Aller au contenu


jeep

Inscrit : 23 août 2004
Hors-ligne Dernière activité : sept. 19 2017 10:41

Mes sujets

Oakenfold Everest Remix

12 avril 2017 - 10:36


 

Paul Oakenfold, un DJ au sommet qui a conquis l’Everest

11.04.2017

Une centaine d’alpinistes emmitouflés ont bravé mardi le froid glacial et le manque d’oxygène pour danser, du mieux qu’ils pouvaient dans ces circonstances, au rythme de musiques électroniques à l’occasion de « la plus haute fête sur Terre » au camp de base de l’Everest.

Le célèbre DJ britannique Paul Oakenfold a donné dans la matinée un concert à 5 380 mètres d’altitude, au pied du toit du monde, un événement destiné à sensibiliser au réchauffement climatique et à lever des fonds pour des ONG. Sous une tente décorée des traditionnels drapeaux de prières colorés du Tibet, le musicien a officié devant un groupe de montagnards en doudounes et bonnets, un public bien différent des fêtards d’Ibiza ou de Goa. « C’est vraiment incroyable. Je me sens si chanceux d’avoir pu me produire ici », a déclaré au téléphone l’artiste aux trois décennies de carrière.

Son public a quant à lui semblé ravi : « C’était assez cool. Cela fait plusieurs années que je viens mais je n’avais encore jamais rien vu de tel », a raconté l’Américain Ben Jones, employé d’une compagnie d’alpinisme. Ranzen Jha, un DJ népalais qui s’est produit à la suite de Paul Oakenfold, a exprimé sa satisfaction face au nombre des spectateurs. « Le message s’est répandu et beaucoup de personnes sont venues », s’est-il réjoui.

Il aura fallu aux artistes dix jours de trek, le matériel sonore transporté à dos de sherpas et de yaks, pour atteindre le camp de base. Avant de s’attaquer au sommet, les candidats à l’Everest font des allers-retours entre les différents camps pendant plusieurs semaines afin d’habituer leur organisme aux conditions extrêmes de la très haute altitude.

https://www.lequotid...nquis-leverest/


[Netflix] The Get Down

18 août 2016 - 18:06

Le Bronx en 1977.
Le disco règne sur les pistes de danse et les ventes de disques, mais une nouvelle musique, une nouvelle tendance est en train d'émerger des bas fonds des quartiers les plus pourris de New York.
Cette musique n'a pas encore de nom, cela deviendra le hip hop puis le rap.
 
Baz Luhrmann a écrit la série et a lui même réalisé le pilote de 90 minutes.
Plus gros budget de Netflix a ce jour, 120 millions de dollar pour les 12 épisodes.
Netflix n'a mis en ligne que 6 des 12 épisodes tournés, le reste sera pour début 2017 (ce genre de diffusion d'une saison en deux temps commence à se multiplier).
 
La trame est très proche de la série échec de HBO "Vinyle".
Musique, industrie du disque, jeunes talents, politique, criminels...
On y trouve aussi des artistes réels, les pionniers du genre, Grand Master Flash, Kool Herc...
En dehors de la musique, le graff a aussi une bonne place, dans des quartiers qui ressemblaient en 1977 à Alep en Syrie de nos jours.
 
Mais où Vinyle s'est planté, The Get Down a relevé le défit haut la main.
Les jeunes acteurs blacks et portoricains sont convaincants, le mélange d'images d'époque s'intègre parfaitement dans l'histoire, les scènes de danse dans les clubs ou les caves sont magistrales (spécialement dans le pilote de Baz Luhrmann, même si on pourra trouver qu'il en fait un peu trop, comme dans ses films, mais ça reste flamboyant).
 
Dans les acteurs plus âges, on retiendra les deux frères joués par Jimmy Smits (NYPD Blue, The West Wing, Sons of Anarchy) et Giancarlo Esposito (Gus Fring dans Breaking Bad).
 
Bon il faut ne pas être trop réfractaire au hip hop / rap pour voir ça mais pour moi enfin une bonne surprise pour 2016.
 


[HBO] Vinyl

28 février 2016 - 12:17

7171951oMg5GpkJ0WEnBwlsaaBZuQ.jpg

Un projet porté depuis des années par Mick Jagger et Martin Scorsese qui ont essuyé plusieurs refus pour une adaptation au cinéma.

