Jump to content
forum.bjork.fr
Francesco

Vos dernières lectures

Recommended Posts

1) Merci Bjonker d'alimenter cette page

2) Je suis entrain de lire un ouvrage formidable, publié par le collectif de journalistes guest_24llah News.

 

9782360860517-723x10241-723x1024.png

 

A partir des évolutions architecturales de la ville de Beyrouth, les auteurs dressent un portrait historique et géo-politique du Moyen-Orient inattendu et passionnant. Contre toute attente, c'est aussi une collection de récits très sentimentaux où, finalement, chacun peut se reconnaître. Quand les histoires individuelles deviennent universelles (on obtient la littérature).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alicia Drake - Beautiful People

 

1540-1.jpg

 

c'était passionnant,

ce n'est pas tout à fait une biographie au sens strict

 

si l'auteure a décidé de croiser les histoires d' Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld, c'est qu'ils ont commencé tous deux la même année et durant presque 40ans ont été à la fois amis, rivaux et figures centrales de la mode française;

ça lui permet aussi, intelligemment, de relier la mode à des mouvements sociaux et donc de dépasser la biographie en décrivant à la fois la société française, l'évolution des maisons de couture, des défilés, des histoires personnelles etc etc

 

(et même si les deux films sortis l'année dernière sur Saint Laurent n'avait pas pour ambition d'être également des biographies, la caricature grossière de ces films est à l'exact opposé de la finesse d'analyse du livre d'Alicia Drake)

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me le faut ! Merci<3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Arto Paasilinna - Prisonniers du paradis

 

 

Prisonniers_du_paradis.jpg

 

 

 

un avion se crache dans l'océan pacifique et la cinquantaine de survivants, qui ont pu atteindre une petite île, doivent survivre, se débrouiller, s'organiser en société et trouver un moyen de repartir (ou non)

 

(rien à voir avec Lost donc, le livre est paru en 1974, point de mystères paranormaux)

 

ça se lit facilement, c'est drôle, enfin, un style qui est propre à Paasilinna ...

évidemment, on parle beaucoup de Finlande, puisque l'auteur l'est et il emploie toute la palette d'humour à la fois social, émotionnel et pratique typique (un grand éclat de rire -> en silence)

Share this post


Link to post
Share on other sites

David Byrne - How Music Works

 

 

41IimGsn8OL._SX258_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

par ou commencer?

d'abord le titre est un peu trompeur, ce n'est pas une sorte de manuel scolaire, mais un mélange des genres qu'a voulu David Byrne

 

si vous ne le connaissez pas, il est le leader des Talking Heads, puis a beaucoup travaillé en solo, ou en duo avec Brian Eno ou St Vincent pour faire très court, sa bio

 

il n'a justement pas voulu faire d'autobiographie, ni un manuel, alors il a fait les deux, mêlant son expérience à celle d'autres

sa culture, sa curiosité, les recherches, les références, tout ce qui est dans ce livre est assez impressionnant,

je déconseillerais de s'y attaquer en entier, moi même, j'ai pris le temps chapitre par chapitre, tant il y a de pistes pour peu qu'on veuille prendre le temps de les explorer

 

 

le 1er chapitre est une sorte d'introduction sans en être une, un peu fouillis, il évoque la musique à différentes époques, il case le côté historique dès le début du livre parce qu'il n'en parlera plus vraiment ensuite, mais il le fait d'une manière plutôt amusante

 

le 2nd chapitre, plus autobiographique, n'est presque consacré qu'à ses tournées, ce qui lui permet de faire un lien avec d'autres pays et d'autres musiques, les deux s'entrecroisent, au fur et à mesure de ses rencontres

 

les 3ème, 4ème et 5ème chapitres sont plus le cœur du livre, il se focalise sur le 19ème et le 20ème siècle, le début de l'enregistrement de la musique

analogue (3ème chapitre), digital (4ème), instruments, studios, ordinateurs (5ème)

 

le 6ème très bref, sur les collaborations, il y reviendra ensuite à la fin, mais cela lui permet d'enchainer le 7ème, qui écrit quoi, qui gagne quoi?

