Aller au contenu


Riri

Inscrit : 29 oct. 2015
Hors-ligne Dernière activité : hier, 22:42

#182959 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - hier, 14:32

Trad corrigée/complétée 

 

En suivant l'esprit de #metoo, j'aimerais tendre une main vers toutes les femmes à travers le monde en détaillant davantage mon expérience avec un cinéaste danois. C'est extrêmement difficile de révéler ce type de choses au public, particulièrement quand c'est immédiatement ridiculisé par les agresseurs. Je comprends totalement toutes les personnes qui hésitent, pendant des années parfois. Mais je pense que c'est le bon moment, ces jours-ci particulièrement, où ça pourrait participer au changement. Voilà une liste des situations qui, je pense, comptent comme des situations de harcèlement sexuel :

1. Après chaque prise, le cinéaste courrait vers moi et m'entourait de ses bras pour un long moment, devant toute l'équipe ou quand nous étions seul·e·s, et me caressait pendant plusieurs minutes contre ma volonté
2. Quand après deux mois je lui ai demandé d'arrêter ce type de comportements, il a explosé de colère et a cassé une chaise devant tout le monde sur le plateau. Comme quelqu'un qui a toujours été autorisé à tripoter ses actrices. Nous avons toutes et tous été renvoyé·e·s du plateau après cela ce jour-là.
3. Pendant tout le tournage, il y a eu de constantes avances sexuelles, chuchotées, non-sollicitées, malaisantes et paralysantes, avec force descriptions, parfois avec sa femme debout à côté de nous.
4. Pendant que nous filmions en Suède, il a menacé d'escalader le balcon de sa chambre pour venir sur le mien au beau milieu de la nuit avec une intention sexuelle claire, alors que sa femme était dans la pièce voisine. Je me suis réfugiée dans la chambre de mes amis. C'est l'évènement qui m'a finalement fait prendre conscience de la sévérité de la situation et qui m'a poussée à tenir bon.
5. Des histoires fabriquées dans la presse par son producteur qui affirmaient que j’étais difficile à gérer. Cela correspond merveilleusement avec les méthodes et l’intimidation d'un Weinstein. Je n'ai jamais mangé de chemise. Je ne suis pas sûre que cela soit même possible.
6. Je ne me suis pas laissée faire et n’ai pas accepté d'être harcelée sexuellement. On m’a ensuite décrite comme étant difficile. Si être difficile veut dire ne pas se laisser traiter comme ça, alors j'en suis d'accord.

Espoir
Brisons cette malédiction
warmth, Björk




#182942 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - hier, 12:40

Et beaucoup de courage. Beaucoup beaucoup.




#182938 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - hier, 12:22

Je précise à nouveau ma pensée Hoshi (et ça n'est pas pour reprocher, mais pour étayer mon point de vue, pour aller plus loin).

 

Si on prend comme angle le fait que Björk a un caractère particulier ou était dans une situation particulière sur ce tournage, on indique que le problème vient d'elle, implicitement. On indique qu'elle est la source du problème, parce qu'elle est elle. Son étrangeté ou le fait qu'elle ne soit pas d'emblée qualifiée pour le job aurait produit chez le direktor une envie de la tester ou de la harceler. Il aurait perdu les pédales, en gros, à cause de cette personne inhabituelle qui lui faisait face (personne qu'il a embauché pour la BO en toute connaissance de cause et à qui il fait du chantage pour qu'elle endosse le rôle principal à contrecœur, je le rappelle)

 

Là encore, je pense que c'est inverser le point de vue, et c'est faire de Björk l'instigatrice — bien malgré elle — de la situation. C'est elle qui contiendrait en elle-même la source du problème. Mais c'est l'inverse qui se joue : quel que soit le statut de la personne harcelée, elle l'est parce que c'est possible, et parce que le système le propose et l'encourage. Les personnes qui harcèlent ou violent ne le font pas parce que soudainement une autre personne leur apparaît comme "challengeable", elles le font parce que nous vivons (et mourrons pour beaucoup de femmes) dans un système qui confirme aux agresseurs, à travers l'éducation et l'ensemble des dispositions sociales et politiques, qu'ils sont dans leur bon droit.




#182935 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - hier, 11:45

Peut être même que le fait que B. n'est de base ni actrice ni mannequin à exacerbé la chose et créer une obsession inconsciente chez LVT... 

 

En réalité non, toutes les femmes sont menacées par ce genre de comportements dans leur vie. Selon les chiffres, 100% des femmes reconnaît avoir été victime de harcèlement, quel que soit le degré. Les femmes handicapées, par exemple, sont particulièrement victimes de ça. Il n'y a pas de situations plus ou moins propices et l'enjeu n'est qu'un enjeu de pouvoir.

