Jump to content
forum.bjork.fr
Fistuline

Björk adopte le paiement par monnaie décentralisée avec Blockpool

Recommended Posts

Merci pareil, j'apprends plein de choses, c'est réjouissant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est l'État qui fait que l'Euro a cours légal (légalement, personne ne peut refuser un paiement en euros en zone euro), et l'État collecte ses taxes en Euros.

 

 

je crois avoir compris pour l'aspect court circuit des banques, mais du coup ça implique aussi court un circuit du paiement des taxes, impots? bjork m'a vendu son disque pour 10 utopia-dollars. on applique quand même la TVA dessus?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour les explications aussi ! Mais je n'ai toujours pas compris comment c'était créé. Concrètement dans le cas de Björk pour Utopia, comme va-t-elle générer, émettre cette monnaie décentralisée ?

 

 

C'est Block Pool qui émet des audiocoins et les offre aux fans qui achètent en monnaie-décentralisée. Pour encourager son utilisation.

On peut émettre des monnaies comme on veut, pour tout et n'importe quoi. Ensuite, leur valeur dépend totalement de qui en possède, combien et de ce qu'on veut en faire.

Dans le cas d'audiocoin, il s'agit tout simplement d'un barème arbitraire ... 1 audiocoin = achat d'une chanson, par exemple. Ce n'est probablement pas le cas, il s'agit d'une illustration. Je n'ai pas du tout suivi ce qui est arrivé à AudioCoin dernièrement, je suis plus au fait de l'ether. Mais on peut acheter utopia en ether.

En 2015, j'ai reçu quelques ethers pour un boulot, ils valaient quelques centimes de nos monnaies bancaires. Aujourd'hui, 1eth = 250 euros. C'est de là que vient la puissance de ces monnaies, plus elles sont utilisées, plus elles prennent de valeur et plus le pouvoir d'achat augmente. Alors que le prix d'une chanson en ether n'a pas changé.

 

c'est l'État qui fait que l'Euro a cours légal (légalement, personne ne peut refuser un paiement en euros en zone euro), et l'État collecte ses taxes en Euros.

 

 

je crois avoir compris pour l'aspect court circuit des banques, mais du coup ça implique aussi court un circuit du paiement des taxes, impots? bjork m'a vendu son disque pour 10 utopia-dollars. on applique quand même la TVA dessus?

 

 

 

 

Non. aucune taxe n'est applicable, à ce jour, aux monnaies décentralisées. Par contre, à la conversion en monnaie bancaire (pour ceux qui veulent des VRAIS sous pour aller chez monop faire les courses), pour des gros montants, l'état peut te demander des comptes. Chercher d'où ça vient et essayer de te taxer. Tant que ce n'est pas en €, £, $, ce n'est pas, à proprement parler, un revenu. Donc non taxable.

Edited by Fistuline
  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour les explications aussi ! Mais je n'ai toujours pas compris comment c'était créé. Concrètement dans le cas de Björk pour Utopia, comme va-t-elle générer, émettre cette monnaie décentralisée ?

Dans le cas des Björkchains, je sais pas, j'ai pas regardé les détails, vu qu'en plus il s'agit de plusieurs monnaies différentes (si j'ai bien compris l'article linké dans le premier post).

 

Je peux répondre pour les euros : normalement, les banques créent de la monnaie lorsqu'il y a création de crédit.

Par exemple, je demande un crédit de 200000€ pour acheter un appart, donc ma banque inscrit "200000" sur mon compte. Cela crée de la monnaie. Par contre, quand je rembourse mon crédit, cela détruit de la monnaie.

