Jump to content
forum.bjork.fr
benjicok

les films de 2017

Recommended Posts

Moi j'ai bcp aimé, effectivement un peu long mais du coup ca permet des scènes "dispositifs" où ils lâche ses personnages dans la durée et les voit évoluer. un peu comme des mini-expériences sociologiques, qui explorent les thèmes que tu cites (et aussi des trucs genre l'effet spectateur, notamment, ou la dilution de la responsabilité dans les foules, ce genre de choses)

En tout cas c'est tout sauf une critique de l"'art contemporain" comme j'ai pu lire dans certaines publications réac/beaufs qui se réjouissaient de pouvoir trouver un allié et qui trouvaient en plus tellement hors système de faire une "comédie" à Cannes... (le réalisateur aime l'art contemporain et l'œuvre "the square" du film est une vraie œuvre qu'il avait faite dans des musées avant d'écrire le scénario d'ailleurs). Il se sert du milieu de l'art contemporain comme décor mais c'est pas le cœur du film. ca permet d'aborder plein de sujets qui l'intéressent. (je l'ai vu en avant première avec le réalisateur, et il disait qu'il en avait un peu assez que les musées d'art contemporain deviennent tous des salles austères avec des néons et des tas de gravier, mais c'est pas le problème de l'art lui-même. l'art contemporain est divers et riche, c'est juste la mise en avant qui est montrée comme un peu dommageable.

Le personnage principal est un sale con, oui, mais je trouve justement que dans ces scènes sur la longueur on finit par trouver de l'humanité en lui en se mettant à sa place par moments. Sur une même scène qui dure longtemps , on passe par des moments où on le rejette, puis d'autres où on se retrouve dans ses reactions, et puis parfois plus du tout.

C'est un peu un fourre tout mais comme les œuvres d'art contemporain qui me touchent, on en ressort un peu bousculé. Et parfois on réfléchit un peu à son propre rapport à la lacheté, ce qui n'est jamais une mauvaise chose. Et bon dieu c'est aussi très drôle. dans l'absurde, dans le cruel, dans le burlesque un peu parfois. En alternance avec des scènes super fortes.

Au global c'est un film qui est plus fort dans ses scènes individuelles que dans sa globalité je dirais, et c'est sa vraie faiblesse, mais j'en retire beaucoup de belles choses

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c'est pour ça que je ne dirais pas que ce film est une critique de l'art contemporain à proprement parler, mais plutôt du malaise de l'art contemporain. Enfin pour moi la scène de la performance traduit totalement cela, mais aussi la façon dont le réalisateur présente le rapport du public aux oeuvres/expos, le côté 'entre soi' (qui n'est pas non plus propre à ce milieu cependant), puis l'image sociale renvoyée par les 'élites' du musée (tous de vieux richoux blancs et mondains, ce qui n'est pas très loin de la réalité)... Après, comme tu le dis le Square en lui-même reste un prétexte pour aborder tous les autres sujets (on ne voit d'ailleurs pas tellement l'oeuvre et son impact, contrairement à ce qu'on pourrait s'y attendre). Je n'ai pas trouvé que le personnage principal était un sale con, en revanche je le trouve particulièrement anti-charismatique mais c'est sûrement souhaité ; et puis il y a cette mise à distance provoquée par la mise en scène qui donne un peu l'impression de voir sa vie à travers une vitrine, sans vraiment pouvoir s'y immerger... Pendant un bon moment je suis demandé quand j'allais réussir à vraiment rentrer dans le film, jusqu'à ce que je me dise que ce n'était pas forcément le but. Je reste tout de même très partagé, à la fois fatigué par la densité du film et de tout ce qu'il brasse, et en même temps sur ma faim que certains sujets et idées n'aient pas été emmenés plus loin.

