Jump to content
forum.bjork.fr

Stridulum

Membres
  • Content Count

    1,026
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

213 Excellent

6 Followers

About Stridulum

  • Rank
    Vökuro
  • Birthday 11/09/1987

Profile Information

  • Genre
    Non précisé
  • Lieu
    Paris

Björk

  • My gigs

Recent Profile Visitors

7,716 profile views
  1. björk contrainte de se justifier ? c'est quoi ce bordel
  2. J'ai l'impression qu'on peut appliquer cette phrase à toute l'ère Utopia: c'est beau, c'est très bien produit...mais c'est creux. C'est contemplatif, il ne se passe pas grand chose. Il n'y a pas de tension pour nous maintenir en haleine. Je mets 3 étoiles (tout comme j'ai mis 3 étoiles à l'album)
  3. Comme tous les clips récents de Björk en fait (hélas ?) je trouve ce clip magnifique. Je crois bien que c'est mon préféré d'utopia. J'aime bien les trucs gluants, les "aliens synthétiques", les organes à vif ça me parle beaucoup. Le côté sombre. J'adore les intéractions entre Arca et Björk, c'est exactement comme ça que j'imagine leur relation: humilité, partage et respect mutuel. Je trouve que cette vidéo exprime très bien leur rencontre et leur complicité. Un seul problème, mais de taille: Je n'aime pas ce morceau Il m'a déplu dès la première écoute et ce clip n'y changera rien.
  4. je pense qu'elle voulait dire que Björk en disant ça commet une maladroite analogie de type "elle est égyptienne >> pays du désert et de chaleur>> donc elle a une sensibilité aride désertique", ce qui revient à réduire la personnalité ou sensibilité d'une personne à son pays d'origine. Elle aurait pu se passer de sortir des trucs pareils :/ Ou alors j'ai mal compris riri ?
  5. je suis déçu de ce morceau que je trouve très plat et assez ennuyeux. Mais peut on lui en vouloir de faire quelque chose de différent ? J'ai adoré Bicep (ce refrain !! ). Donc 50/50 pour le moment si ces deux morceaux annoncent le prochain album.
  6. Je suis 100 % d'accord. Un peu déçu par le morceau final. Limite j'aurais préféré que ce morceau reste cette instru géniale d'1 min des débuts. Depuis, j'ai un peu lâché l'affaire avec Iamamiwhoami mais à l'époque ce morceau là m'avait vraiment scotché à et éveillé tout mon intérêt pour elle.
  7. Stridulum