Les banques sont censées êtres limitées en termes de création monétaire par le ratio de réserves obligatoires, c'est à dire une fraction de leur capital propre (pour éviter qu'elles spéculent trop, par exemple). Sauf que la banque centrale refinance les banques, c'est à dire qu'elle leur prête (si vous voyez "taux directeur de la BCE/de la Fed", c'est du taux de refinancement qu'on parle)

Bref en gros, la quantité de monnaie "normale" (€, $ etc) en circulation dépend essentiellement de l'activité économique. Plus l'économie est dynamique, plus les agents économiques (entreprises, ménages) empruntent, et donc plus il y a de création de monnaie.

 

Dans le cas des bitcoins, il me semble qu'ils sont créés à intervalles réguliers ("minés"), ce qui permet de ne pas voir ses bitcoins dévalorisés si jamais il y a une augmentation de la demande pour les bitcoins.

 

Par ex (pour parler de mon pays d'origine) en Russie le gouvernement passe son temps à augmenter les retraites (etc) en créant de la monnaie. Donc si tu stockes de la richesse en roubles sur ton compte en banque, tu "perds de l'argent" au sens où tes économies se font "bouffer" par l'inflation. En gros plus il y a de monnaie en circulation, plus elle "perd de la valeur" (ex : si mes souvenirs sont bons en 2000 une bouteille de coca c'était 10 roubles ; en 2017 c'est dans les 40 roubles)

 

Pour les bitcoins (les autres monnaies citées, je connais pas) le principe de promettre une quantité de bitcoins croissant lentement et à un rythme PRÉVISIBLE (annoncé auparavant, par opposition à l'inflation qui est généralement assez imprévisible) cela permet de pouvoir stocker de la richesse en bitcoins sans craindre l'inflation.

Par contre, cela n'assure pas contre les krachs, les moments où une bulle sur une monnaie décentralisée éclate, et que soudain son cours s'effondre. D'ailleurs ça a l'air d'arriver régulièrement : http://labourseauquotidien.fr/krach-bitcoin-chine/

 

Bref, je conclurai par : c'est PARCE QUE l'état assure les devises habituelles qu'elles sont assez sûres. Ça a beau être assez "suspect" de confier la création monétaire aux banques privées, il n'empêche que c'est le fait que les gouvernements soient derrière que les monnaies "étatiques" tiennent.
Par ex, depuis les subprimes, la "crise de l'euro" a été annoncée tous les ans, mais n'est jamais venue.

 

Conclusion : ce n'est pas tant un mode de création monétaire "plus prévisible" qui assure les monnaies, c'est plutôt l'appareil institutionnel derrière.

Edited by Loutre
  • I like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Loutre!

 

A un concours administratif, j'ai eu une note de synthèse à faire sur le bitcoin, à partir d'un dossier.

Je regrette de ne pas avoir eu ton topo plus tôt, j'aurais eu une meilleure note!

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Pour les bitcoins (les autres monnaies citées, je connais pas) le principe de promettre une quantité de bitcoins croissant lentement et à un rythme PRÉVISIBLE (annoncé auparavant, par opposition à l'inflation qui est généralement assez imprévisible) cela permet de pouvoir stocker de la richesse en bitcoins sans craindre l'inflation.

Par contre, cela n'assure pas contre les krachs, les moments où une bulle sur une monnaie décentralisée éclate, et que soudain son cours s'effondre. D'ailleurs ça a l'air d'arriver régulièrement : http://labourseauquotidien.fr/krach-bitcoin-chine/

 

 

je dirais même d'AUTANT PLUS dans le cas du bitcoin. Parce que du fait de son minage. Et du fait que le minage touche à sa fin (il n'existe plus beaucoup de btc minables en 2017) son instabilité nait du fait que sa fin est proche. Les gens s'y accrochent parce qu'il vaut cher ... et à la fois redoutent de tout perdre dès qu'il est annoncé mort pour de bon.

 

C'est pour ça que je crois à la multiplicité de ces devises. Avec des utilisations différentes.

Le bjork coin pour acheter des produits bjork me paraitrait être une formidable idée.

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a un aspect des "monnaies décentralisées" et des blockchains qui n'a pas été évoqué : son impact écologique désastreux.

