avec un ingénieur du son me reste en tête depuis le visionnage, ainsi que la fin totalement inattendue qui ouvre le film sur des genres cinématographiques qu'on n'anticipait pas. 2- Saint Maud - Rose GLASS - UK (uniquement sorti sur canal plus en france) Maud, infirmière à domicile, s’installe chez Amanda, une célèbre danseuse fragilisée par la maladie qui la maintient cloîtrée dans son immense maison. Amanda est d’abord intriguée par cette étrange jeune femme très croyante, qui la distrait. Maud, elle, est fascinée par sa patiente. Mais les apparences sont trompeuses. Maud, tourmentée par un terrible secret et par les messages qu’elle pense recevoir directement de Dieu, se persuade qu’elle doit accomplir une mission : sauver l’âme d’Amanda. Une jeune en crise mystique, la lumière de la côte sud de l'angleterre, l'angoisse, la beauté 3- The Power of the dog - Jane CAMPION - Nouvelle Zélande (sur Netflix) Les frères Phil et George Burbank sont diamétralement opposés. Lorsque George épouse en secret Rose, une jeune veuve, Phil, ivre de colère, se met en tête d'anéantir celle-ci. Il cherche alors à atteindre Rose en se servant de son fils Peter, garçon sensible et efféminé, comme d'un pion dans sa stratégie sadique et sans merci… Première fois que Benedict Cumberbatch parvient a m'émouvoir et à m'impressionner ! Kirsten Dunst merveilleuse et le petit jeune Kodi Smit-McPhee vraiment un belle découverte. c'est un genre de western tardif (on se trouve dans les années 1920), le film est tourné en nouvelle-zélande pour figurer le Midwest américain ce qui lui donne un visuel assez étrange et saisissant. Très belle étude de personnages, tout en finesse - mots clés : domination, masculinité, désir , répression, tendresse.Très beau retour de Jane Campion au cinéma après son incursion dans le monde des séries 4 - Drive My Car - Ryusuke HAMAGUCHI - Japon (encore au cinéma) Alors qu'il n'arrive toujours pas à se remettre d'un drame personnel, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un festival, à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme réservée qu'on lui a assignée comme chauffeure. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé. Adapté d'une micro nouvelle de Murakami et étendu dans un film de près de 3h, on ne voit pas le temps passer tellement tout est réjouissant et beau là dedans. Des scènes de coulisses théatrales, des confessions dans une voiture, des scènes de repas mises en scènes avec tellement d'inventivité et d'humanité 😍 5 - Spencer - Pablo LARRAÍN - UK, USA (sur Netflix) Le mariage de la princesse Diana et du prince Charles s'est terni depuis longtemps. Bien que les rumeurs de liaisons et de divorce abondent, la paix est ordonnée pour les festivités de Noël au domaine de la reine à Sandringham. Il y a à manger et à boire, à tirer et à chasser. Diana connaît le jeu. Mais cette année, les choses seront bien différentes. Spencer est une illustration de ce qu’il aurait pu se passer pendant ces quelques jours fatidiques. Comme son précédent film sur Jackie Kennedy, on n'est pas dans l'idée d'un biopic, ni dans une quelconque tentative de représenter la réalité, mais c'est une immense réussite là encore. Portrait imaginaire et mental d'une femme qui se délite pendant un week-end de Noel. Terrible mais aussi franchement parfois drôle et peut etre même camp? Kirsten Stewart tente un truc avec son jeu tout sauf naturel qui pour moi fonctionne à fond, mais ca pourrait très bien rebuter, j'en suis conscient. Bande son incroyable de Johnny Greenwood 6 - Dune - Denis VILLENEUVE - USA (toujours au cinéma, L'histoire de Paul Atreides, jeune homme aussi doué que brillant, voué à connaître un destin hors du commun qui le dépasse totalement. Car s'il veut préserver l'avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l'univers – la seule à même de fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l'humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre… Que dire a part que Villeneuve fait du Villeneuve à 100%, que ceux qui le détestent resteront probablement en dehors du film car l’émotion n'affleure que peu. J'ai été complètement soufflé par l'echelle des mondes et des histoires racontées ici, et par le resserrement sur un petit groupe intime de personnages sur la fin. Hâte de voir la fin quand elle sera tournée 7 - Annette - leos Carax - 🇫🇷 France Los Angeles, de nos jours. Henry est un comédien de stand-up à l’humour féroce. Ann, une cantatrice de renommée internationale. Ensemble, sous le feu des projecteurs, ils forment un couple épanoui et glamour. La naissance de leur premier enfant, Annette, une fillette mystérieuse au destin exceptionnel, va bouleverser leur vie. La musique des Sparks, leur esprit complètement fou et unique est au coeur du film. C'est une comédie musicale pas du tout aimable ni confortable, avec de chansons qui à part celle qui ouvre le film ne sont absolument pas pop, des personnages souvent détestables, des choix clivants (les marionnettes) . Leos Carax semble s'approprier le scénario écrit par les Sparks pour gérer sa personnalité ambiguë, ses comportement limites notamment avec sa compagne décédée (Yekaterina Golubeva, à qui Holy Motors etait dédié) et son rapport a sa fille (qui joue comme lui dans le film) et son sentiment d'étre un mauvais père. Je comprends qu'on rejette le film qui semble tout faire pour qu'on se mette a distance et que la personnalité/vie privée de Carax soit un rebutoir, mais j'ai trouvé ca passionnant. 8 - Madres Paralelas - Pedro Almodovar - Espagne (toujours au cinéma) Deux femmes, Janis et Ana, se rencontrent dans une chambre d'hôpital sur le point d’accoucher. Elles sont toutes les deux célibataires et sont tombées enceintes par accident. Janis, d'âge mûr, n'a aucun regret et durant les heures qui précèdent l'accouchement, elle est folle de joie. Ana en revanche, est une adolescente effrayée, pleine de remords et traumatisée. Janis essaie de lui remonter le moral alors qu'elles marchent telles des somnambules dans le couloir de l'hôpital. Les quelques mots qu'elles échangent pendant ces heures vont créer un lien très étroit entre elles, que le hasard se chargera de compliquer d'une manière qui changera leur vie à toutes les deux. Un mélodrame bigger than life, des retournements de situation 100% télénovela, et pourtant les sentiments passent merveilleusement. J'i été pris par le film du début à la fin, même si la jeune actrice qui joue face a Penelope Cruz m'a un peu irrité (Penelope Cruz qui n'est jamais aussi bonne que chez Almodovar, et lui seul semble réussir à obtenir d'elle ces choses là...) A noter que c'est aussi la première fois que Almodovar aborde frontalement les fantômes du franquisme. beaucoup de ruptures de ton qui font malgré tout bloc, et unissent la grand Histoire à la Petite 9 - Petite Maman - Céline Sciamma - France Nelly a huit ans et vient de perdre sa grand-mère. Elle part avec ses parents vider la maison d’enfance de sa mère, Marion. Nelly est heureuse d’explorer cette maison et les bois qui l’entourent où sa mère construisait une cabane. Un matin la tristesse pousse sa mère à partir. C’est là que Nelly rencontre une petite fille dans les bois. Elle construit une cabane, elle a son âge et elle s’appelle Marion. C’est sa petite maman On dirait un petit film mineur fait avec 3 euros et plus réduit en ambitions après un gros succès et un gros investissement personnel sur le Portait de la Jeune fille en feu, mais c'est un film immense, avec des enfants filmés comme pas souvent, le fantastique et le merveilleux qui s'intègrent à un quotidien sublimé, (la photo de Claire Mathon est encore une fois complètement folle, les forêts de Cergy