 

le 7ème est très court mais très dense, il s'agit d'une énumération de tous les types de contrats qu'un artiste peut choisir aujourd'hui, des camemberts sur les revenus, comment marche les droits?

c'est le plus clair et complet exercice de ce genre que j'ai vu

 

son opinion, opposé à l'idée courante que l'argent des disques à été remplacé par les concerts, je la partage aussi;

ce qu'il explique très bien, c'est que vu le nombre de modèles économiques, les artistes n'en choisissent pas un, mais plusieurs et les concerts sont loin d'être le plus rentable...

 

mais dès le 8ème chapitre, il en souligne l'importance d'un autre point de vue, celui d'une communauté musicale, il prend pour exemple le bar/salle CBGB, si idolâtré, il prend un malin plaisir à démonter le piédestal sur lequel on a mis cet endroit;

pour autant, son propos, c'est bien les lieux et la communauté qui s'y créée, musiciens ou amateurs...

 

c'est donc le 9ème chapitre qui s'appelle, "Amateurs!", la, on change à nouveau de genre et pendant une 40aine de pages, il se lance dans un essai, pas inintéressant, mais pas assez structuré, difficile à lire;

pour résumer, il glisse tranquillement de musiciens amateurs vs pro, la grande musique vs la musique pop, la bourgeoisie vs la populace, il oppose tous ces sujets sans prendre vraiment parti,

mais termine très logiquement ce chapitre sur l'éducation des arts, qui, pour lui, n'a pas changé depuis 2 siècles et est obsolète, je ne dévoile pas sa conclusion, qui est d'ailleurs très très proche de qu'à voulu faire Björk dans sa partie éducation pour Biophilia

 

enfin, le dernier chapitre, c'est encore une fois une sorte d'essai, laissant libre court à ses passions, il y mêle, la musicologie, l'astronomie, l'histoire, la sociologie, la physique, les mathématiques, un vrai bordel et en fin de livre, c'est un peu dur

 

le tout aurait mérité d'être un peu raccourci, le fait de vouloir mélanger les genres pour faciliter la lecture, c'est bien, mais trop d'anecdotes tue l'anecdote et papy Byrne, il en racontent... et se répète...

 

l'édition noir en photo est une réédition de 2013 dans un grand format assez quelconque, mais les chapitres concernant la technologie et les finances ont été mis à jour, je suppose sur le streaming entre autres

 

j'ai l'édition un peu plus jolie blanche, matelassée, qui était sortie l'année d'avant

 

il n'y a pas de traduction française, Byrne a voulu parler simplement, la plupart des chapitres sont abordables en anglais, à l'exception des deux derniers, qui sont de toutes façons difficile tout court

 

pour autant, même si son écriture est simple, je doute que ce soit un bon livre pour les profanes, mais plutôt pour des passionnés

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai donc lu Pierrot la Gravité qui m'a moins plu que La prière d'Audubon (beaucoup moins)

Un jeu de piste pour trouver un incendiaire mené par deux frères dont le père est en phase terminale de cancer.

accessoirement j'ai commencé un Murakami - Kafka sur le rivage que j'ai stoppé après 200 pages une fois arrivé sur une séquence de torture/sacrifice de chats... impossible de continuer retour bibliothèque :ninja:

 

la mort avec gravité d'Osaka Kotaro a l'air original, le personnage principal est un avatar de la mort dont c'est le métier... je n'ai lu que le début sur iTunes en extrait, il n'est pas dispo en poche celui là encore

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors j'ai hésité à créer un nouveau sujet dans la mesure où je vois qu'il y a de tout dans celui-ci. Je me propose de commencer une lente marche avec les lecteurs invétérés du forum qui le souhaitent, durant laquelle nous faisons part des oeuvres littéraires que nous avons lues pour en faire le pendant de la section cinéma. Vous allez me dire que c'est l'objet de ce sujet. Je répondrai : pas exclusivement ;)

 

Voici mon dernier livre lu en date, fraîchement fini : Histoire de ma sexualité d'Arthur Dreyfus, publié début 2014.

Histoire-de-ma-sexualite_fiche_livre_2.j

Ce n'est pas un roman, pas vraiment un essai, pas non plus un récit strictement autobiographique. Ça s'apparente aux Confessions de Rousseau, mais écrites par un jeunot de 26 ans (au moment de l'écriture). Il y a aussi un peu des séquences de témoignages qui m'ont rappelé le film de Xavier Dolan, les amours imaginaires, comme des tranches de vies qui parlent de leur vision de leur sexualité ou de leur rapport à la relation amoureuse. Dernière référence qui m'a sauté aux yeux : Le pays lointain, pièce de Jean-Luc Lagarce, dans laquelle les personnages, sous divers pseudonymes, peinent à parler de l'homosexualité.

