Jump to content
forum.bjork.fr

trexscream

Membres
  • Content Count

    85
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

22 Excellent

About trexscream

  • Rank
    Army of me
  • Birthday 07/18/1985

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Nouméa - NEW CALEDONIA

Recent Profile Visitors

2,477 profile views
  1. Hello à tous ! J'ai pu assister à Cornucopia à Bruxelles. La dernière fois que j'avais vu Björk c'était en 2013 pendant la tournée Biophilia à Paris et comme je vis en Nouvelle Calédonie, je n'ai pas pu voir de concerts de la tournée Utopia. J'ai vraiment eu le sentiment d'assister à plus qu'un concert. J'avais trouvé les lives de Biophilia assez incroyables, originaux, travaillés sur la mise en scène : on avait déjà les chorégraphies des choristes n'oublions pas, on entrevoyait la volonté de vraiment écrire la mise en scène. Mais là c'est autre chose. On ne regarde pas Björk accompagnée d'une équipe sur scène, j'avais plutôt le sentiment de voir une compagnie présenter un spectacle musical, une sorte de fresque musicale et chorégraphique. Etrangement, malgré la volonté de créer un monde dont fait partie le public, j'avais vraiment le sentiment d'être spectateur. Moi qui d'habitude chante chaque mot avec la dame (je suis chanteur), je suis juste resté scotché, accroché au bras de mon chéri ! Pour ce qui est de l'aspect visuel, on a beau l'avoir déjà dit, c'est assez incroyable à voir en live (je ne suis pas un stressé du spoil, j'avais donc regardé pas mal de vidéos). Ca n'a clairement rien à voir, notamment l'impression d'être complètement écrasé (d'une belle manière) et englobé par les projections. Je suis musicien et comédien et je travaille sur beaucoup de spectacles impliquant projections et tulles, mais ce qui est présenté sur Cornucupia m'a vraiment scotché ! Malgré quelques glitches techniques par-ci par-là, visuellement c'est complètement magique. Le travail sur la lumière est vraiment sublime également, tant sur scène que les éclairages publics (très beau de voir la fosse s'éclairer depuis le haut, et c'est très immersif, on a le sentiment que la scène englobe le public). Du point de vue du son, j'étais situé sur le premier niveau de balcon un peu à jardin (à gauche quand on est face à la scène). Ca m'embête de le dire, j'ai été un peu déçu du son que j'avais dans cette partie de la salle. En réécoutant les vidéos et bootlegs, il semble que le son était meilleur ailleurs. De mon côté, j'ai trouvé qu'il y avait vraiment énormément de basse, ce qui n'est pas spécialement pour me déplaire, mais je trouvais que toute la première moitié du concert était un peu noyée dans la basse. J'ai eu bcp de mal à entendre la voix de Björk sur les 3 premiers morceaux (et pourtant je l'entends clairement sur les bootlegs, sans doute parce que la basse est moins présente). De manière générale, UTOPIA (l'album) est tellement riche et complexe en arrangements, je trouve qu'il est parfois un peu fouilli quand je l'écoute au casque, alors en live dans une salle de concert ça a donné des moments assez chaotiques parfois. Et à propos de la dame, effectivement elle était très en forme : sachant que c'était le premier concert de la tournée, j'espérais une voix fraîche et reposée, je n'ai pas été déçu '(et d'autant plus frustré de