Jump to content
forum.bjork.fr
Sign in to follow this  
Mansion

La critique musicale au pilori

Recommended Posts

Avec la grâce qu'il me reste,

tumblr_mdc8xfAX511rkjdsto1_500.gif

 

(Vous décèlerez certainement le second degré ici, du moins j'espère.)

Edited by Mansion

Share this post


Link to post
Share on other sites

Télérama c'est très bien. La revue ne souffre que d'un malentendu :
Personne ne prétend y dire la vérité. Ce sont des avis personnels.

 

Films ou musique, ce sont des papiers excellemment bien écrit, mais qui ne résument que l'avis de leur auteur. Ou de la rédaction, tout au mieux. point.

 

Télérama en souffre, mais en profite aussi.

A 90%, les fois où j'ai entendu parlé de Télérama, c'était sur le ton de la critique.

"Bouh Télérama, revue bobo, intello-chiant, prescripteur du bon goût".

Jusqu'au jour où une amie m'en a prêtés, et j'ai trouvé que c'était stylistiquement super bien écrit. Si je voulais mieux écrire, je pourrais prendre modèle sur eux. Et ça personne n'en parle jamais.

 

On peut se sentir exclu par le niveau de langage et des références alambiquées -quand tu as l'aisance de lecture c'est un vrai plaisir-, mais Télérama n'est en rien un "prescripteur du bon goût". Pas bobo, élitiste, au sens où je n'ai pas detecté de condescendance, de snobisme.

 

Et les goûts musicaux c'est casse gueule. Il y a peu de chance de partager les mêmes goûts musicaux que son voisin.

(alors qu'ici oui, quelle chance!, c'est pourquoi on devrait tous se rouler des pelles entre soffchevaliers. oui-oui :D )

 

 

Et pour revenir à Mansion : si tu n'aimes pas Télérama, ne le lis pas. Simple.

Peut-être que dans quinze ans, comble de la décadence, tu en feuilletteras un et tu kifferas.

 

Personnellement, ce genre de revue où l'auteur a autant de crédit que ce qu'il critique, trouve sa limite quand l'auteur n'a pas aimé l'oeuvre.

C'est toujours plus intéressant d'écouter quelqu'un qui est entré dans l'oeuvre -pour soi apprendre à aimer-, que d'écouter quelqu'un qui n'a pas aimé, est resté dehors, et essaie de rationaliser pourquoi il n'a pas kiffer.

 

"critique" et "subjective" sont antinomiques, non ? Voire même un pléonasme.

 

Alerte grosse connerie. "antinomique" c'est l'opposé. "pléonasme" c'est la même chose.

Tu essaie de tout dire en ne disant rien, c'est ça? ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai envie de dire que télérama assume sa position de "parole de prophète". Et j'ai envie d'ajouter que la pythie de Delphes, on l'écoute, et on en fait se qu'on veut !

 

Je pense que c'est une bonne métaphore pour décrire les magazines de référence ! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et dis donc. Va te faire cuire un oeuf, toi.

 

Je reste sur le pléonasme. Mea culpa sur l'antinomie, mais j'sais pas pourquoi, par rapport aux deux termes, je confonds les deux figures de style. J'suis vraiment trop bête, et je repars dans ma lecture du Bescherelle.

  • I like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et dis donc. Va te faire cuire un oeuf, toi.

 

Je reste sur le pléonasme. Mea culpa sur l'antinomie, mais j'sais pas pourquoi, par rapport aux deux termes, je confonds les deux figures de style. J'suis vraiment trop bête, et je repars dans ma lecture du Bescherelle.

Ton erreur n'était pas volontaire? C'est pourtant ce que j'ai cru.

Si toutes mes erreurs avaient autant de style que la tienne, je serais bien content.

(Cela explique pourquoi j'ai retoquée l'erreur avec autant de légèreté. Pas d'offense)

Ce faisant, je me fais cuire des oeufs, sous la forme d'un gâteau à la noix de coco.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est pas tant une critique de Télérama mais une critique de Hugo Cassavetti.

