Aller au contenu


Photo
- - - - -

les films de 2017


37 réponses à ce sujet

#31 aifol

aifol

    Vulnicura - Quicksand

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 056 messages

Posté 29 mars 2017 - 13:44

je ne relaie pas vraiment une "polémique" haha, juste une petite remarque

oh tu sais les phrases qui commencent par "le pire..." je me méfie toujours ;)

 

Lire ce thread twitter de Florence Porcel :

Le lien n'est pas le bon !

 

je vois, très bien, alors :) . éventuellement pendant mon prochain jour de congé alors ^^

pas plus de 6 balles.

 

mais bon collaboration et entraide entre des gens qui n'ont pas travaillé ensemble

alors à nouveau ce n'est pas un documentaire ni un biopic, donc le real les a fait interagir : sinon tu imagines bien que ça aurait été un peu compliqué pour la dynamique du film. De plus, l'entraide, la scène importante, n'est pas entre elles (elles s'encouragent, mais rien de concret). je ne te spoile pas.

 

on a un casting de personnages principaux intégralement de couleur ca faisait peut etre beaucoup pour trouver des sous et monter le film si on rajoute de la nuance :( ).

pas de misérabilisme ;) c'est pas financier (pharell williams est l'un des producteurs d'ailleurs, il explique dans une vidéo avoir mis des billes, car pour une fois il y avait un sujet différent de : la femme noire célibattante ou le groupe de copines qui part en tournée des bars - il n'a pas donné le nom des films hélas :()
Bref, tu te perds en hypothèses, va le voir, laisse toi faire ;)

 

C'est juste que quand on présente de vrais gens avec des vrais noms, l’ambiguïté je trouve ca un peu gênant.

Pour la reine Margot, on n'en fait pas tout un drame. ;)

 

Surtout, ne va pas le voir si tu connais leurs histoires par cœur, si tu sais que l'une d'elle ne portait pas des lunettes carrées, mais rondes à bordure jaune le jour du lancement. Vois-le comme une adaptation positive d'un sujet historique méconnu, avec des raccourcis à la truelle MAIS le spectateur sait qu'il est au cinéma pour passer un bon moment, feel good movie, je ne vois pas mieux comme définition.

 

Faudrait te donner un équivalent, peut être Pride ?

l'argument massu.

allez tiens un dernier ;) pour la route.



#32 benjicok

benjicok

    Sweet Sweet Intuition

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 747 messages

Posté 29 mars 2017 - 14:18

:drop: Pour le lien, j'ai édité , désolé
Je le remets là : https://twitter.com/...347729431379971

et "le pire" , parmi les trucs cités par Florence Porcel, parce qu'il y a des concessions aux principe de scénario de film que je comprends, hein :biggrin:

Pour le prix de la place, j'ai la carte illimitée, alors je n'ai aucun scrupule à aller voir un petit film détente et bonne humeur si on me le conseille. Aucune conséquence sur mon budget

"ce n'est pas un documentaire ni un biopic" :biggrin: Je sais que ce n'est pas un documentaire. Et la valeur d'un film n'est pas proportionnelle au pourcentage d'adhésion à un hypothétique réalisme.
 
C'est juste que quitte à garder les noms autant ne pas trop mitonner (sur ce point là je trouve (perso) qu'on va un peu loin (un film ou Giscard et Chirac au sein d'un gouvernement collaborent pour vaincre l'adversité - et le gauchisme, je trouverais ca étrange. Là ca passe visiblement parce que ce sont des personnalités relativement obscures... On peut se permettre de remixer leurs vies pour les faire entrer dans un projet plus écrit, chose qu'on ne ferait pas dans ces proportions là avec des personnalités de plus haut rang.  (Par exemple  Jackie sorti récemment n'est pas un biopic et invente une grande partie de ce qu'on voit à l'écran, et ne change pas des choses que l'ont sait vraies/fausses. Il invente très probablement dans les trous de la biographie officielle)


 
Reste la possibilité de changer les noms et d'en faire un film plus "libre". Mais dans ce cas on perd la caution "histoire vraie" qui ameute les foules au ciné (pour info il y a peu de choses que je déteste plus dans les films , c'est l'utilisation en mode corde sensible de cette caution, et au summum de l'horreur, les photos des vrais gens à la fin (ca m'irrite même dans les films que j'ai beaucoup aimé, comme récemment dans Loving) . au lieu de rendre hommage aux vraies personnes, tout ce que ca fait sur moi c'est me sortir violemment du film et me rappeler les différences avec la réalité au passage)
 
Pour la production / distribution, je ne trouve pas de trace de Pharell à la production sur Imdb y'a 3 compagnies : la Fox, et 2 plus petites boites gérées par des personnes blanches (dont une femme, ce qui a du aider) . Il n'arrive en tant que producteur qu'une fois le tournage commencé d'après wikipedia, donc il n'a pas permis au film de se monter en fait... son rôle semble assez faible

#33 aifol

aifol

    Vulnicura - Quicksand

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 7 056 messages

Posté 29 mars 2017 - 14:21

Là ca passe visiblement parce que ce sont des personnalités relativement obscures...

ahahhahahahaha

meilleure blague du jour malgré toi :lol:



#34 benjicok

benjicok

    Sweet Sweet Intuition

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 747 messages

Posté 29 mars 2017 - 14:22

#OHMERDE :drop:
Bah même en faisant le jeu de mot pourri exprès ca marcherait aussi -_-



#35 stocka

stocka

    Homogenic - Pluto

  • Membres
  • PipPipPip
  • 384 messages
  • Genre : Homme
  • Lieu :Paris

Posté 01 avril 2017 - 17:53

Foncez voir the lost city of Z
Sublime (et techniquement impressionnant)

#36 benjicok

benjicok

    Sweet Sweet Intuition

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 747 messages

Posté 01 avril 2017 - 19:02

Bon j'ai été voir Les figures de l'ombre  :P . 