ne pas bien l'entendre au début). J'ai eu un peu peur sur The Gate car je l'ai trouvée un peu timide, pas très relâchée vocalement, sans doute le stress du premier morceau (je pensais que c'était le fait de devoir tendre l'oreille mais j'ai le même sentiment sur l'enregistrement). Mais plus le concert avançait et plus elle semblait trouver l'aisance de s'amuser et de laisser voyager sa voix sans pousser. De sublimes moments, comme "Venus as a boy" (ses ad libs étaient juste merveilleux), "Blissing Me" (en larmes j'étais) et "Sue Me" (je ne l'ai pas entendue aussi bien chantée depuis qu'elle est jouée en live). Maintenant, même si j'aime les mouvements quirky de Björk, ses tics, sa manière de chanter pliée en deux, je me dis que le spectacle gagnerait à ce qu'elle travaille ou soit un peu plus carrée/cadrée sur ses placements/déplacements/mouvements. Tout est tellement léché, chorégraphié, son jeu de scène détonne un peu des fois. Les sorties de scène un peu awkward entre les chansons, les installations/sorties pas super smooth dans la reverb chamber, le câble de son micro qui se prend dans ses pieds (je trouve ça adorable en temps normal, sur ce show c'est un peu dommage). D'ailleurs, je suppose qu'ils travaillent avec des micros filaires disséminés un peu partout pour des raisons techniques (il y a déjà beaucoup d'instruments en HF, entre les flutes, les choeurs, sans doute des in-ears, etc), probablement de qualité de son (cf.live de One Day sur le Biophilia Live) et de mise en scène (éviter de voir la miss courir chercher son micro si elle l'a oublié la chanson précédente)... mais bon, ça pourrait être l'occasion de tester autre chose peut-être (un micro casque qui se verrait peu avec le masque, ou un micro cravate caché dans la perruque comme on le fait au théâtre mais c'est compliqué avec la quantité de son qu'il doit y avoir sur scène). Et peut-être que ça permettrait que son body language soit plus cohérent avec le show, qu'on ait quelque chose de l'ordre de l'opéra presque. Mon chéri connaissait et appréciait Björk de loin et il n'est pas un habitué des concerts, mais il a été happé par le show. Son ressenti, en gros, est que Cornucopia t'embarque dans une sorte de montagne russe émotionnelle : joie, larmes, inconfort, on ne nous lâche pas du début à la fin (il redoutait qu'il y ait un entracte de peur de quitter ce joli monde). J'ai beau être un fan de longue date, je crois vraiment que ce projet, malgré la complexité de la musique et l'aspect un peu "artsy", peut vraiment toucher une audience plus large. Si l'album est difficile d'accès, je trouve que le live permet d'avoir quelque chose auquel se raccrocher et on oscille en permanence entre écouter, regarder, ressentir (les basses qui font vibrer le sol dès le début, c'est quand même assez kiffant). Voilà, je recommande vivement à tout le monde de vivre cette expérience (car c'en est une, même selon des standards Björkiens). Au delà de la performance technique, il faut bien reconnaître que le projet "marche" : les effets impressionnent, mais ce qui est vraiment fou ce sont les émotions que l'on traverse. On peut difficilement y rester indifférent. Alors foncez les amis, si vous le pouvez, FONCEZ (et embarquez un néophyte avec vous, c'est trop kiffant de faire découvrir ça à quelqu'un) !!!