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

y'en a qui ressemblent à du Modigliani par exemple, ou aux tableaux représentant les gueules cassées...

mais franchement dans une scène ils se baladent dans la rue et dans un immeuble de bureaux, le personnage joué par Nahuel Pérez Biscayart est en drag intégral + tete de femme en carton Modigliani, et personne ne se retourne c'est étrange

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Logan_Lucky.jpg

 

Soderbergh finalement a décidé que le cinéma c'était pas fini, et il a fait une nouvelle variation sur Ocean's eleven, en version White Trash/redneck , plus lent, moins flashy, plus taiseux... . Avec en prime un regard pas condescendant sur l'Amérique profonde je trouve. C'est pop corn, mais c'est de qualité

Share this post


Link to post
Share on other sites

MV5BMjA2MTEzMzkzM15BMl5BanBnXkFtZTgwMjM2

Eh bien ça m'a bien plu, ce The Autopsy of Jane Doe. Cousu de fil blanc et méga-obvious, très approximatif sur pas mal de plans, mais quand même bien sympa. Meilleur rôle féminin pour Olwen Catherine Kelly qui joue merveilleusement bien la morte. Recommandation post-Halloween.

Share this post


Link to post
Share on other sites

MV5BMTY2NTExOTA2MF5BMl5BanBnXkFtZTgwNTMw

Idem, recommandation, une bonne surprise. Drôle, inventif, kitsch et bancal ce qu'il faut pour traiter un tel pitch, pas tendre du tout à l'égard de certains personnages ouh que c'est misandre. Le début désoriente, on s'attend au pire, puis ça devient vraiment intéressant et même réjouissant. Prix de la meilleure fin de l'année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

133000.jpg

 

Je suis sorti de ce film très énervé, pas agacé par le film en soi comme devant The Square, mais plutôt parce qu'ici le propos du film est vraiment révoltant. On suit pendant toute une nuit le parcours (et d'une certaine manière la descente aux enfers) d'une jeune fille qui se fait violer par des policiers un soir en Tunisie, et sa lutte pour se faire entendre et prendre au sérieux par les "autorités", mais également l'hôpital, les médecins, la clinique... Ce film est très bien construit, avec une immersion totale dans le point de vue du personnage principal, à coup de différents chapitres en plan séquence qui renforcent vraiment l'impression de vivre l'action avec elle pendant toute cette nuit infernale. Ces procédés favorisent vraiment l'empathie mais aussi par extension l'énervement, la frustration et le sentiment d'injustice que l'on ressent pour elle. J'avoue que je m'attendais à ce que ce sujet soit traité de façon plus élargie, avec peut-être un engagement plus global voire politique sur cette problématique, mais cette extrême subjectivité n'est pas de trop non plus : elle permet à travers la narration de voir à quel point, même au niveau institutionnel, les mentalités sont sclérosées par la culture du viol, et culminent jusqu'à l'apogée de l'absurdité et de l'injustice à la fin du film où la victime est sur le point d'être arrêtée par les policiers. En quelque sorte, tout le film se construit sur cette culpabilisation plus ou moins tacite de la victime par les différentes personnes qu'elle sollicite, et la tension du film aboutit sur une concrétisation de tout cela. Il y a une violence symbolique écrasante tout le long du film, qui transparaît dans les réactions de tous ceux qu'elle interpelle. La réalisatrice réussit très bien à traduire l'oppression physique et morale que vit la victime avec un certain sentiment d'enfermement que l'on ressent dans la plupart des scènes, qui donne l'impression que le film se passe en huis clos. Dans l'ensemble, ce film n'a pas besoin de se perdre dans des explications, ou des évocations plus précises des droits et de la loi en Tunisie, le voir par le spectre de cette histoire suffit pour comprendre l'étendue du probème. Pour autant, je n'ai pas ressenti non plus ce film comme un manifeste contre le système légal en Tunisie, mais bien davantage comme un réquisitoire contre les abus de pouvoirs, les pressions intrinsèques aux milieux de la police ou de l'hôpital, le réflexe très intégré de culpabilisation et de remise en question de la parole des victimes/des femmes, et bien sûr contre la domination masculine ultra présente (les personnages sont en grande majorité des hommes, et les quelques femmes ont un rôle assez ambigu) de manière beaucoup plus globale et universelle. D'ailleurs, je me suis dit en sortant du film qu'il n'était pas du tout improbable qu'une histoire similaire se produise en France également. Bon et évidemment, c'est adapté d'une histoire vraie, donc ça aussi ça n'aide pas à se détacher de cette triste réalité. A voir, surtout dans le contexte actuel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