 

J'ai pas vraiment aimé ... Effectivement c'est un gros téléfilm avec plein de bonnes intentions et donc pas détestable , mais j'ai vraiment passé un moment vraiment long dans la salle... Et puis forcément ils finit avec les photos des vraies femmes du film. :rolleyes:

 

Feel good movie, je suppose, mais je voyais tellement les ficelles du scénario se dénouer devant moi, les effets de pathos... la musique qui souligne tout au gros feutre... Je suis surement un peine à jouir mais j'ai vraiment besoin de ne pas avoir conscience du film qui s'active pour me faire ressentir / comprendre des choses. trop mécanique et trop mal écrit...

 

Les petites leçons de féminisme et d'antiracisme placées au milieu de l'intrigue avec des dialogues qui ne font que de la didactique dans beaucoup de scènes . Et puis tous ces hommes blancs qui les aident et le soutiennent, la larme à l'oeil, c'est vraiment kro émouvant. Trop de sauveurs blanc super sympas  :top: ). Désolé de revenir aux fil twitter de florence Porcel, mais John Glen, c'est vraiment limite du coup. le bon allié presque pro féministe dites donc...  :ange:

 

Par contre oui, les scènes avec les 3 amies fonctionnent (les 3 actrices sont parfaites, y'a rien a dire) , parce que le film arrête de dérouler sa thèse et se "détend", se repose plus sur les acteurs et leur alchimie. Mais c'est quand même très peu sur les plus de deux heures du film... En 3 scènes, Mahershala Ali doit nous vendre une histoire d'amour, et ça passe parce qu'il du charme à revendre, mais cette histoire n'est absolument pas écrite, y'a rien.

 

Ce film prouve quand même qu'on peut monter des films avec des rôles principaux féminins ET noirs et que oh dites donc les gens vont les voir quand même ! On n'a jamais assez de modèles féminins de couleurs pour les petites filles qui vont au cinéma. Dommage que ça ne soit pas forcément de bons films :bouchecousue: . Et des films qui ne soient pas toujours centrés sur les droits civiques ça serait pas mal. Ce film nommé aux oscars dans la catégorie meilleur film , je ne comprends pas. Je sais que je suis snob, et que les oscars c'est pas forcément automatiquement des grands films qui sont nommés, mais mince  :drop:  



#37 benjicok

benjicok

    Sweet Sweet Intuition

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 11 747 messages

Posté 12 avril 2017 - 09:00

978897Capture.jpg



Afrique du sud, montagnes du Cap Oriental. Comme tous les ans, Xolani, ouvrier solitaire, participe avec d’autres hommes de sa communauté aux cérémonies rituelles d’initiation d’une dizaine d’adolescents. L'un d'eux, venu de Johannesburg, découvre un secret précieusement gardé… Toute l’existence...


Très beau film qui évoque les traditions Sud Africaines (via le rituel de passage à l'âge adulte des hommes Xhosa) qui sont une forme de rempart face à la suppression de la culture Xhosa en Afrique du Sud dans ce pays post-apartheid, mais aussi ses problématiques inhérentes de transmission du patriarcat et de son pendant la masculinité toxique, et la perpétuation de l'hétéronormativité à tout prix.

Se greffe là dessus une relation homosexuelle et ca va compliquer les choses. Parce que dans ces campagnes très conservatrices, l'acceptation n'est pas la même que dans les grandes villes (où le mariage et l'adoption sont passées) et 3 personnages dans le film vont gérer assez différement leur homosexualité et leurs pratiques (rapport à la masculinité, l'intimité, le questionnement des traditions). On voit aussi comme les différences de milieu et de classe informent ces choix..

C'est un peu le "moonlight" d'afrique du sud si on veut faire une formule de journaliste en mal d'inspiration. Le film n'atteint pas les sommets de grâce de Moonlight mais c'est une histoire qui mérité d'étre racontée et vue.



#38 Joapagan

Joapagan

    Drawing Restraint 9 - Pearl

  • sofftchevaliers
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 2 070 messages
  • Genre : Homme
  • Lieu :Paris

Posté 19 avril 2017 - 14:20

À voix haute. Vraiment bon film. Des étudiants de Seine Saint-Denis ont 6 semaines pour préparer un concours de rhétorique. Leur fougue face à la langue est vibrante. On est à fond avec eux pendant le passage du concours. Inspirant.

 

avoixhaute-1024x448.jpg


Modifié par Joapagan, 19 avril 2017 - 14:21 .

"La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres" Rimbaud voyant la musique de Björk




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)