Jump to content
forum.bjork.fr

arya

Membres
  • Content Count

    275
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

118 Excellent

3 Followers

About arya

  • Rank
    Bachelorette
  • Birthday 01/08/1987

Profile Information

  • Genre
    Femme

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Je ne vais pas revenir sur la comparaison à Le Pen, que je trouve effarante et terriblement insultante. Ce genre de choses est impardonnable. Je reprécise juste que je t'ai adressé un lien vers une étude, où tu trouveras, j'espère, tous les renseignements que tu souhaites. Je ne vais pas revenir non plus sur le fait que je "réponds comme ça parce que c'est des hommes", ce qui est à peu près aussi insultant et d'une bêtise sans nom. Je vais donc répondre à Benjicok, d'abord pour te dire que je suis navrée de lire ça, ça me navrera toujours. Désolée de lire que tout ce qui n'est pas un homme hétéro blanc est autre chose. Une autre chose, en dessous, à un niveau inférieur. Je posais cette question aussi pour ce que tu dis justement : la plupart du temps, quand on vous insulte, on vous traite de femmes. On vous dit que vous êtes des tapettes, des tarlouzes, des tantes, des fiotes. Des choses féminisées, passées dans le camp du Mal, dans le camp de ce qu'on peut réduire à rien, qui n'est rien d'autre que de la merde. Je ne compte plus le nombre de fois où c'est arrivé à des amis en ma présence. Ou le nombre de fois où on leur a demandé "pourquoi vous la baisez pas elle, elle est bonne, plutôt que de faire les pédés." Voilà une bonne réponse aux questions posées par le féminisme : tenter de régler ces problèmes de sexisme, c'est aussi régler ça. C'est ne pas accepter que tout ce qui n'est pas un homme hétéro blanc et riche n'est pas rien, n'est pas en dessous. C'est rendre service à tout le monde en fait. Le pire peut-être, comme tu le notes en parlant des blagues sexistes entre hommes gays, c'est que j'ai remarqué à quel point mes amis hommes gays souffrent de sexisme de la part d'autres hommes gays. Comme entre eux, ils se supplicient à coup de "je suis un mec un vrai", "tu n'es pas assez poilu dégage", "tu te poses des questions sur le genre dégage", "tu t'es déjà travesti pour rire dégage", etc. Le fait d'évoquer la moindre idée d'ambivalence, même comme quelque chose d'anodin, de fun, c'est dégage direct. De la même manière, ce qu'ils me racontent est souvent à base de "avoir une bonne chatte", de "faire sa pute ou sa salope", de "se féconder", de "être une bonne lope pour son mâle". Non pas qu'ils le souhaitent, mais c'est ce qu'on leur rétorque. Toutes les violences faites aux femmes, la culture du viol, etc. semblent rejaillir comme un magnifique modèle à appliquer pour s'exciter. À mon sens les idées du féminisme, puisqu'il ne s'agit pas de détruire les hommes mais d'obtenir une égalité réelle, servent aussi à rendre meilleure l'image des hommes, et l'image qu'ils ont d'eux-mêmes (je parle de ceux qui ne veulent pas en entendre parler du tout ou ceux qui disent okay mais continuent à perpétuer des modèles épouvantables). De se débarrasser d'une grosse part de haine héritée plutôt encombrante, et toujours meurtrière aujourd'hui. En enfermant les femmes dans cette image de sotte soumise bonne à rien, ils n'ont pas l'air gêné par ce que ça leur donne comme image à eux. En vrai, être une brute décérébrée avec des grosses boules qui ballottent, qui tabasse et insulte pour se faire respecter, c'est si excitant que ça ? Je me faisais une autre idée de la civilisation... Ceci étant dit avec la conscience que, quand on naît dans un monde où tout est prévu pour soi et que toute une classe de la population est quant à elle née pour être à ton service, que tous les privilèges sont pour toi sans que cela ne te soit contesté jamais, ça doit être dur de se dire qu'on va faire une croix dessus. Ça doit être pratique quand même.