L'histoire d'un producteur d'un label musical qui au bord de la faillite refuse de vendre sa boîte aux allemands et part à la recherche de nouveaux talents.
Ceci se passe au milieu des années 70.
Avec aussi des flash-backs.

Finalement, HBO a été partante pour une série.
Un pilote d'1h50 réalisé par Scorsese lui même, qui a côuté un bras et demandé trois mois de tournage à lui seul, une bande originale avec un très gros budget pour pouvoir inclure des titres de grands artistes et groupes...

Tout était réuni pour un gros succès.
Et il y a deux semaines, 750.000 spectateurs devant HBO pour suivre le pilote.
Le pire démarrage pour une nouvelle série dans cette vitrine d'HBO qu'est le prime du dimanche soir.
Boardwalk Empire, produite aussi par Scorsese, attirait 4 millions de spectateurs le dimanche.
Game of Thrones en attire 8 millions.

HBO déclare tout le temps ne pas se soucier des audiences, mais le choc doit être rude.
La série a été très bien accueillie par la critique.
Mais les spectateurs n'ont pas suivi, une grande partie de l'audience a changé de chaîne durant la diffusion.

Même Bobby Cannavale ("BoardWalk Empire", "Nurse Jackie") a été éreinté sur de nombreux sites internet par les spectateurs.
Alors qu'il accomplit une performance impressionnante dans son rôle de manager au bord de la rupture et coké jusqu'à la racine des cheveux.

Les américains ont pourtant une culture rock bien ancrée.
Difficile de comprendre ce qui n'accroche pas.
Les kilos de coke qui passent dans les narines, les années 70, une réalisation un peu trop épileptique par moment ?

J'ai pour ma part bien aimé, même si il y a pas mal de longueur dans le pilote qui aurait pu être allégé de 20 minutes.
Les scènes de reconstitution des concerts rocks de cette époque ont vraiment été léchées.
Et puis toute une série de scènes où la patte du Scorsese en met plein la vue.

Le deuxième épisode était assez bon aussi, mais les audiences sont restées au même niveau.
Ce qui n'a pas empêché HBO de commander déjà une saison 2.

A signaler la présence de James Jagger dans la série qui n'aurait aucun rapport avec son papa à la production ;).
Il est quand même crédible dans son rôle de chanteur dans un des premiers groupes punk de l'époque.

Ci-dessous, reconstitution d'un concert du Velvet Underground en 1967. Avec les projections d'époque, Lou Reed, Nico, Gérard Malanga et la danse du fouet, tout le monde est là et Warhol au balcon.

66507020vv.jpg


[Arte] Meurtre au pied du volcan (Hraunið)

15 janvier 2016 - 09:48

Diffusé hier soir sur Arte, les 4 épisodes d'une mini-série islandaise, Hraunið (les champs de lave), que la chaîne française a décidé de renommer "Meurtre au pied du volcan".

Il s'agit du deuxième volet des enquêtes de l'inspecteur Helgi Marvin Rúnarsson, la première "saison" se nommait "Falaise" et n'a été diffusée que sur Eurochannel.

Je n'ai pas eu le temps de voir ça hier mais c'est en replay sur le site d'Arte.
http://www.arte.tv/m...piedduvolcan/fr

Pas mal de critiques élogieuses, dont un blog du Monde qui doit être truffé de spoilers :
http://seriestv.blog...olet-islandais/

[Pub / Marketing / Mixologie] Björk aime le champagne... et les cocktails

26 septembre 2015 - 09:21

On le sait depuis longtemps.

 

Mais il s'agit là d'une collaboration avec Chris Cunningham pour le design d'une série limitée de coffrets de Dom Perignon :

 

http://icelandmonito..._dom_perignon/#

 


 

Icelandic musician Björk Guðmundsdóttir has designed a champagne bottle for renowned brand Dom Pérignon in collaboration with music video director Chris Cunningham. 

The champagne, a Dom Pérignon Vintage 2006 comes to wine stores in October and features a gift box with beams of light eminating from the bottle. 

 

C'est la rencontre d'une bouteille de champagne avec le sabre laser de Luke Skywalker.

Ça tombe bien à quelques semaines de la sortie du nouveau Star Wars.

 

556554Dom.jpg

 

 

Le concept ne semble pas plaire à tout le monde :

 

http://www.eater.com...perignon-bottle

 


Is Bjork the Worst Champagne Bottle Designer of All Time?

 

Musician and human alien Bjork has a new title to add to her resume: Champagne bottle designer.