Jump to content
forum.bjork.fr

innerwatch

Söfftchevaliers
  • Content Count

    2,109
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by innerwatch

  1. Dans le fond du Golden Circle tu es à l'aise car les gens se massent davantage à l'avant mais tu es quand même plus près que les billets classiques.
  2. Rions bien rions gras, l'histoire de l'Appeau d'Hécouye, calembour linguistique de nos riantes régions.
  3. Je ne sais pas. Entre voir une version un peu moins bien / itinérante du spectacle ou ne pas la voir du tout (ou sur YouTube), je préfère encore me déplacer (j'estime la distance raisonnable sur un weekend — de Paris du reste). Pour la station debout, je pense qu'il se passera suffisamment de choses sur scène pour ne pas ressentir de la lassitude. Et elle n'est pas du genre à faire des concerts de 3h non plus jusqu'à ce que la salle ronfle hein thom yorke En plus, j'ai toujours rêvé de traverser Thionville sous un ciel de novembre.
  4. Je vois pas trop comment on peut se rendre bien compte de la qualité globale d'un spectacle en visionnant deux vidéos sur instagram et en écoutant un bootleg enregistré sous une parka de façon non professionnelle. Quant au contenu en lui-même, on va bientôt lui reprocher de ne pas avoir créé sa maison de couture pour avoir ses robes ou de ne pas avoir inventé le vidéo-projecteur. Alors qu'il y a plein de nouveautés, objectivement, dans cette tournée, que ce soit des dispositifs scéniques (déjà vus ailleurs et alors ? on va pas se plaindre qu'elle cherche des idées) ou des instruments (la chambre de résonance ou la flûte cerceau — d'ailleurs il n'y a que moi qui la trouve un peu kinky?) Au niveau paroles on sait qu'elle peut être à la ramasse (je suis le premier à le dire) et elle s'est fait une raison, c'est aussi pour ça qu'il y a des prompteurs, ça fait partie du spectacle désormais. Sans parler du fait que la réduire à simplement faire la chanteuse est un peu ignorer tout le son travail autour. J'ai été ravi d'avoir vu la tournée Utopia en plein air avec des fleurs dans les veuches, j'espère pouvoir assister à la tournée Cornucopia en théâtre, monocle dans une main et coupette de shampain dans l'autre.
  5. Merci pour tous les liens & photos ! (c'est pas un peu le bordel Mouth's Cradle? )
  6. Encore heureux Je trouve le set de K7 mignonnet, mais une par une je les trouve plutôt moches (et pas que la jaune). Je parle de la cassette en elle-même, pas le boitier ou le livret. Avec une exception pour Vespertine avec son blanc jauni et ses zigouigouis à la M/M et éventuellement le cœur de Medulla, les autres font vraiment produits pirates avec la police récupérée sur dafont, et sans sticker (c'est-à-dire avec les textes directement imprimés sur la cassette) ça fait même un peu cheap. Encore plus avec les polices hyper austères de Vulnicura et Utopia.
  7. Il faut préciser que Me Company n'avait pas publié sur Instagram depuis plus d'un an, et qu'à l'occasion des 20 ans de la sortie single de Hunter, ils s'y remettent depuis hier. Je ne sais pas si Paul White est directement derrière les commandes de ce compte ? J'espère qu'il y aura d'autres publications de ce genre.
  8. "Merci à toutes celles et ceux qui ont sacrifié un peu de plage et de Coupe du Monde" apparemment le maquettiste est resté sur sa plage. Cette couverture.. J'imagine que le dossier sera visible en ligne ?
  9. Je pense qu'elle l'a rédigée elle même sa bio, ça la rend un peu désagréable j'en conviens et ça me faisait un peu peur (enfin que ça soit elle ou pas ça change rien finalement), en plus de ce qu'avait posté aifol au-dessus, mais ça ne se ressent pas dans la lecture.
  10. C'est pas si mal, vraiment. Je m'attendais à une lecture un peu terre-à-terre et idolâtre, mais cela reste supportable. Évidemment on ne va pas écrire tout un essai sur un album pour dire tout le mal qu'on en pense, mais Emily Mackay ne s'est pas trop vautrée dans la béatitude de fan absolue. Tout ne m'a pas intéressé et tout n'a pas été une découverte pour moi dans ce que j'ai lu, mais il y a des petits détails ou des éclaircissements que j'ai apprécié d'apprendre (non, je n'ai pas lu toutes les interviews de Björk parues, sue me sue me all you want). De la façon dont le son au tout début de Hunter a été enregistré à la façon dont Björk tire les thèmes de ses chansons des eddas ou sagas, je pense que chacun peut y trouver son compte, pas forcément sur la totalité du livre (une partie est consacrée à sa carrière avant qu'elle ne se lance en solo, même moi je savais tout ça) mais sur plusieurs passages. Il y a des considérations qui relèvent parfois de l'anecdotique, et d'autres plus poussées sur la musique, la féminité dans la musique et la/les position.s de Björk à ce sujet. Elle fait également le lien entre Homogenic et Vulnicura, les deux ayant suivi des périodes mouvementées pour Björk et dont les enregistrements ont plus ou moins servi d'exutoires, ainsi que les univers et avatars qui ont été créés autour (qu'en gros, les thèmes de la guérison et du renouveau/de la métamorphose les relient). Une lecture pas forcément indispensable, mais agréable, en attendant de réécouter l'album pour la millionième fois en essayant d'entendre le sample de cornemuse inuite dans telle chanson ou de sentir l'influence de la saga d'Eirikr le Rouge dans les paroles de Bachelorette.