en automne sont si belles) 10 - Moneyboys - C.B.YI - Taiwan, Autriche (vu au festival de films LGBT Chéries-Chéris 2021, sortie début 2022) Pour subvenir aux besoins de sa famille, le jeune Fei, originaire d'un petit village de Chine, se prostitue dans les grandes villes. Formellement toujours inventif et surprenant, beau portrait de personnages, et une évocation de l'exode citadin des populations rurales et des liens qui se maintiennent entre les familles restée sur places et les nouvelles générations et je rajoute en bonus parce que c'est bien sorti en 2021 la série de 5 films : 10 - Small Axe (Mangrove, Lovers Rock, Red White and Blue, Alex Wheatle, Education) - Steve McQUEEN - UK (disponible sur Salto) L'histoire débute dans les années 1960 et raconte des histoires de la communauté antillaise de Londres, confrontée à un environnement souvent hostile. Le premier épisode, Mangrove, est centré sur les Mangrove Nine. Ces neuf activistes noirs britanniques sont jugés pour incitation à l'émeute à la suite de la manifestation du 9 août 1970 contre le ciblage raciste de la police de Notting Hill à l'encontre du restaurant Le Mangrove Le deuxième épisode, Lovers Rock , porte sur la rencontre de deux amants lors d'une house party reaggae dans le Londres de 19804. Il est dédié à « tous les amoureux et rockeurs ». L'épisode Red, White and Blue met en scène John Boyega dans le rôle de Leroy Logan, un officier de la police de Londres qui a fondé la Black Police Association et tenté de réformer la police de l'intérieur. L'épisode Alex Wheatle met en scène Sheyi Cole dans le rôle d'Alex Wheatle, un romancier britannique noir qui a été condamné à une peine d'emprisonnement après le Soulèvement de Brixton en 1981. L'épisode 5, Education , est basé sur des événements réels survenus dans les années 1970, lorsque certains conseils municipaux londoniens ont appliqué une politique officieuse consistant à transférer un nombre disproportionné d'enfants noirs de l'enseignement ordinaire vers des écoles pour les enfants dits « inférieurs à la normale sur le plan éducatif. Cette pratique a été dénoncée par le pédagogue Bernard Coarddans son pamphlet de 1971 intitulé How the West Indian Child is Made Educationally Sub-normal in the British School System. Les 3 premiers films sont parmis les plus belles choses que j'ai vues en 2021 . Les 2 derniers m’ont un peu moins marqué, c'est pourquoi l'ensemble ce n'est pas plus haut dans mon classement
  3. oui la saison 3 s'orientait un peu plus "simple, efficace, pas trop intello et fort en action" au début et je trouvais ça plutôt pas mal mais ça a fini en "simpliste et peu satisfaisant sur le long terme... saison 3 pas très encourageante pour la suite quand même, même si je ne vais surement voir comment la saison 4 commence...
  4. Mais mais je reconnais un membre du forum
  5. Oui les titres sur lesquels elle travaille ont l'air trop bien met elle a finalisé le mix de démon lover après toutes ces années
  6. Effectivement, bcp de chanté-parlé-grogné plus que de chant, les capacités ne sont plus là... on peut le regretter mais il faut l'accepter Mais je suis surpris à ne pas trouver la guitare insupportable. Deux écoutes pour l'instant, une de plus que ce que je prévoyais vu les collaborateurs et l'état d'esprit dans lequel je suis vis à vis d'elle en 2020. Je ne pense pas que ca soit un de ses grands albums mais y'a des choses intéressantes. Haute Sécurité, sur l'air de Rififi notamment. d'autres choses que je trouve vraiment sans interet (blues kenavo?) Deux reprises sur l'album, les beaux animaux et ragilia. Pourquoi refaire ragilia en 2020, avec un arrangement plat et une voix incapable de la chanter avec la rage soutenue de 1974 ? (enfin si, je vois le pourquoi, mais le résultat est vraiment pas intéressant je trouve. pour rappel l'originale ...