  2. Hello tout le monde, Je me permets d'ajouter ma review de l'album après quelques jours d'écoute, dans diverses conditions (casque, enceinte de monitoring studio, enceintes d'ordi et voiture). Déjà d'un point de vue global, j'avoue que j'aime beaucoup. Musicalement, j'apprécie le fait de retrouver des éléments de son parcours distillé ci et là dans l'album. Sentiment que j'avais déjà avec Vulnicura, où j'avais moins l'impression d'un truc complètement neuf, mais plutôt d'un album qui puise dans le bagage qu'elle s'est créé au long de sa carrière pour parler d'elle. Ici il y a effectivement toute la recherche avec les flûtes. Au niveau des structures, on a bien entendu moins de couplet-refrain mais il y en a quand même (The Gate, Loss, Body Memory). Après, ce sont des refrains "à la Björk". Une phrase répétée ou des sortes de "freeze" avec des amorces de phrases répétées. Et comme pas mal de monde l'a déjà remarqué, on a pas mal de chansons où la voix se base sur une mélodie unique, et les choeurs et les voix Melodynées font les nuances. Le principe ne me dérange pas, et je trouve que Björk le fait plutôt bien. Là où j'ai un petit souci, c'est au niveau du mixage. Comme je l'ai dit, j'ai écouté Utopia sur plusieurs supports pour me rendre un peu compte, parce qu'à la première écoute j'ai été vraiment surpris (pas dans le bon sens). Et c'est album qui exige d'avoir quand même un bon système d'écoute pour être apprécié, parce qu'on peut vraiment avoir le sentiment d'écouter de la soupe sur certains passages et morceaux. Alors que d'autres albums, même chargés et chaotiques, fonctionnent très bien sur diverses qualité d'écoute (Volta par exemple, et ne parlons pas d'Homogenic ou Vespertine). Globalement, je trouve que la voix lead se perd souvent au milieu des instrus, et se retrouve noyées par les flûtes et les choeurs (qui sont très médiums et ça brouille vraiment l'écoute sur un système moyen). Généralement, dans les albums de la miss, la voix est dans le mix mais reste audible et claire. Ici je la perd complètement des fois, et il ça me demande un réel effort pour la garder dans l'oreille. Pour ce qui est des beats, je trouve qu'ils sont un peu en dessous aussi (hormis Loss... et pour le coup, je les trouve un poil trop présent). Bon allez dans le détail. Les sons d'oiseaux sont vraiment plaisant (je vis en Nouvelle Calédonie, perché dans la forêt dans la montagne et j'aurais eu quelques sons à lui envoyer qui lui auraient plu LOL). Juste pour faire mon pinailleur, j'aurais bien aimé que tout soit vraiment lié, des vraies transitions d'un morceau vers l'autre sans cut, mais avec des ambiances, et prendre le temps (même si l'album est déjà long). Arisen My Senses : Elle commence à me plaire petit à petit. J'ai été un peu dérouté au début, c'est musicalement assez répétitif, et j'ai pas vraiment le sentiment de quelque chose qui décolle. Comme je le disais, la voix est un peu trop en dessous ou manque un peu d'air pour ressortir, surtout vu qu'il y a plusieurs couches de voix qui se croisent, des mélodies qui se mélangent. Après, pour le coup on est dans un truc un peu neuf. Pour moi ça me fait penser à "Nattura" en plus lumineux. Blissing Me : Un gros coup de coeur pour ce morceau. Déjà quand je l'ai entendu la première fois. Pour le coup, le fait que la voix lead se fonde dans le reste de la musique fonctionne plutôt bien sur ce morceau, et puis elle est vraiment aidée par les couches de voix melodynées. Je trouve que la montée en puissance est vraiment claire sur ce morceau, les beats sont déstructurés mais nourrissent vraiment la progression. J'adore ! The Gate : Là aussi, j'aime vraiment. Je ne m'en suis pas lassé et je trouve ça fabuleux ce morceau si aéré (ce qui tranche vraiment avec le reste des morceaux), où tout est à sa place même s'il me semble que le synthé-flûte qui joue l'arpège du couplet est un peu moins présent que dans le mix de la vidéo. Mais j'avoue que je trouve que c'est un excellent choix de single. Utopia : Alors là j'ai