  11. Combien de chansons de Björk pouvez-vous nommer en moins de 10 minutes (uniquement sur les albums studio) ? J'ai eu 87/101 (86% — la moyenne est de 58%) en oubliant des singles https://www.sporcle.com/games/smekeldorfed/bjork_songs
  12. J'ai bien aimé. J'avais essayé de me préserver du contenu de la tournée (à part les setlists, bon), j'ai tout aimé. La première partie était épouvantable. J'aurais dû me rencarder avant pour savoir ce que c'était, comprendre ce que c'était, aller au bar pendant que c'était. Lanark m'a un peu plus plu, un peu aride au début, limite vulgaire au milieu, mais fatiguant à la longue. Pour Björk, je trouve ça un peu étrange de reprocher un manque de spontanéité à un spectacle qui est chorégraphié du début à la fin, c'est comme ça qu'il a été conçu, comme tous les autres d'ailleurs. Björk ne raconte jamais sa vie en concert et je l'ai trouvée fidèle à elle même, en balançant ses "merci bieng" et ses "bedankt" en alternant bien les langues après chaque chanson pour éviter tout faux pas diplomatique, how Scandinavian of her. J'ai apprécié qu'elle ne soit pas au centre de la scène tout le temps et pas éclairée par une poursuite (mon dieu), ça m'a donné l'impression d'une troupe avec une chanteuse et non l'inverse, ça change. Le son était pas top je suis d'accord, les basses encore un poil trop fortes pour laisser de la place au reste. Après ça devait dépendre de là où on se situait, car ça ne m'a frappé qu'à quelques moments seulement. Il me semble difficile pour des morceaux comme Losss de ne pas être un peu cacophoniques dans un espace ouvert, à moins de leur retirer des couches et les réduire à leur strict minimum. Je ne vais pas redire tout ce que j'ai vu puisque ça a déjà été commenté plein de fois depuis le début de la tournée, j'ai aimé ses petites danses, les flûtistes exaltées, les décors en plastique vs. les habillages vidéo chiadés, les réinstrumentations fan-service, l'impression d'avoir regardé un arc-en-ciel en mouvement devant moi pendant une heure et demie à la fin du concert. J'ai été très surpris par l'attention portée sur les détails du festival qui organisait le concert : les cartes cashless Björk, les bracelets avec "Björk" dessus, les menus "Björk", les couronnes de fleurs (distribuées par un fleuriste Gantois), ils étaient très fiers de l'accueillir.
  13. J'en ai d'autres : je sèche pour les autres du coup :
  14. Histoire d'être sûr de l'avoir... en retard The Gate et Blissing Me sont encore très facilement trouvables plusieurs semaines/mois après leur sorties "exclusives" respectives (dans une vulgaire Fnac ou en ligne).
  15. On en est où de cette histoire ? Je n'ai trouvé aucun article datant d'après les premières annonces de novembre dernier. Il y a bien un article récent sur le site même de Blockpool mais qui ne met rien à jour.
  16. Elle pouvait pas faire ça pendant les vacances de la zone C ? À une semaine près. Encore gérée avec les pieds sa tournée.
  17. La colle des affiches pour We Love Green qui sont apparues dans le métro cette semaine est encore à peine sèche. Je ne peux pas me prononcer pour celles du métro de Périgueux.
  18. Pour celles et ceux qui ne suivent pas Michel Gondry sur Instagram, il a récemment beaucoup alimenté son feed avec des petites animations ambiance papier canson / ciseaux / marqueur assez rigolotes, qui ont plus ou moins toutes un côté autobiographique. Dans la dernière il parle de Björk pendant une micro-seconde :
  19. Je comprends qu'on puisse tout à fait prendre des billets pour aller voir un concert à l'autre bout du continent ou du monde, réserver l'avion l'hôtel etc. Mais quitte à jouer les globbe-trotters j'en profiterais pour rester quelques jours sur place et visiter le coin ou carrément organiser des vacances autour (encore plus pratique si on peut poser des rtt)... après si le concert est annulé ben au moins je reste pas à faire les cent pas devant la salle ou ne pas partir du tout en déchirant tous mes posters dans ma chambre et en me roulant par terre. Je comprends que ça râle mais un concert annulé, c'est pas si rare que ça non plus et quand on en vient à Björk, malheureusement, ça devient de plus en plus la roulette russe
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.