  2. Ah mais je suis très calme hein, peut-être pas suffisamment douce ? Les réponses ne te conviennent pas, mais je suis calme. Vous avez choisi de le prendre de manière agressive parce que je m'adresse à vous directement, mais je suis calme, même si pour moi c'est aussi difficile de vous lire. Quant bien même je ne l'étais pas, calme, ce serait mon droit de ne pas l'être. Si je me mets à écrire des choses agressives, je t'assure que tu vas vite voir la différence Non, là je pointe juste différentes choses. edit : et puis après tout, tu as peut-être raison de me rappeler que je dois éviter de dire des choses stressantes, je vais aller faire du shopping, ça c'est bien pour moi. Et je vais vous laisser débattre entre couilles. Bonne journée et bon débat.
  3. Et Evika, je ne lève pas le doigt. non, non, non, non, je ne pense pas qu'une loi interdisant le cancer le rendrait plus discret (mon père était infirmier). C'est tout ce que tu relèves dans ce post ?
  4. Encore une fois, je ne cherche pas à vous faire dire ce que vous n'avez pas dit. Je relève ce que vous avez dit et la manière que vous avez eu d'organiser votre discours. Soit : les hommes subissent des violences aussi et les femmes font de la victimisation, puis : le féminisme est essentiel, nous en sommes d'accord, et nous sommes féministes nous aussi. Je n'en doute pas, au fond. Je remarque juste la manière dont ça commence et la manière dont ça se poursuit. Dans le très long post où je vous cite les uns et les autres, c'est montré. Ce que je signale, c'est que ce mécanisme est phallocrate. Placer les hommes et son ressenti personnel d'homme pour parler des dérives du féminisme avant de parler de ce que subissent les femmes dans un sujet qui s'appelle : "Féminisme, sexisme... Et l'égalité hommes/femmes", ça me semble malheureux. Et c'est faire passer les hommes d'abord. Je ne prends sans doute pas assez la mesure de ce que vous écrit avant, tu en as sûrement raison Benjicok, mais comme ouverture au sujet je me serais attendue à quelque chose de moins centré sur les hommes dès le départ. En revanche, je ne comprends pas cette phrase : "j'ai l'impression qu'on me dit que j'ai débarqué dans une discussion sur le féminisme, en disant "STOOOP, le féminisme c'est pas que bien, y'a aussi plein de défauts, tout ça". Alors que c'est pas du tout le contexte de la discussion". Ça m'est adressé Benjicok ? Et cette question : est-ce qu'en tant qu'hommes homo-, bi- ou pansexuels vous subissez du sexisme ?
  5. Je ne peux pas faire mieux que reprendre vos phrases et l'ordre dans lequel vous les postez. Si je suis la seule que ça heurte, je ne peux rien faire de plus, à part continuer à argumenter, mais ça va être compliqué si je comprends à chaque post que je saisis tout de travers et que je ferais mieux de vous lire, d'accepter et de me taire. Quant au fait de vous considérer comme des antagonistes, ça n'est pas le cas, je vous fais juste remarquer que vous commencez par parler de ce que vous considérez comme des dérives, rien de plus, rien de moins. Mais encore une fois, si je lis à chaque fois que je ferai mieux de lire et d'être d'accord, des antagonistes vous allez devenir, mais pas de mon fait cela sera. Demandez-vous pourquoi on est visiblement dans une forme d'agression qui vous serait faite, alors que je ne fais que remarquer la manière dont vous organisez vos arguments (ce dont, pour l'instant, je ne parle pas réellement). Le fait d'être phallocrate, ça peut s'arranger, ça m'arrive souvent. Le tout est de l'identifier. Benjicok, quand je poste des liens, je ne te vise pas forcément, je réponds à plusieurs personnes en même temps.