MV5BMTY2NTExOTA2MF5BMl5BanBnXkFtZTgwNTMw

Idem, recommandation, une bonne surprise. Drôle, inventif, kitsch et bancal ce qu'il faut pour traiter un tel pitch, pas tendre du tout à l'égard de certains personnages ouh que c'est misandre. Le début désoriente, on s'attend au pire, puis ça devient vraiment intéressant et même réjouissant. Prix de la meilleure fin de l'année.

ce film je l'ai aimé plus pour son principe que pour son résultat. évoquer les relations toxiques, la dépression, le mythe du "good guy" c'est super et surtout quand on n'a pas été spoilé. Anne Hathaway et Jason Sudeikis font bien le job en plus. Après le film en lui-même je l'ai trouvé trop gentillet , et presque pas aussi fort que ce qu'il aurait pu/du être à mon avis. Mais dommage qu'il n'ait pas eu de vraie sortie en France (direct VOD)

  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

MV5BMjA2MTEzMzkzM15BMl5BanBnXkFtZTgwMjM2

Eh bien ça m'a bien plu, ce The Autopsy of Jane Doe. Cousu de fil blanc et méga-obvious, très approximatif sur pas mal de plans, mais quand même bien sympa. Meilleur rôle féminin pour Olwen Catherine Kelly qui joue merveilleusement bien la morte. Recommandation post-Halloween.

ah ce film là j'en avais pas parlé? j'aurais préféré qu'il reste contenu dans la salle d'autopsie et qu'il ne s'éparpille pas dans les clichés de film d'horreur fantastique style maison hantée avec sous/sols, couloirs sombres, et autrees un peu vus et revus, mais c'était franchement sympathique avec un bucket de popcorn
  • I like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est-ce qu'un mec du forum a vu ceci ? Si oui, ton ou votre point de vue m'intéresse.

 

MV5BZmZiM2RmMWUtNjcyZi00ZDcxLWE3ZjktY2Vl

  • Waw ! 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

il n'a pas encore de date de sortie fr ;)

 

Ah, je viens de le voir, mais euh c'est parce que j'ai passé la journée à NYC :pirate:

  • I like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

THELMA de Joachim Trier

 

Sujet; Thelma, une jeune et timide étudiante, vient de quitter la maison de ses très dévots parents, située sur la côte ouest de Norvège, pour aller étudier dans une université d'Oslo. Là, elle se sent irrésistiblement et secrètement attirée par la très belle Anja. Tout semble se passer plutôt bien mais elle fait un jour à la bibliothèque une crise d'épilepsie d'une violence inouïe. Peu à peu, Thelma se sent submergée par l'intensité de ses sentiments pour Anja, qu'elle n'ose avouer - pas même à elle-même, et devient la proie de crises de plus en plus fréquentes et paroxystiques.

 

J'ai beaucoup aimé, visuellement c'est très réussi, le film prend son temps, mais ça participe à la tension. Dans mon top de l'année sans hésiter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/11/2017 à 18:24, Riri a dit :

 

Ah, je viens de le voir, mais euh c'est parce que j'ai passé la journée à NYC :pirate:

 

je suis allé voir des amis à NY moi aussi :ninja: 

J'ai trouvé ca très bien. passionnant film sur la masculinité toxique <3 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le nouveau Pixar est vraiment bien ! Animation flamboyante (les animaux multicolores :wub:), histoire intéressante sur une mythologie/coutume mexicaine basée sur la mémoire, des inattendus (rares chez Disney), des rires et une vraie émotion (je verse ma larme de moins en moins souvent, donc ça m'a fait du bien !) lors d'un passage que je ne citerai pas. 

 

Emotion calibrée et consensuelle propre à Disney, je ne le nie pas. Mais faut croire que ça marche, comme Bambi et le roi Lion :snif:. C'est d'ailleurs tout ce que j'y cherche ; que cela touche l'enfant et l'adulte qui sont en moi, en même temps. 

 

cocoafficheus-1-338x500.jpg

 

  • Thank you ! 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.