    Dark

    Sur la vive recommandation de mon frère, je viens de commencer "dark", la nouvelle saison de netflix. Déjà: le générique est de soap&skin, je meurs. Je crois à un nouveau morceau mais non, en fait c'est son duo avec apparat. Mais quand même c'est bon signe. Très bonne BO dès le premier épisode, ambiance glauque, ça se passe en 2019 dans une petite ville grise et pluvieuse d'Allemagne où se trouve une centrale nucléaire. Un bois qui a l'air hanté se trouve là aussi. Les images sont magnifiques. Un jeune garçon a disparu, la ville s'affole. Une lettre à ne pas ouvrir avant le 4 novembre à 22h 13 est le fil rouge de ce premier épisode. Le premier épisode m'a beaucoup plu. Au suivant !
  8. je vous remercie. Comme je l'ai indiqué dans mon premier message dans ce topic je suis vraiment venu discuter ici de ce sujet parce qu'il me passionne. j'ai mon opinion et mes idées sur l'écriture inclusive, et si mes discussions avec vous me permettent d'apprendre des choses nouvelles et me montrent que mon opinion est clairement erronée, je serais ravi de faire mon mea culpa.
  9. J'ai fait une licence de sciences du langage et un master d'enseignement du français au étrangers. j'ai étudié particulièrement la phonétique, la phonologie, la grammaire, l'acquisition du langage, la syntaxe, la sémantique lexicale et la sociolinguistique. Je n'ai pas étudié l'histoire de la grammaire française (le champ de la linguistique est très vaste je ne vous apprends rien), c'est pour cela que j'indique que je vais me renseigner davantage à ce sujet (notamment grâce aux travaux d'Eliane Viennot)
  10. Je n'ai pas encore regardé la vidéo de la conférence d'Eliane Viennot (qui dure près de 2 heures) mais j'ai lu plus haut que "la lumière s'allumerait une fois que ce serait fait". Mon avis est donc susceptible de changer. Je te répondrai vraiment une fois que j'aurai regardé cette vidéo si mon avis change, mais vais te fournir une réponse éventuellement provisoire. Pour le moment ma réponse est toujours la même, je réponds: l'usage et l'arbitraire du langage. C'est pour toi et pour d'autres de la mauvaise foi, mais c'est un point de vue largement partagé en linguistique. L'arbitraire du langage est un concept indiscutable aujourd'hui. Je ne pense pas, de mon point de vue, que le masculin soit le genre faisant office de neutre en Français par sexisme et domination masculine dans une société patriarcale. L'arbitraire est un phénomène totalement linguistique qui ne saurait être calqué sur la société, contrairement à d'autres phénomènes relevant de la sociolinguistique. Je pense que ce débat perdurera très longtemps et que ce point précis est le centre de notre désaccord.
  11. il y a une méprise, en prenant cet exemple je ne voulais pas dire que l'attribution "masculin / féminin" était arbitraire (même si c'est le cas pour les noms communs inanimés) mais que le langage par nature l'est. c'est à dire qu'il y a des phénomènes en linguistique dus au hasard qu'on ne peut pas refléter dans la sociologie et qui à mon sens ne peuvent pas contribuer au sexisme. Il ne faut pas le voir de cet oeil là. Cet argument m'a uniquement servi à montrer qu'une langue complètement neutre dénuée de genre n'empêchait pas le sexisme de se produire. Oui. je te rejoins complètement la dessus. La féminisation des noms n'est pas le problème le plus épineux de l'écriture inclusive, c'est partie gagnée je pense. (Qui s'étonne aujourd'hui de voir "une auteure", "une docteure" ? c'est ancré) Le débat porte plus sur des données typographiques: point médian/ slash/ etc.. et la création de pronoms personnels neutres "iels" celleux". J'aimerais être aussi optimiste que toi. Malheureusement, les études de l'éducation nationale parlent d'elles mêmes. Le niveau de maîtrise de la langue française écrite se dégrade dangereusement (premières victimes : la génération Smartphone) et on se retrouve avec des élèves qui arrivent en sixième sans savoir écrire le français. Et cela continue au lycée. On ne peut pas avoir d'avis formel tant que le débat ne sera pas tranché et qu'on aura pas définitivement décidé de l'attitude à avoir concernant l'enseignement de l'écriture inclusive. Peut-être des classes expérimentales dans un premier temps ? Là dessus je ne suis clairement pas d'accord. Pour moi le fait que le masculin soit considéré comme neutre n'est pas sexiste. Le masculin ne devient pas neutre en "l'emportant" de manière victorieuse et dominante sur le féminin, c'est une transformation linguistique qui s'opère. Le masculin perd ses traits sémantiques de "masculinité" pour accéder à un statut non genré. En discutant de cela, je me rends compte à quel point ce débat est subjectif et soumis à l'appréciation et au ressenti de chacun. De mon point de vue strictement linguistique, il est difficile de ne froisser personne. On finit par un accord. Là dessus je te rejoins complètement. Cette expression " le masculin l'emporte sur le féminin" est une catastrophe à éradiquer au plus vite. @aifol : tu as posté alors que j'étais en train de rédiger ce message. Merci je vais regarder les vidéos d'Eliane et lire davantage sur elle. Aurais tu des articles d'elle à me conseiller sur : le point médian ( et tout l'aspect topographique de l'écriture inclusive) , la création de nouveaux pronoms personnels et l'histoire de la neutralité du masculin (si jamais ces termes ne sont pas abordés dans la vidéo)