  6. Mansion : "Ça aurait été absurde de répondre en mettant autre chose en avant, non?" Pas forcément non. Vu le niveau de certains posts (dans d'autres sujets), j'aurais tendance à privilégier le débat de fond plutôt que de "chercher la petite bête" en ouverture. C'est toujours, et ça restera toujours, une manière de dégonfler l'argumentaire, et de signifier qu'au fond la lutte est remplie de mauvais aspects (selon beaucoup de gens). Vous avez commencé direct par ça, je ne peux pas être plus claire.
  7. Je suis désolée, mais l'évidence n'est pas forcément une chose qui me traverse le cerveau comme une fulgurance, je n'ai pas le pouvoir de lire vos pensées et ce que vous avez écrit auparavant. Je réponds en fonction de ce que j'ai sous les yeux, tout en vous encourageant à défendre les thèses du féminisme, vous êtes les bienvenu-e-s. Il me semble en revanche nécessaire de prendre en considération la manière dont on argumente. Vos arguments sont à la fois féministes et anti-féministes, à la même fréquence. Quelques articles sur ces arguments, j'y ai appris beaucoup de choses, et me suis rendue compte que moi-même j'avais du travail à certains endroits : http://cafaitgenre.org/2013/08/22/arguments-anti-feministes-1-les-feministes-daujourdhui/ http://cafaitgenre.org/2013/08/26/arguments-anti-feministes-2-tu-es-trop-agressive-cela-nuit-a-ton-message/ http://cafaitgenre.org/2013/08/29/arguments-anti-feministes-3-tu-donnes-une-mauvaise-image-des-feministes/ http://cafaitgenre.org/2013/09/02/arguments-anti-feministes-4-on-devrait-se-debarrasser-du-terme-feminisme/
  8. Ça n'est pas ce que je dis non. Ce que je remarque, c'est que chacun de vos posts (je les ai lu, si si) commencent par remarquer ce qu'il y a de négatif dans les thèses du féminisme. Et qu'au fond, vous notez d'abord une forme de victimisation (libre à vous) avant de reconnaître qu'il y a des victimes. Si je vous suis, faut râler c'est sûr, mais faudrait pas non plus dépasser les limites. Quinethssence : "Pour faire court : j'ai parfois le sentiment de trouver une forme de "victimisation" de femmes." Puis tu cites des contre-exemples, comme pour mieux nous montrer qu'en fait tout est pourri, et du même coup rendre la lutte illégitime. Enfin, tu dis que tu es prêt à riposter, comme si les arguments contre le sexisme étaient une arme tournée contre toi. Mansion : "Pour moi ce que tu appelles la "victimisation" c'est ce que je vois comme le mauvais féminisme." Là encore, on commence par ce qui est considéré comme le côté négatif. Avant de reconnaître l'utilité de la chose, sa nécessité, on commence par dire "oui mais il y a des excès". On ne parle donc réellement du fond, on passe par l'expérience et les déceptions personnelles, pour expliquer qu'au final le féminisme "bruyant", "relayé par les médias", que les actions militantes c'est pas bien, parce qu'en fait on n'a pas pu se joindre à un groupe de réflexion, vu que c'est ça le problème au fond, c'est qu'en tant qu'homme on puisse se sentir accueilli dans la lutte. Benjicock : "Voir que certaines femmes pensent qu'un homme ne peut pas comprendre, ou même être se dire féministe c'est désespérant.. Mais bon, chez les femmes comme partout, il y a des cons, et il ne faut pas désespérer juste à cause de certaines "féministes" qui n'ont pas tout compris. Ça et les féministes genre "osez le féminisme" qui me désepèrent de jour en jour , notamment via leur position complètement arrêtée sur la prostitution qui me rend fou..." Là encore, avant même de reconnaître l'utilité des thèses ou les actions du féminisme, on commence par les femmes sont connes elles aussi. "Je comprends aussi un peu ce que dit Quinethssence, on pourrait parfois avoir un peu le sentiment d'une victimisation et une tendance à nier tout ce qui dessert un peu de la "cause" , mais ouais, les chiffres étant ce