Alors que va s'ouvrir la COP23, c'est très étonnant que Björk s'engage sur cette voie, on l'a vue mener plusieurs combats en Islande pour protéger la nature (et s'engager pour la COP21).

 

Deux articles pour comprendre la face cachée de ces monnaies parallèles (il y en a des quantités sur le sujet), le premier est frais du jour :

 

https://www.presse-citron.net/bitcoin-miracle-economique-desastre-ecologique/

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20160720.RUE3462/le-bitcoin-et-la-blockchain-des-gouffres-energetiques.html

 

Et un article en anglais, spécifiquement sur "l'usine" islandaise qui tourne pour la machine à Bitcoins :

http://uk.businessinsider.com/photos-iceland-bitcoin-mine-genesis-mining-cloud-2015-8

Edited by jeep
  • I like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c'est vrai que cette question de l'empreinte carbone il faut se la poser. Après faut pas oublier que les banques polluent elles aussi (par leurs investissements).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui enfin la on ne parle que du bitcoin.

Cest à cause du minage, comme je lexpliquais plus haut.

Bientôt il ny en aura plus à miner et laffaire sera réglée.

Ça ne concerne pas les autres monnaies telles que laudiocoin ou lether.

 

 

Au passage, jajouterais que lorsquon se préoccupe de lenvironnement, on ne fait pas de tournées dans le monde entier ... je suis de ceux qui trouvent que question environnement, les gens comme Björk feraient mieux de faire profil bas. Lempreinte carbone de sa carrière doit être copieuse ...

Edited by Fistuline

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui enfin la on ne parle que du bitcoin.

Cest à cause du minage, comme je lexpliquais plus haut.

Bientôt il ny en aura plus à miner et laffaire sera réglée.

Ça ne concerne pas les autres monnaies telles que laudiocoin ou lether.

L'ethereum n'échappe pas au même systême de minage :

 

http://mashable.france24.com/tech-business/20170627-monnaie-virtuelle-ethereum-consommation-electricite

 

https://digiconomist.net/ethereum-energy-consumption

 

Des milliers de particuliers dans le monde ont bricolé des racks de cartes graphiques en série dans l'espoir de faire fortune.

Conséquence, il y a depuis quelques mois une pénurie de cartes graphique pour assembler un simple ordinateur.

 

Même Asus s'y est mis en proposant une carte-mère spécial minage pouvant accueillir 19 CPU :

https://www.developpez.com/actu/157311/Asus-devoile-une-carte-mere-dediee-au-minage-de-cryptomonnaies-qui-supporte-jusqu-a-19-GPU-compatible-avec-les-processeurs-Intel-KabyLake/

Share this post


Link to post
Share on other sites

La grosse différence c'est qu'il y a un nombre fini de bitcoin à miner. Ils deviennent donc plus difficile à miner, et l'impact écologique ne vient pas tant des machines qui processent la transaction mais de l'infrastructure autour, l'air conditionné par exemple. Raison pour laquelle les mineurs vont s'installer dans des pays froids, pour économiser en climatiseurs.
Avec ethereum, certes il y a de l'énergie consommée par les processeurs mais ils ne deviennent pas plus gourmands en énergie au minage.

Edited by Fistuline

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai pas tout bien compris, mais si on peux se passer des banques, et en plus , rémunérer l'artiste en directe , alors je vote pour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ça est un peu compliqué à mon age, ;) j'ai commandé le disque en £ sur rough trade ça me va très bien.

 

J'ai parcour le sujet, si on avait envie de la faire, faudrait s'y prendre comment ? Quel site où on pourrait acheter le disque prend cette monnaie ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ça est un peu compliqué à mon age, ;) j'ai commandé le disque en £ sur rough trade ça me va très bien.

 

J'ai parcour le sujet, si on avait envie de la faire, faudrait s'y prendre comment ? Quel site où on pourrait acheter le disque prend cette monnaie ?