  12. Dans ce cas le masculin ne l emporte pas. Il devient neutre. Edit: j ai bien écrit le masculin fait office de neutre et non "l 'emporte sur le féminin ". La différence est importante. Par rapport à ce que tu soulignes en premier, le fait de dire une productrice est un néologisme qui a été lexicalisé, comme tous les noms de métiers qui ont été feminisés. Toujours de mon propre point de vue, je fais une différence entre créer un nouveau nom commun (une nouvelle entrée dans le dictionnaire), signes de nouveauté et d'apparition dans une langue et modifier la structure d un pronom personnel ( "iels") ou démonstratif ("celleux") déjà existants de manière à les rendre inclusifs. C est mon humble point de vue.
  13. Je viens de lire tout le topic et je suis très content qu’il y en ait un sur ce forum car c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup en ce moment précisément, où je constate que beaucoup de personnes sur Facebook etc..se mettent à la pratiquer. J’allais d’ailleurs naïvement créer un topic intitulé « écriture inclusive / langage épicène si on en parlait ? » Moi-même je la pratique à un niveau assez faible. (je féminise les noms de métiers mais je ne pratique pas le point médian, ni l’accord de proximité et je n’ai pas recours à des pronoms personnels tels que « iels ») Je suis favorable à la disparition totale de l’expression tant répandue à l’école « le masculin l’emporte sur le féminin » qui écrite et enseignée telle quelle est désastreuse (en ça je rejoins complètement Eliane Viennot) Mais étant linguiste de formation j’ai aussi lu Alain Bentolila notamment pendant mes études, linguiste qui a beaucoup écrit sur l’illettrisme des jeunes adultes en France et sur l’apprentissage de la lecture et du langage chez l’enfant. Ce linguiste se positionne plutôt contre l’application officielle de l’écriture inclusive/ du langage épicène. Son raisonnement est purement linguistique, et je pense que je rejoins sa manière de penser. Je vais peut être me faire des ennemis mais j’avais vraiment envie d’en discuter avec des gens pour qui l’écriture inclusive est importante et libératrice. Donc n’hésitez pas à réagir (après avoir lu l’ensemble de mon post bien entendu) Il y a des réformes avec lesquelles je suis d’accord, comme la féminisation des noms de métiers qui illustre une réalité concrète : on a commencé à parler d’auteure ou de productrice quand dans la société il est paru évident qu’il y avait beaucoup, voire autant de femmes que d’hommes dans cette profession. Mais je dois dire que l’accord de proximité ou bien l’utilisation du point médian ou bien l’emploi de termes tels que « iels » ou « celleux », je ne les pratiquerai pas. Je considère que les mutations d’une langue sont liées à l’usage seul, et ne sauraient provenir d’une écriture militante et forcée. Bien entendu je vais vous exposer mon raisonnement. Et ça n'engage que moi. L'écriture inclusive devrait être laissée au choix et à l'appréciation de chacun. Je serais donc pour ne pas l'interdir mais pour ne pas la forcer non plus. Je pars du postulat que l’écriture inclusive est un faux combat. Pourquoi ? Parce que considérer que les discriminations sexuelles en France sont dues en partie à la langue française ou du moins que la langue française a une responsabilité dans le sexisme en France est pour moi une erreur. Ce n’est pas avec l’écriture inclusive que l’on fera reculer la discrimination sexuelle. Je peux prendre l’exemple du turc (91 millions de locuteurs dans le monde) où il n’y a pas de genre. Voici un exemple très basique (c’est ma langue maternelle) : O : il / elle Güzel : joli / jolie O güzel : il est joli / elle est jolie >> Pas de pronom personnel masculin, pas de pronom personnel féminin, pas d’accord de l’adjectif dans cette langue. Pas d’accord du participe passé. Pas de genre en fait. Maintenant je fais appel à votre bonne foi : peut-on affirmer que la Turquie est championne en égalité des sexes ? quid de la Hongrie où idem, il n’y a pas de genre ? Il y a bien d’autres langues dans le même cas. Cet exemple pour moi