 

Parce que c'est aussi le sujet de ce livre. Arthur Dreyfus revient sur ses souvenirs d'enfance et essaie de déceler son rapport à la sexualité à l'époque. Comment a-t-il pris conscience progressivement de son homosexualité. Au fil des anecdotes anodines, des souvenirs vagues, des hésitations, émerge, peu à peu, la difficulté grandissante d'écrire le livre. C'est d'ailleurs à la moitié du parcours que j'ai commencé à apprécier la démarche, quand il commence à se rendre compte ce que ça implique d'écrire de l'extrêmement intime.

 

Je crois que ça a été écrit chronologiquement parce qu'au début je pestais littéralement face à des passages très snob (j'ai envie de dire d'écriture d'adolescent qui est passé par les hautes études, qui se la pète un peu quoi), des passages snobs et médiocres qui contrastaient avec de très belles pages, une vraie belle écriture. Et puis, je ne sais pas, est-ce la tâche qui devient de plus en plus ardue ? Est-ce la maturité qui s'affirme peu à peu ? Mais ce snobisme disparaît après le premier tiers du livre et bon sang ce que c'est reposant ! On se retrouve face à un jeune écrivain qui écrit très bien, au style très particulier. Quelques passages m'ont paru opaques, mais je pense que c'est la démarche qui veut ça : quand on avance trop dans l'intime, on a tendance à écrire dans un langage plus fermé, qui nous protège.

 

C'est un beau texte, donc, avec ses passages réellement émouvants, ou touchants, ou glaçants (la lettre de confession au père, corrigée par la mère, est pétrifiante. On se demande si c'est le fait qu'un jeune homme s'excuse auprès de son père d'être gay ou si ce sont les corrections de la mère, très révélatrices, qui glacent le plus).

Les témoignages divers et variés passent par un prisme d'émotions contrastées et sont parfois éclairants.

 

Je recommande ! :) J'avais des a priori en début de la lecture (comme je l'ai dit plus haut), surtout que je venais de me manger 1500 pages de Flaubert qui est un Dieu tout puissant du style et qu'après lui, tout paraît maladroit et en vrac. Mais j'ai tendance à me fier à ce que je ressens quand je referme définitivement un livre, et j'étais ému... et admiratif.

 

à la prochaine !

Edited by Joapagan
  • I like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je boue quand on parle d'Arthur Dreyfus. J'attend toujours qu'il me dise ce qu'il pense de "Belle du seigneur" qu'il m'avait assuré avoir a-d-o-r-é, et qu'il a finalement admis n'avoir jamais lu. J'ai été tenté de lire plusieurs fois, mais cette écriture prétentieuse c'est hors de mes forces.

Il a su exploiter le filon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je lui trouve aussi une prétention. Mais je gage, comme je le dis plus haut, qu'il gagne en maturité et que son écriture s'en ressent. Après la personne, je ne la connais pas. Et je m'en bats. (Dit-il après avoir lu ses "confessions" ^_^ )

Edited by Joapagan

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors j'ai hésité à créer un nouveau sujet dans la mesure où je vois qu'il y a de tout dans celui-ci. Je me propose de commencer une lente marche avec les lecteurs invétérés du forum qui le souhaitent, durant laquelle nous faisons part des oeuvres littéraires que nous avons lues pour en faire le pendant de la section cinéma. Vous allez me dire que c'est l'objet de ce sujet. Je répondrai : pas exclusivement ;)

c'est le pendant de la section musique aussi;

mais pas exclusivement oui, les conversations se passent naturellement, si un livre, disque, film, génère tout à coup beaucoup de débats, un sujet dédié sera créé

 

à moins que j'ai mal compris ce que tu voulais dire?!