  7. Idem. Le changement de showrunner s'est quand meme sacrément fait sentir
  8. Série qui bien entendu n'a pas été renouvellée
  9. Mon top 2019 01 - Watchmen (HBO) - Saison 1 02 - Fleabag (BBC/Amazon Prime)- Saison 2 03 - Chernobyl (HBO) - Saison 1 04 - Legion (FX) - Saison 3 05 - Years and years (BBC) - Saison 1 06 - Barry (HBO) - Saison 2 07 - Veep (HBO) - Saison 7 08 - Mindhunter - Saison 2 09 - Pose (FX) - Saison 2 10 - On Becoming a god in Central Florida (Showtime) - Saison 1 11 - The Mandalorian (Disney+) - Saison 1 12 - His Dark Materials (BBC) - Saison 1 13 - Unbelieveable (Netflix) - Saison 1 14 - Ramy (Hulu) - Saison 1 15 - Undone (Amazon Prime) - Saison 1 16 - Now Apocalypse - Saison 1 17 - Duck Tales (Disney XD) - Saison 2 18 - Brooklyn 99 (Netflix) - Saison 6 19 - The Good Place (Netflix) - Saison 4 20 - Special (Netflix) - Saison 1
  10. Ah oui tiens ! le mien pour 2019 : 01 - Parasite - BONG Joon-Ho - Corée 02 - Portrait de la jeune fille en feu - Céline SCIAMMA - France 03 - Midsommar - Ari ASTER - Suède / USA 04 - Un grand voyage vers la nuit - BI Gan - Chine 05 - In Fabric - Peter STRICKLAND - UK 06 - Asako I & II - Ryusuke HAMAGUCHI - Japon 07 - Atlantique - Mati DIOP - Sénégal 08 - The LightHouse - Peter EGGERS - USA 09 - Douleur et Gloire - Pedro ALMODÓVAR - Espagne 10 - Une Grand Fille - Kantemir BAGALOV - Russie 11 - Si Beale Street pouvait parler - Barry JENKINS - USA 12 - Chambre 212 - Christophe HONORÉ - France 13 - Jeanne - Bruno DUMONT - France 14 - Ad Astra - James GRAY - USA 15 - Le Lac aux oies sauvages - Diao YINAN - Chine 16 - La favorite - Yórgos LÁNTHIMOS - USA /UK 17 - Synonymes - Nadav LAPID - Israël 18 - L'heure de la sortie - Sébastien MARNIER - France 19 - A couteaux tirés - Rian JOHNSON - USA 20 - Et puis nous dancerons - Levan AKIN - Georgie/Suède
  11. ah la la le soutien a polanski et puis une interview télé il y a quelques années ou elle disait que les meufs de me too elles exagéraient et qu'elles y avaient bien trouvé leur compte. Ca devient compliqué voir où elle en est idéologiquement :D . En tout cas le premier single, musicalement c'est vraiment plus ma came , avec Yan péchin en roue libre sur sa guitare, elle qui hurle....
  12. bien sur, mais en interview il ne parle de que la diversité de genre de son équipe de scénaristes, jamais de celle là, donc je suppose que c'est probablement pas tout à fait ça encore :D Et bien, sur la saison entière , je pense pouvoir dire que c'est une des séries qui m'a le plus impressionné récemment. C'est hyper interessant, audacieux, formellement impeccable, le fond est vraiment poussé, souvent drôle aussi et la saison est finie avec une quasi garantie qu'il n'y aura pas de suite (c'"tait le plan en tout cas) . Acteurs tous parfaits aussi. ah depuis il a dit en interview que c'était moitié femmes, moitié personnes noires. Qui visiblement étaient la heureusement pour lui dire quand il faisait de la merde :D
  13. Je reviendrai faire un point a la fin de la saison si tu veux ...
  14. Sur HBO il y a également Watchmen. C'est pour l'instant assez impressionnant et ambitieux , j'espère juste qu'ils ne vont pas accoucher d'une souris, ou que ça ne s’écroule pas avant la fin de la saison. Ca se passe 30 ans après les évènements des bandes dessinées, en les prolongeant sans faire vraiment de redite (c'est hyper différent en ton, je trouve) avec le thème des dynamiques raciales qui est hyper mis en avant par exemple. Pour l'instant je trouve que ca se tient bien mais le showrunner étant un blanc (Damon Lindelof)... On risque la sortie de route à tout moment . La lecture des BD avant le premier épisode est franchement recommandée : parce que c'est bien, mais aussi parce que j'ai un peu peur que sans ça , la série soit un peu trop touffue. La musique par Trent Rznor et Atticus ross deboite , également.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.