montre que la neutralisation d’une langue n’a aucune influence sur la politique d’un pays, ni sur sa façon de traiter les femmes. Pour améliorer la condition et la visibilité des femmes, faisons pratiquer l’égalité totale dans tous les domaines, tous les métiers etc.. Se battre pour la parité au sénat est crucial. Se battre pour qu’une femme gagne un salaire identique à celui d’un homme est crucial. Se battre pour une meilleure visibilité des femmes dans tous les milieux est crucial. Se battre pour l'application officielle de l'écriture inclusive est pour moi une perte de temps. Qu’est ce qu’une langue ? Qu’est ce qu’un mot ? Ce sont des signes totalement arbitraires. L’arbitraire du signe linguistique est la base de ce raisonnement. Ferdinand de Saussure, le père de la linguistique moderne a fondé le concept de l’arbitraire du signe : Le lien entre le signifiant et le signifié est arbitraire et non motivé, car un même concept peut être associé à des images acoustiques différentes selon les langues. Pourquoi un gâteau s’appelle-t-il « gâteau » en français ? Pourquoi la suite des phonèmes « g » « a » « t » « o » désigne –t-elle un dessert cuit au four, alors que cette même suite de phonèmes désigne en espagnol en chat ? Parce que c’est comme ça !! il n’y a aucune explication à donner à cela. La langue est ARBITRAIRE. Donc arrêtons de croire que changer la langue va changer la société. Le masculin en français fait aussi office de neutre, cela est communément admis chez les grammairiens. Cela est strictement linguistique et n'a rien à faire avec un complot machiste de l'académie française (que je considère aussi comme des vieux conservateurs, je suis le premier favorable aux mesures de simplification de la langue française afin de faciliter son apprentissage et son accès. Le niveau de maîtrise du français écrit actuellement est ALARMANT) Je ne sais pas combien de personnes tiendront jusque là, mais si vous l’avez fait je vous remercie et cela vous permettra peut être de comprendre pourquoi des personnes ne pratiquent pas tous les principes de l’écriture inclusive : on est pas machos, juste réalistes et lucides sur la notion et le fonctionnement d'une langue vivante.
  14. Donnons une réponse à ce topic puisqu'il a été créé même si je pense que beaucoup de membres se contenteront de leur avis donné dans le topic "premières impressions". Après deux bonnes semaines d'écoute, je constate avec déception que pour la première fois un album de Björk ne m'a donné aucun frisson. Alors oui je le trouve beau, le concept est complètement abouti et réussi, les univers sonores sont magnifiques. J'adore les flûtes, j'adore la voix: tantôt aérienne, tantôt organique, tantôt feutrée. J'adore les beats et les progs. Donc j'ai pris ma place pour le concert à WLG et Utopia figure dans mon top 10 de 2017. Mais cette nouvelle manière de composer de Björk m'a complètement dérouté et je n'ai pas réussi à passer outre. Je n'arrive pas à rentrer dans ces morceaux, je ne peux que les écouter et apprécier les textures, ambiances etc..mais je n'ai eu aucun coup de foudre. Je crois que ce qui me subjugue avec Björk c'est sa capacité à faire des morceaux de pop avec des sons expérimentaux: je pense à des morceaux comme Where is the Line, Wanderlust, Mutual Core ou Mouth Mantra qui m'ont complètement scotché à la première écoute. J'ai volontairement pris un morceau de chacun de ses derniers albums pour bien montrer que jusqu'à maintenant le coup de foudre se produisait toujours. Cette fois-ci il n'a pas eu lieu, même si ça ne m'a pas empêché d'avoir des orgasmes auditifs (la deuxième partie de Losss ! ) à cela s'ajoutent mes réticences sur le mixage de l'album. Donc oui je suis un peu déçu mais j'admire toujours autant B. pour sa capacité à se renouveler sans cesse, à repousser les limites de la musique et à créer des univers sonores uniques. Ma note : 3 étoiles Morceau préféré : J'ai voté "impossible à choisir", mais ça se jouerait entre Blissing me, Utopia, Feature Creatures, Body Memory, Sue Me et bien sûr Losss.
  15. Il est vrai que cet album étonne par son mixage qui ne lisse pas du tout les sons. Le rendu est extrêmement "physique", "organique", "concret". (encore un autre point qui fait que cet album n'a rien à voir avec les précédents) L'immersion dans "l'île" d'Utopia est en ça une réussite. On ressent les oiseaux, les feuillages, les respirations etc... Mais malgré ça, je ne peux m'empêcher de trouver le mixage en deça de ce à quoi Björk nous a habitués. Je suis peut être trop exigeant (enfin on parle de Björk quand même), mais l'album aurait pu sonner mieux (les niveaux plus égalisés par exemple) tout en gardant cet aspect organique.
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.