qu'ils sont, les situations étant ce qu'elles sont, je comprends un peu ces réactions de ces femmes. Quand on est dans le camp des "victimes institutionnalisées ", c'est un peu dur de relativiser, quand ta catégorie s'en prend objectivement infiniment plus dans la gueule que l'autre." Là encore, on commence par "je suis d'accord avec ce qu'a dit le mec plus haut, victimisation c'est clair", puis on rentre (enfin) dans le vif du sujet. Enfin, on comprend que "ces réactions de femmes" sont possibles, acceptables. Pour finalement dire ce qui aurait dû être écrit depuis longtemps, ouf, "les femmes s'en prennent objectivement infiniment plus dans la gueule que l'autre". Mais on retombe dans "Dans une société parfaite (et on n'y est pas encore) , oui, on devrait pouvoir rétorquer que des femmes violent des hommes, que des femmes exercent une violence psychologique sur leur mari.. Mais dans une société comme la notre, c'est franchement rien à coté de la violence subie par les femmes, que ça soit une violence physique, ou juste larvée et plus insidieuse." Une fois de plus la phrase est construite à l'envers, ce qui induit nécessairement le fait qu'il faudrait l'ouvrir moins fort. 1) On nous rappelle que des femmes sont violentes. 2) On reconnaît que les femmes vivent cette violence. Je n'essaie pas de vous dire que vous êtes méchants, mais votre façon de fonctionner est phallocrate, oui. Vous veillez d'abord à parler de ce que vivent les hommes, avant de parler des femmes. J'essaie de vous faire prendre conscience que tous vos arguments fonctionnent ça. Même si dans le fond vous voulez vous indigner, et je suis sûre que c'est le cas, vous renversez l'argumentaire. Moi homme, puis les excès et ce que vivent les hommes, puis la réalité, puis les femmes. Enfin, Quinethssence, je ne me trompe pas de question non, je remarque juste comme la conversation s'ouvre. Avant de parler des questions du féminisme, on parle tout de suite de la victimisation et de ce que subissent les hommes en retour. Et pour te répondre, tu trouveras des milliers de femmes pour penser comme ça, il y a un nombre de femmes incalculable qui a intériorisé cette manière de fonctionner. Je ne vous le reproche pas d'ailleurs, on a toutes et tous été élevé-e-s comme ça, j'essaie juste de mettre en avant la mécanique de vos argumentaires. Pour les jeux vidéo, tu en as raison Benjicok. Quinethssence, je te recommande ceci, tout y est très bien expliqué : http://cafaitgenre.org/2013/03/16/sexisme-chez-les-geeks-pourquoi-notre-communaute-est-malade-et-comment-y-remedier/ Après, ne tapez pas trop fort sur mes réponses s'il vous plaît, j'essaie de vous répondre à tous et c'est pas facile. Pour l'instant je suis la seule à proposer un regard alternatif à vos réponses. Si cette question t'intéresse, je te recommande aussi la lecture de l'étude que j'ai postée au dessus. Elle est vraiment très bonne. Je précise juste qu'avoir écrit ça a valu à son auteure (et lui vaut encore) des monceaux d'insultes et des menaces de mort. Et aussi ce blog : http://www.mhfreq.org/
  9. Ouais bon okay les femmes se font massacrer juste pour la raison qu'elles sont des femmes, MAIS Y'A AUSSI DES FEMMES MÉCHANTES HEIN. Ouais bon okay les femmes se font cogner, agresser, violer tout le temps et partout, MAIS Y'A AUSSI DES FEMMES QUI VIOLENT DES HOMMES. Ouais bon okay les femmes sont victimes, MAIS ELLES FONT DE LA VICTIMISATION ET ELLES NE SONT PAS LES SEULES À ÊTRE DES VICTIMES. Ça vous semble recevable comme arguments ?
  10. Est-ce que vous vous rendez compte du fait que vous êtes des hommes et que vous ne parlez que de vous-mêmes là ? Vous êtes réellement en train de nous écrire que finalement c'est vous les victimes ?
  11. Très belle cette affiche en en-tête Vraiment hâte de voir ça...
  12. arya