 

Louis_II_de_Baviere_et_Wagner.jpg

 

"La passion interdite (?) de Louis II et Wagner" :
De ce titre un peu racoleur rayon roman de plage, l'auteur se gausse d'un sujet à controverse mais surtout d'un éclairage nouveau; ce n'est malheureusement pas le cas.
Les historiens sont certes frileux à l'idée d'assermenter qu'une relation amoureuse à existé entre les deux hommes et la démarche d'aller se plonger dans les quelques six cents lettres qu'ils se sont échangées est tout à fait pertinente en ce sens :
le travail de recherche de l'auteur est fourni, le croisement des sources rigoureux.
Le livre aurait pu s'en tenir uniquement à cette correspondance et même aller beaucoup plus loin dans son observation tant les propos sont exaltés. Une simple chronologie (qui est en fin de ce livre) aurait suffit au lecteur pour remettre en contexte les quelques événements historiques mentionnés dans ces lettres.
C'est là où le livre aurait pu finalement apporter cet "éclairage nouveau" : un livre du point de vue strictement historique ? Redondant. Analytique ? Nietzsche s'est chargé du "cas Wagner". Louis II et sa poésie ? Walt Disney l'a copié, parodié.
Qu'importe, l'auteur a choisi de tout faire.
En conséquence la structure du livre est un désastre : organiser très classiquement en ordre chronologique, des chapitres et sous chapitres à thèmes viennent s'y insérer.
Le résultat ? Une structure d'émission de télévision : dix pages de contenus, deux de récapitulatifs tellement c'est le souk. C'est l'auteur qui est perdu dans son propre livre, le lecteur lui, agacé de lire sans cesse les mêmes choses.
Que dire de l'écriture ? Chacun son métier ?
Quand l'auteur tente sur plus de quarante pages dans son travail d'historienne de nous démontrer et la complexité des personnes et la complexité d'une sexualité et la complexité d'une époque et la complexité politique pour finir sur un "Louis II semblait efféminé, Wagner non, si sexualité il y a eu, Louis II devait être le passif" (véridique ...).
Une vision moyenâgeuse de la sexualité, de la femme et de l'homme sous couvert d'ouverture d'esprit moderne (oui oui), voilà ce que l'on tente de nous vendre quand l'historienne se fait romancière.
Les remerciements m'ont toutefois un peu éclairés :
Après tout, remercier le pape François pour sa vision tolérante de l'homosexualité, quoi de plus à propos pour résumer le sujet de son livre ?
Je suppose que ni l'auteur ni l'éditeur n'ont obtenu les droits de reproduction pour publier les lettres complètes. Dommage. C'est un peu comme l'Eurovision, sans les commentaires, souvent c'est mieux.
Reste "les carnets secrets de Louis II", son journal.
  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En repassant en revue le sujet, tu as raison, c'est vrai que ça ne diffère pas tant que ça de ses pendants ciné/musique, à cela près, ce qui m'a induit en erreur, qu'il n'est vraiment pas beaucoup utilisé à mon grand regret. C'est, je crois, ce qui m'a donné l'impression qu'il y avait plus de discussion que de proposition de nouveaux livres.

Pourtant, sur un forum consacré à Björk, je serais surpris qu'il n'y ait pas pléthore de lecteurs.

Au fond, j'invitais surtout les gens à se joindre à toi, à moi (qui veux m'y mettre), et aux rares autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(Moi je lis que du classique, je méprise tout texte postérieur à Proust en gros)

 

Huehuehue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah moi aussi je ne lis quasiment que du classique, mais ça n'empêche pas, si on le sent.

 

euheuheuh

Edited by Joapagan

Share this post


Link to post
Share on other sites

(Moi je lis que du classique, je méprise tout texte postérieur à Proust en gros)

 

Huehuehue

 

le sujet "dernières lectures" n'implique pas que des nouveautés, tout comme le sujet musique

 

nous attendons donc ta fiche de lecture sur les 2500 pages du temps perdu

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

(Moi je lis que du classique, je méprise tout texte postérieur à Proust en gros)

 

Huehuehue

 

le sujet "dernières lectures" n'implique pas que des nouveautés, tout comme le sujet musique

 

nous attendons donc ta fiche de lecture sur les 2500 pages du temps perdu

 

Les fiches de lecture c'est pour les noobz.

 

Si j'ai un roman a conseiller c'est "Villette" de Charlotte Brontë. J'ai fait mon mémoire dessus et c'est une pépite de djendeur, de grand esprit, d'humour acerbe et de beauté :')

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.