 

J'ajoute cette note de blog, qui vaut aussi bien ici que dans le topic Féminisme, pour encore plus de clarté, posté à l'instant.




#182896 Publicités sexistes / marketing genré

Posté par Riri - 16 octobre 2017 - 14:24

DMMVX9YWsAAXUTE.jpg

 

Merveilleux combo sexisme et racisme en veux-tu en voilà. Va me faire la semaine celui-là, j'hésite à me faire tatouer la photo entre les seins.

 

"Deviens une véritable maman"

+

"garçon, fille ou ethnique" (?)

 

Je me demande d'ailleurs quelle distinction est faite entre "fait ses besoins" et "fait pipi et caca". Une fonction "vomit vert en retournant sa tête car c'est ça ses besoins sataniques" ?

 

edit :

 

[via Sihame Assbague sur Twitter] il n'y a pas que Carrefour qui considère les blancs comme ne faisant pas partie d'une ethnie, on copie-colle sans trop se poser de questions sur le texte de présentation du fabricant :

 

DMQyT9KX4AEFjJ1.jpg




#182854 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - 15 octobre 2017 - 20:10

Benji, Björk va dans ton sens quelque part : elle dit bien dans son post que le film semble refléter ce qu'il lui a fait vivre, particulièrement parce qu'elle ne l'a pas laissé faire, et elle a même cette note d'espoir, disant que (de son point de vue toujours) il a  vraisemblablement eu un meilleur comportement avec les actrices à partir de ce moment.

 

J'avoue que pour moi la gifle est sonore. (Et après j'arrête parce qu'on développe plus sur Trier que sur le topic.) Parce que pour moi Antichrist est un film magistral, pas du tout misogyne, au contraire. Que Nymphomaniac ne m'a pas non plus semblé problématique à ce sujet, je lui ai surtout reproché sa glauquitude infinie pour ce qui est du traitement des sexualités (c'est quand même bien rare que le cul soit traité de manière joyeuse et réjouissante, au final) et son racisme.

 

Mais pour continuer sur ce que tu disais Benji, on est pas à une contradiction près. Malheureusement. Je pense qu'un large nombre de types se considère comme exemplaire et même engagé sur le sujet, tout en ayant des comportements discutables ou carrément contradictoires. La déconstruction reste une entreprise longue et bien fastidieuse. Le fait de porter des masques aussi est monnaie courante. Rappelons-nous avec bonheur de Baupin qui porte du rouge à lèvres pour la journée internationale des droits des femmes...




#182846 Humiliation et harcèlement sexuel : Björk dénonce Lars von Trier

Posté par Riri - 15 octobre 2017 - 18:43

On a ajouté des éléments aux pages Wikipédia dédiées à lars von trier, dancer in the dark et dogville, si vous souhaitez contribuer également, ajouter des choses, etc

 

je suis tellement furax que je ne vois pas très clair




#182823 W magazine, itw "Björk par elle même" et nouvelle session photos

Posté par Riri - 14 octobre 2017 - 11:23


je te conseille d'aller voir. 

C'est vrai, tu as raison. Je m'excuse. je vais aller voir tout ce que tu me conseilles, dont je n'avais pas vraiment entendu parler jusque-là, ça me sera sans doute très profitable. Surtout « émotions » et aussi « faciales »

Quant au langage corporel des artistes, j'avoue ne pas être assez calée et observatrice, année par année, pour être capable de dire si telle personne a développé plus ou moins tel ou tel facette de son langage corporel pour réaliser des nouveaux mouvements inédits vis-à-vis de l'année précédente, je suis désolée ! Je me rends compte que je suis complètement à côté de la plaque sur ce sujet, je vais me renseigner parce que là je ne me sens vraiment pas du tout au niveau, sorryyyyyy !




#182815 Susanne Sundfør - Music For People In Trouble,le 14 sept. au trois baudets

Posté par Riri - 13 octobre 2017 - 20:56

Je m'excuse à qui de droit si j'ai dit du mal à l'époque (coucou Nono), cet album est très bon.




#182771 les films de 2017

Posté par Riri - 12 octobre 2017 - 14:00

074483.jpg

 

Vu The Beguiled de Coppola, puis le film original de Siegel (1971). C'est une expérience intéressante et que je vous recommande. J'ai bien aimé les deux, pour des raisons identiques et différentes. Coppola réalise un remake en débarrassant le projet de Siegel d'un certain nombre de ses aspérités, notamment le contexte politique, en le mettant plus à distance, mais en créant un autre contexte politique, intéressant aussi. J'ai une légère préférence pour le film de Siegel, nettement plus âpre et malaisant. Coppola réussit quand même à tisser un intérieur assez fascinant, avec une sorte de lien quasi organique entre les personnages féminins, qui prévalent d'une manière assez franche (et réjouissante). Toutefois, il est dit partout que son projet était de renverser le point de vue, quand dans le film de Siegel il s'agissait du point de vue du personnage masculin (Clint Eastwood), elle aurait tenté de donner le point de vue de ses héroïnes. Je trouve que cette analyse vaut pour un bon gros raccourci, et c'est beaucoup plus subtil que ça.