un gros souci avec le mix... Cette voix perdue dans la réverb et ces flûtes que je trouve vraiment très agressives dans les médiums, ça me gêne vraiment. Leur mélodie est très riche et celle de la voix plus anecdotique, du coup j'ai du mal à m'y attarder. Body Memory : Là je suis encore plus frustré sur le mix. Musicalement et au niveau de la production, la chanson me plaît vraiment. Mais ce mix !!! Quand le choeur rentre, je trouve ça inaudible sur autre chose que mes enceintes de monitoring ou au casque. Feature Creatures : Une de mes chansons préférées... Très épurée mais du coup ça respire. Je trouve sa mélodie de voix juste sublime et cette fin... Mmmmmmh en live !!! Courtship : Sympathique... sans plus je trouve. Loss : Alors la chanson est sublime, et j'adore le beat. C'est un peu aride comme association cependant. Je trouve qu'on a vraiment l'impression qu'elle a enregistré ses voix et ses flûtes et puis qu'elle a passé le tout à Rabit en lui disant "Vas-y dégueulasse moi ça" et qu'il a collé ça dessus. Je pense qu'elle va vraiment gagner en live. Sue Me : Ca rappelle effectivement beaucoup Mouth Mantra. Pour le coup sur celle là, la voix est vraiment très détachée, un peu trop... Le beat est vraiment top sur ce morceau. Comme Loss, je pense qu'il va vraiment gagner à être joué en live. Tabula Rasa : Superbe chanson, ça me fait penser à Selmasongs, je ne sais pas pourquoi. Mais c'est un très beau morceau, en toute simplicité. Claimstaker : Encore une très belle chanson... Cette arpeggiateur est juste jouissif ! Ca me rappelle un peu "Harm Of Will" dans l'ambiance. Paradisa : Une jolie transition instrumentale... Je la sens bien en ouverture de concert, genre comme lors de la tournée Volta, avec les flûtistes qui entrent sur scène ou un truc du genre. Saint : Mélodiquement sublime. Pour ce qui est des paroles, personnellement, j'ai l'impression qu'elle parle de la musique en général. Et pour le coup, je trouve ça plutôt bien écrit. Le beat tout simple, magnifique aussi ! Aime beaucoup ! Future Forever : Wahou ! Voix mixte, toute légère, toute claire. Très belle manière de conclure l'album... Pour info, la semaine dernière j'ai écouté un leak (oui j'avoue...) où l'ordre des chansons était inversé. Et celle là en ouverture, c'était juste magistral, et j'aurais bien inversé d'ailleurs entre elle et AMS ! Mais je vais me faire arracher les yeux par certains je crois LOL
  3. Après plusieurs écoutes, je dois dire que je trouve cet album vraiment sublime. Au niveau des arrangements, c'est vraiment agréable cette homogénéité. J'aime beaucoup le son des cordes et la manière dont elles sont jouées (probablement le icelandic string octet), avec bcp de fragilité (souvent une longue note tenue avec l'archer qui frotte à peine les cordes) et le contraste avec les beats qui sont très électroniques et sophistiqués. Je ne me lancerai pas dans des pseudo-analyses, mais je trouve qu'en ce sens on s'éloigne d'Homogenic où les cordes étaient très affirmées et patriotiques (Joga, c'est bien toi que je regarde...) et les beats qui se rapprochent de sons naturels (geysers, éruption) et qui sont souvent assez simples. Dans Vulnicura les cordes sont si délicates, elles dépeignent parfaitement la vulnérabilité. Et je suis tout à fait d'accord avec le côté cinématographique de celles-ci (ça me rappelle "Elk" d'Inga Liljeström, ce mix beat-corde cinéma) J'ai la sensation aussi qu'il y a un petit retour aux origines : avec Homogenic elle essayait de créer une identité musicale islandaise, et le retour de cette formule (on retrouve aussi musicalement certains éléments qui sont proches il me semble, les intervalles de quinte notamment au début de Black Lake). Elle parle aussi pas mal de retour à la maison, de revenir à ce qu'elle était avant dans cet album. Pour ce qui est de la voix, elle n'est pas du tout dans la démonstration, on a du vrai story telling. C'est assez marrant de voir comme cela a évolué : d'un chant hyper démonstratif, très explosif, à une voix posée et