 

Donc si, il faut mettre de côté certains préjugés et goûts qu'on a pour faire une bonne critique. Il faut dire des généralités, parler de la conception, la composition etc. Quand on est doué d'intelligence (mon dieu j'en demande beaucoup) on est capable de reconnaître qu'un album est bon sans l'aimer forcément. Rien que ça je ne l'ai JAMAIS vu.

 

Etant donné la taille de la critique, il a suffisamment parlé de généralités sur la conception ou composition je trouve.

 

Je ne pense pas que ce soit l'intelligence qui permette à quelqu'un de reconnaître qu'un album est "bon" sans forcément l'aimer. Mais d'ailleurs, au final, ça correspondrait à quoi de reconnaître que quelque chose est bon sans forcément l'aimer? Dire que la réalisation technique est bonne, mais que le fond ne nous plait pas, ou qu'il est mauvais/vide?

 

"une technique indéniable"

 

"La rassurante voix atone d'une génération qui confond profondeur avec un pur savoir-faire mis au service d'une esthétique glacée."

 

Je trouve d'ailleurs cette dernière citation bien pertinente, et rien que pour ça, je comprends pas qu'on choisisse cet article pour fustiger les tendances dans les critiques de certains journalistes...


Share this post


Link to post
Share on other sites

Remettons nous dans le contexte, j'ai pas choisi cet article pour crier au scandale et j'ai pas voulu créer de sujet.

Ensuite je pense qu'on avait fait le tour de la question et que c'était devenu stérile, j'ai pas envie de me relancer (à corps perdu dans ce débat).

Pour te répondre (quand même), peut-être que le mot "intelligence" ne convient pas, je suis d'accord. Mais je maintiens mon idée. Un bon critique doit être capable de reconnaître certaines caractéristiques qui assurent à un album une qualité objective. Je m'explique : prenons l'exemple de Shaking the Habitual de The Knife, ou même Biophilia. Qu'on aime ou non, on est quand même forcés de reconnaître qu'il y a du travail derrière, de l'idée, de l'originalité dans la conception, des compositions particulières. Mon idée est là, personnellement j'aime pas forcément le rock, mais devant certains albums qu'on me force à écouter je suis obligé de reconnaître qu'objectivement il y a de la qualité.

 

ENSUITE, mon idée principale (et à la base du "débat") c'est que la critique musicale (Télérama, Inrocks, 20 minutes, presse spécialisée ou non) perd de sa valeur par sa subjectivité et par les espèces de lieux communs qu'on trouve. Toujours sans vouloir relancer le débat, j'ai lu plus haut "c'est bien écrit". Non, c'est pas parce qu'il n'y a pas de fautes de syntaxe ou autre que c'est bien écrit (mais c'est un autre débat!). Ce qui me fait pousser des cris c'est ce genre d'articles :

http://www.popnews.com/popnews/soap-and-skin/

 

A côté de ça je trouve que celui-ci est bon :

http://www.telerama.fr/musiques/overgrown,96125.php

 

Donc conclusion : pour moi une critique doit être majoritairement objective mais pas superficielle, et c'est possible. Ensuite je veux bien qu'il y ait des traces de subjectivité (c'est obligatoire même), mais il faut pas que ça tombe dans le lourdingue (comparer Lovetune for Vacuum à une pompe à pénis). Et enfin (pour le puriste que je suis) elle doit être rédigée dans un style modeste et pas comme la parole d'un prêcheur de vérité absolue, et ne pas s'inscrire dans le (mauvais) style journalistique actuel.

 

Fin du machin, étant donné que je suis le seul à argumenter de côté, j'aimerais que si vous avez à répondre quelque chose vous me contactiez via MP. Là ça ne fait qu'alourdir le sujet déjà pesant. Merci de votre compréhension !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.