 

En tout cas la comparaison vaut vraiment le coup d'œil, en particulier pour ce que peut signifier d'écrire des personnages féminins (est-ce un projet en soi ? Le contexte était nécessaire et forcément constitutif de cette construction ? Le désir des femmes doit-il être traité d'une manière saine et équilibrée ? [non] etc)




#182692 W magazine, itw "Björk par elle même" et nouvelle session photos

Posté par Riri - 11 octobre 2017 - 12:12

et vous obtenez les même postures physiques répétées sur vespertine, medulla, et parfois biophilia.

Björk elle a toujours le même corps et elle plie jamais ses genoux dans l'autre sens, saletés de rotules. Pis les coudes pareil. Idem, pas foutue de tourner la tête à 180°. Vraiment c'est chiant.




#182682 W magazine, itw "Björk par elle même" et nouvelle session photos

Posté par Riri - 11 octobre 2017 - 09:39

Très très beau. Je repense aussi au Labyrinthe de Pan (surtout pour la grosse bête verte).




#182605 Mother! de Darren Aronofsky

Posté par Riri - 06 octobre 2017 - 23:16

visiblement plus aronofsky parle plus il trouve de sujets pour son film qui semble bien assez fourre tout..

Oui je vois ce que tu veux dire. J'avoue que je ne me suis pas du tout penchée sur sa parole autour du film, donc j'en ressors avec un avis assez neutre, et surtout très personnel. Un grand moment de cinéma et de pensée en tout cas, et vis-à-vis des enjeux évoqués ces moments ne sont pas forcément légion... Mais l'année est pas mal de ce point de vue, avec aussi The Handmaid's Tale et Big Little Lies notamment, mais je ne me lancerai pas dans une digression !  :manga:




#182586 Mother! de Darren Aronofsky

Posté par Riri - 06 octobre 2017 - 15:10

Mother.png

 

J'ai adoré... Pour moi, un grand film, parfait, sur la manière dont le monde se construit, pour qui, et aux dépens de qui.

 

Une allégorie certes, ultra premier degré, mais très juste. Je ne comprends pas que ce film soit taxé de misogynie, c'est tout l'inverse. Ça m'a valu de m'engueuler avec un copain hétéro cis blanc qui m'indiquait qu'il avait mieux compris le féminisme et ses enjeux que Patti Smith par exemple LOL (dont la performance lors de la première est très chouette, fouillez Youtube).

 

Bref, je suis ressortie de cette projection complètement abasourdie. D'abord parce que j'ai trouvé certaines scènes incroyables (les scènes de bataille notamment, superbes), et aussi pour le fait que ce film montre de manière très claire, sans détours, ce que c'est que le patriarcat. C'est très éprouvant, et pourtant salutaire. Avec l'amie qui m'accompagnait, on s'est dit qu'on avait pris une grosse claque parce que

1. le film est insoutenable, mais aussi nécessaire (comment peut-on le comprendre autrement ? Il est tellement premier degré et à charge pour le patriarcat, je ne comprends pas qu'on puisse le taxer de misogynie) (oui la meuf du film en prend plein la gueule pendant tout le film, mais il ne faut pas se tromper d'ennemi comme dirait Sinéad : le problème n'est pas la représentation de ce que subit l'héroïne du film, c'est ce qu'on vit au quotidien, et représenté ici)

2. le film est très réconfortant, malgré le fait qu'il soit horrible, parce qu'il est très juste et qu'on se sent soudainement moins seulE (on se disait d'ailleurs qu'il fallait virer ce synopsis qu'on lit partout, pour le remplacer par "c'est l'histoire de nos viiiies, le cycle éterneeeeel")

3. qu'on était pas sorti·e des ronces vu les réactions que le film suscite, alors que rien n'est abstrait ou cryptique, mais ultra clair. Si le message du film n'est pas compris dans ces conditions, on a encore un bon gros paquet de travail sur la planche.




#182572 The Gate, premier titre de l'album

Posté par Riri - 06 octobre 2017 - 12:35

Haha c'est drôle cet edit, c'est encore moins radio friendly krkrkr Même Desired Constellation passerait mieux sur les ondes. Imaginer ça dans un bar bruyant, c'est assez comique. J'adore cette femme.