délivrant un texte très articulé. On sent l'influence Dirty Projectors dans les mélodies de voix et les arrangements de voix. Les morceaux ont souvent des structures inhabituelles. On retrouve les outils qu'elle a utilisés dans Biophilia (Atom Dance qui commence avec les pizzicato en 5/4... ça sent le séquenceur utilisé pour certains morceaux de Biophilia... et j'oserais même me demander si ce n'est pas un ancien titre de Biophilia, surtout au vu du titre et de sa construction), Melodyne sur les voix (très jolie utilisation avec Antony). Ca me fait aussi pas mal penser à Trance qui est un titre sublime je trouve. Difficile de dire celles que je préfère. Bizarrement, les plus courtes ne m'ont pas plus transporté que ça. Quicksand manque d'assise je trouve, j'ai l'impression qu'elle ne s'installe jamais vraiment et je trouve cela assez frustrant. Rapidement pour chaque titre : - Stonemilker : très beau titre d'ouverture, très accessible je trouve, avec quand même une structure plus classique. On retrouve bien AIFOL, mais ce n'est pas du tout déplaisant. - Lionsong : Mmmmmh... cette mélodie, et ces cordes... Là encore ça s'écoute facilement, c'est plus classique. - History of Touches : ne m'a pas vraiment emballé, j'attends de laisser l'album mûrir dans mes oreilles - Black Lake : Très beau morceau, et très belle escalade, j'aime bcp les longues mesures d'accord tenu entre chaque partie et la construction des beats (avec un petit 4 to the floor vers la fin) - Family : Mmmmh... un beat crade à la An Echo A Stain, et un break de cordes qui a un côté tzigane. J'adore ce morceau. La mélodie de voix à la fin me rappelle un peu celle du refrain d'AIFOL - Notget : DARK à souhait, très beau, un des rares titres dansant (il me rappelle un peu Trance que j'aime bcp) - Atom Dance : comme je le disais plus haut, j'ai l'impression que c'est un titre de Biophilia réarrangé pour Vulnicura. Je le trouve super, mais remplacez les cordes par l'orgue et les cordes par une chorale et je pense qu'on a un Hollow-bis (moins dark). Sympa de retrouver Antony sur ce titre, et très joli traitement de sa voix. - Mouth Mantra : le titre le plus punchy de l'album avec des gros beats. J'aime bcp et j'ai hâte de l'entendre en live ! - Quicksand : La deuxième qui m'a un peu laissé de marbre... elle doit sans doute mûrir dans mon oreille aussi. Voilà, après je suis TRES curieux de voir ce que ça donnera en live, en ambiance intimiste avec juste le string octet, le beatmaker (qui que ce soit durant la tournée) et elle au milieu. Je pense qu'on aura droit à un retour de vieux classiques ou morceaux qui n'ont pas été joués depuis un moment (formule idéale pour An Echo A Stain notamment, avec des beats retravaillés elle trouverait sa place parfaitement, ou Joga juste voix-cordes comme lors de la tournée Homogenic).
  4. C'est amusant de lire cette discussion, d'autant plus que j'ai pas mal reflechi au sujet recemment. Pour vous mettre un peu dans le contexte, je suis etudiant en production et inge son a Dublin (Irlande pas Allemagne comme certains me le disent parfois...) et j'enchaine sur un Master de Music & Media Technologies a Trinity College. Bref, en quoi c'est pertinent tout ca ??? Ben justement dans ce Master on se focalise sur les nouvelles technologies, la musique avant-gardiste (c'est comme ca qu'on dit en français ??? J'ai tjrs entendu le terme en anglais), et les compositeurs comme John Cage, Stockhausen, Aphex Twin, Matmos et même Bjork vu qu'un etudiant m'a dit qu'ils ont etudie un de ses morceaux. Perso, je suis passionne par la musique experimentale, même si je n'en suis qu'au debut de mon apprentissage, mais déjà d'ecouter des morceaux de Cage je trouve ca fascinant. D'un autre cote, je suis chanteur dans un groupe de pop-rock-electro et la musique mainstream j'en suis egalement fan. Pour moi aucune n'est plus intellectuelle qu'une autre et aucun compositeur d'experimentale ne vaut mieux qu'un compositeur de pop. Je crois qu'il ne peut pas y avoir les uns sans les