    Les films de 2013

    La palme de la réponse la plus (je ne sais pas quoi écrire sans être vulgaire) à Hoshi. Accorder des rôles à des femmes, ça n'est pas accorder des rôles au féminisme, je ne vois juste pas le rapport. C'est juste mettre en scène la vie telle qu'elle est. Trouver des femmes dans ce genre d'univers, c'est normal, je ne suis pas en train de défendre le fait que les elfes doivent crier NON AU SOUTIEN-GORGE dans la bataille. Ça en devient décourageant là. edit : le "on savait rigoler de tout" de pierro te chipe la palme Hoshi, désolée.
  13. arya

    Les films de 2013

    Tu me rassures plutôt là hein... J'ai compris de traviole ta phrase sur les rôles féminins. Il en faut juste davantage, nous en sommes d'accord. Et oui, pierro me met en colère, ce qui n'est pas ton cas. Quant à ma remarque sur les ethnies, c'était une réponse globale. Le fait que des minorités ethniques ne soient pas représentées dans un univers d'heroic fantasy ne me choque pas. Le fait que des femmes ne soient pas représentées dans un même univers, ou comme des éléments de décoration ou des saintes vierges, me choque.
  14. arya

    Les films de 2013

    Non mais y'a un truc que tu piges pas, c'est que je n'ai pas besoin de prouver quoi que ce soit quant à la manière dont tu exprimes certaines choses. Tu écris tout bien clairement comme un grand toi-même, j'ai la vague impression de me répéter. C'est juste qu'à chaque fois ça me soulève le cœur. Donc je réagis. Y'a des choses comme ça, on peut pas composer avec, on réagit. Tu vois par exemple j'ai réagi à ce qu'a dit Benjicock sur les premiers rôles féminins. Là encore, je ne le fais pas pour que tout le monde identifie quelque chose, mais parce que ça m'énerve et que je trouve ça faux, et dit pour de mauvaises raisons. Si ça ne t'embête pas trop, je veux bien continuer à donner mon avis, même si ça va à l'encontre du tien. Et c'est souvent le cas. Sauf qu'il ne s'agit pas d'un os à ronger pour une chienne de garde, mais seulement d'un avis contraire au tien, argumenté autour du fait que dans l'ensemble, quand il s'agit de femmes, tu tapes deux fois plus fort. Honnêtement, pose-toi des questions. Lis l'infographie que j'ai postée. Demande-toi si mes réactions viennent de nulle part. Demande-toi pourquoi tu ne condamnes pas le jeu de n'importe qui d'autre dans ce film, alors que le jeu d'Orlando Bloom est juste tout aussi mauvais. J'en suis désolée, mais c'est récurrent, tes posts me font cet effet-là quasiment à chaque fois. Une dernière chose : je repère, au fur et à mesure, des indications sur la vie personnelle de chacun-e. Il y a un nombre non-négligeable d'hommes homosexuels sur ce forum, ou bisexuels, ou pansexuels, des gens créatifs, des intellectuels, des artistes (et quelques improductifs pour citer Brigitte Fontaine), en tout cas un autre modèle qu'hétéro blanc riche maître du Monde. Je m'attendrais à trouver un peu plus de compréhension sur ces questions, étant donné qu'on subit les mêmes violences, à plus ou moins courte échelle. Soit être méprisé-e-s parce qu'on est autre chose qu'un homme hétéro de plus de 40 ans blanc et riche.
  15. arya

    Les films de 2013

    (Oui mamour.) (Mais quand même, ça voulait dire quoi "allez, c'est parce que tu aurais aimé que je dise que c'est parce que tu es une femme" ?)
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.