 

 

Tu peux échanger des Euros en monnaie décentralisée qui se met dans ton porte monnaie virtuel pour ensuite payer OLI avec.

Je ne vois pas trop trop l'intérêt, hormis encourager les gens à s'y mettre. Ce n'est qu'une étape de plus dans la vie du consommateur.

Un peu comme quand la carte bancaire est apparue ... "pourquoi diable donnerais-je toute cette série de chiffres à quelqu'un pour le payer alors que je pourrais lui donner des pièces en monnaie sonnante et trébuchante" ...

C'est une question de pratique.

 

 

Je trouve que là, dans la démarche de OLI, il manque tout un aspect de la technologie pour être vraiment motivant : la distribution directe. L'utilisation de smart contracts.

 

Elle aurait pu directement rémunérer ses collaborateurs de cette façon.

 

Dire "chaque fois que quelqu'un m'envoie 0.1 bitcoin, 20% va à Arca, 20% à Mandy Parnell, etc, pour les rémunérer pour leur travail".

Parce que c'est bien là tout l'intérêt du paiement via le blockchain. Chaque transaction peut être régie par un contrat généré par l'artiste qui rétribue instantanément chaque collaborateur, musicien, etc ...

 

Ce qu'a fait Imogen Heap avec Ujo.music

A chaque achat ou stream de la chanson, elle avait décidé qui gagnait quoi.

Ce système permettrait à tous les créatifs bossant sur un projet (y compris les visuels, les vidéos, ... TOUT) d'être rétribués en pourcentages tout au long de la vie de l'oeuvre.

Y compris lors de sa réutilisation. Par exemple, Bjork pourrait dire, dans un smart contract "tout remix utilisant un sample d'une de mes chansons et générant des revenus, me reversera 20% de son revenu". Le smart contract s'exécutant automatiquement, elle reçoit sa petite part de tous les revenus.

 

C'est ce que nous essayons de créer ici avec le Creative Passport . Un passport vérifié et authentifiable, en ligne, pour tous les créatifs. Comprenant toutes les données qu'ils souhaitent. Paroles officielles, crédits en tous genres, collaborateurs, pourquoi pas lieux (avec géolocalisation), inspirations, influences ... l'imagination est la limite. L'ensemble des passeports créant la première base de donnée mondiale de la musique. Il n'en existe aucune à l'heure actuelle.

Pour que des smart contracts puissent s'appuyer sur tout ça et reconstruire l'industrie musicale de sa base : au niveau des créatifs.

En permettant à des millions de nouveaux services de s'y greffer. Aujourd'hui spotify, itunes, etc ... ils ne s'intéressent qu'à un visuel, un titre et une mini-bio. S'ils avaient accès à tout un tas de données passionnantes mises à dispo par les artistes (et en payant les artistes pour accéder à ces données), ils développeraient de nouvelles activités. De nouvelles apps formidables se développeront.

 

Imagine une app comme itunes qui pourrait te dire "bjork a eu la toute première inspiration pour telle chanson en mangeant dans le resto où vous êtes en train de manger".

Ou bien "dans la chanson que vous êtes en train d'écouter, le trompettiste a également joué sur tel tel tel et tel album que vous possédez dans votre bibliothèque".

 

Bref, réhumaniser l'industrie musicale en mettant les artistes à son sommet, pour se départir au passage de tous les intermédiaires qui l'encombrent et pompent le fric qui devrait revenir aux artistes. Cette industrie n'a jamais généré autant d'argent. Et les artistes n'ont jamais été aussi pauvres.

Je rappelle que pour gagner un SMIC par mois du streaming, il faut être streamé 1 500 000 fois par mois. Il y a un problème. Il est tout à fait solvable. Bjork est sur le bon chemin pour aider. Mais il faut encore un petit effort dans l'angle d'approche.

 

 

 

Et PAF, un autre pavé !

Edited by Fistuline
  • I like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.