autres. Les experimentaux sont des chercheurs : ils explorent, decortiquent, font des hypotheses, des tests et en tirent des conclusions. Le but ce n'est pas de faire un truc qui sonne bien tout le temps ou qui est hyper accrocheur. Ils essaient de comprendre le fonctionnement d'un son, les effets de la modification d'un parametre. C'est souvent pour ca que les morceaux sont extremement repetitifs. J'ai entendu un morceau (desole je n'ai plus le nom) ou le type n'a travaille que sur un "delay" qu'il a fait varie tres lentement. Et l'evolution du son, la maniere dont il se transforme c'est ca le vrai bonheur. Parfois sur 10 minutes de morceau on ne trouvera que 3 secondes de son ou une harmonie particuliere vraiment interessant(e). Mais ce son ou cette suite de notes sera repris(e) par quelqu'un, reproduit, copie pour être ensuite integre dans des compositions plus accessibles, et au final constituer ce qu'on appelle le hook d'une chanson. C'est la que les mainstreams entrent en jeu. Ils utilisent ces sons ou ces nouvelles harmonies qui ont ete decouverts, ces effets crees par le experimentaux pour construire des compositions accessibles, agreables, amusantes, plaisantes, et les offrent au public qui pour la majorite n'a pas recu d'education musicale poussee. Mais si ce morceau sonne si bien c'est parce que quelqu'un a pris le risque d'aller aussi loin que possible dans l'experimentation. Je crois que la maniere d'ecouter les deux types de compositeurs est tres differentes, on ne peut pas les approcher de la même maniere. Les morceaux experimentaux s'ecoutent tres dans le detail, chaque seconde, il n'y a pas de vraie structure ou elle est complement decomposee, alors que les morceaux mainstreams s'ecoutent plus dans leur globalite, pour leur structure (debut, climax, fin). L'approche artistique n'est pas la même non plus : les experimentaux tentent de creer de nouveaux sons, de nouvelles harmonies, les mainstreams tentent de toucher un maximum de gens de communiquer leur musique le plus rapidement possible. Pour ce qui est de Bjork, je pense qu'elle est entre les deux. Elle est fascinee par les sons, les textures, la nouveaute mais elle essaie de rester dans l'accessibilite. C'est pour ca que sa musique sonne pop pour les experimentaux et experimentale pour les mainstreams. Pour moi elle est comme un hub, une porte sur des experimentations plus poussees, sur des sons, des artistes. Elle est comme un menu pour l'experimentation. Apres, j'ai ete tres categorique dans mes propos avec d'un cote les experimentaux et de l'autre les mainstreams. Mais bien entendu il y a tous les degrades de couleurs au milieu, et heureusement ! Chaque artiste populaire est plus ou moins experimental, et des gens comme Matmos qui sont quand même des musiciens de musique concrete moderne sont tres ancres dans la musique electronique plus populaire. Bon, j'aurais bcp plus a raconter, et j'aimerais plutot avoir ce genre de conversation a l'orale car c'est un sujet qui m'interesse bcp et j'espere que mon point de vue vous aura interesse. J'essaie pas de faire un cours ou d'enoncer des verites absolues, mais juste de vous donner une idee de ma reflexion sur le sujet.
  5. J'adore ses tenues et sa coiffure !!! Et la chanson est mimi. Je la trouve toute humble, toute simple, sans ses cris. Moi qui suis d'habitude un grand fan de ses acrobaties vocales, je trouve qu'elle est très bien comme ça aussi. :happy crying: Petite question, elle a trouvé quand le temps de se changer ??? C'est sa nouvelle manie ou quoi d'avoir deux tenues par concert ???
  6. LOLL J'ai cree un sujet pour les paroles de chansons mal comprises... :closedeyes: En fait c'est "Swirling black lilies totally ripe" ... Sinon, ca ne m'etonne pas que ca ne marche qu'avec Vespertine et Medulla : - Vespertine a ete tellement travaille, et il y a tellement de couches de voix et d'instruments ; - et Medulla a aussi bcp de couches de voix (evidemment vu que c'est un album vocal) pour donner un son suffisamment solide et plein.
  7. Allez un tite derniere pour la route... Dans Harm of Will j'entendais "If there are nine sheeps, they are bought for me"... :huh: C'est vrai que c'est la classe d'acheter 9 moutons, non ?
  8. En fait, c'est, il me semble, "he makes me want to hand myself over", de mémoire... ni 'give me away' ni 'kill me away', qui ne signifient pas grand chose :$ Je ne parlais pas de la version studio. A la fin de la plupart des versions live (notamment celle du ROH) elle rajoute "He makes me want to give me away" d'une voix toute douce apres nous avoir bombarde avec ses deux "He makes me want to hand myself over". Ce n'est certes pas une formulation de phrase parfaite mais bon "give myself away" est un peu trop long a dire (diphtongue du "my" et "self", ca fait bcp par rapport a un petit "me") et puis on comprend le sens, "s'abandonner". Edit : Zut j'avais pas vu le post avec les paroles... bon donc le mien est inutile.
  9. He ben voilà, je chantais moi aussi (jusqu'a il y a a peu pres 2 secondes) "Rather sailing"... :rolleyes:MDRRR Sinon : - a la fin de Pagan Poetry en live, je pensais qu'elle disait "He makes me want to kill me away" au lieu de "give me away". - dans Innocence quand je l'ecoutais sans faire attention je comprenais "The thrill of fear, for never a minute" (ce qui ne veut pas dire grand chose) et ensuite dans le refrain je pensais que c'etait "untouchable, still it misses" <_< - Hope je croyais que c'etait "What's the lesson of two evils ?"
  10. MDRRRRR D'un autre côté, c'est vrai qu'on dirait un peu qu'elle nous met un T au début de Hidden "We go to a t'hitten place"...
  11. Hello tout le monde ! Bon pour faire patienter le peuple Björkien pendant ces 3 semaines (enfin surtout pour occuper mon esprit impatient) et puis vu que tout à l'heure j'écoutais Innoncence et que je me suis rappelé de ce que je comprenais avant de lire les paroles, je me suis demandé si vous aussi il y a des lignes que vous chantiez sans vous rendre compte que ça ne voulait rien dire ou du moins que ça n'était pas ce que la belle disait ? Tout ne me vient pas à l'esprit immédiatement mais pour Innoncence je pensais qu'elle disait : "New roses only attaches itself to fertile ground" au lieu de "Neurosis (...)"... Je n'étais même pas choqué que le verbe soit au singulier... Et puis l'image me plaisait, la petite rose qui vient se planter sur un sol fertile, j'trouvais ça mignon. Pas trop de rapport avec la chanson, mais pourquoi pas ? :closedeyes: Les autres me reviendront... Et vous ???
  12. C'est clair qu'on dirait le retour de Selma... D'un autre cote, ca rassure pour tout ceux qui ont pleure a la fin de DITD... Selma est ressucite !!!!
  13. Je crois qu'elle aime bcp le son de cette phrase "Alt sem hun (xxxx)" vu qu'elle l'utilise aussi dans "You've been flirting again""Alt sem hun carve varsaaaa" (je la fais phonétique hein). Ca doit être un enchainement phonétiquement naturel pour elle, et du coup être une bonne rampe de lancement pour ses cris bestiaux. Donc je pense que c'est toujours du gibberish mais qui trouve son origine dans une vraie phrase. Genre comme si on chantait "J'aimais les boulalAAAAAAAAAAA"... enfin... en gros quoi...
  14. Je crois que j'aime bien... Oui, j'aime bien. Comme ca a ete dit, c'est un peu le Nameless de Volta, du pur instinc animal. Et la voix semble être un peu plus en forme, même si on entend sur le dernier cri qu'elle est encore cassee, et je pense qu'il va falloir vraiment composer avec une Bjork qui a la voix qui va s'erailler constamment sur les notes les plus hautes. Mais bon, c'est la vie hein !
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.