Jump to content
forum.bjork.fr

Fistuline

Söfftchevaliers
  • Content Count

    1,954
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Fistuline

  1. Tout se négocie, dans ces conditions. Parfois les coûts (matériel à louer, transport, etc) sont pris en charge par le promoteur, parfois ça sort du cachet. La j'imagine que c'est un cachet net. Uniquement ses propres couts de production sont payés par son cachet. Ma foi c'est une question d'éthique. Ou plutôt d'avoir une éthique ou de s'en foutre. Chacun sa vision de la chose. Mais comme elle sait que ses fans sont des vaches à lait, elle s'en cogne que les tickets soient si chers.
  2. @pierro je suis heureux pour elle d'apprendre ça ... Mais j'ai du mal à imaginer comment un festival ou une salle arrivent à payer ce genre de cachets. Ils font tout à perte pour le prestige d'avoir bjork sur scène ? Ben elle se fait pas chier. Elle a raison ceci dit ... quand on peut se le permettre ... C'est le jeu du capitalisme après tout.
  3. Quand tu vois le nombre de personnes du crew à faire voyager / héberger / payer. Déjà rien que ça, c'est faramineux. Tout le set à transporter d'un endroit à l'autre, énorme cout. Tout le matos c'est dingue ... tout le monde est en IEM + micros RF ... ils sont combien sur scène ? 8 ou 9 en tout ? ça fait 8 x 2 = 14 Tx/Rx radios, ça a un coût énorme à louer vu que chaque pays a des législations différentes sur les bandes radios utilisées par la 3G/4G pour les téléphones et qu'il est interdit d'interférer. Ensuite son cachet pour les festivals ... C'est quoi ? Allez, 20 000 ? Ce serait déjà super bien payé! Ou alors je me fourvoie et elle est si bankable qu'on lui offre des millions ? Peut être ... En tout cas, son concert là, guesstimate, ça dépense dans les 50K par show au bas mot.
  4. Ouh j'espère qu'elle a une bonne assurance cas de force majeure ... Sur une tournée qui coute facilement 4 fois ce qu'elle rapporte, annuler ça fait mal.
  5. Oser qualifier d'écolo quelqu'un qui fait des tournées partout dans le monde avec toute une troupe de collaborateurs + un décor qu'il faut bien trimballer aussi en avion / camion ... Je ne la condamne pas, en disant cela ... Mais le journaliste n'est pas cohérent. Quand on est un artiste de tournée, on ne peut pas être être qualifié d'écolo. En attendant, vous voir raconter tout ça, ça m'a donné envie. Si l'occasion se présentait en dehors d'un festival, je crois bien que j'irais.
  6. Fistuline

    Passage TV, Jools Holland le 22 mai,

    Courtship, c'est aussi désagréable à entendre qu'à regarder. Mais presque moins pire que sur l'album. Un peu vivante, au moins. Anchor song ... c'est joli mais ça va bien maintenant, faut passer à autre chose. Quel ennui.
  7. Fistuline

    6. Features Creatures, avec Sarah Hopkins

    Je ne résiste pas au plaisir de partager cette vidéo du club du 3ème age de Brisbane jouant un tas d'instruments pourris ... ça commence à 9 minutes ... Les hippies ... c'est pas facile ... mais les vieux hippies, c'est vraiment une drole d'affaire.
  8. Björk et son équipe n'ont pas vraiment donné suite, en effet, il semble ... C'était un coup d'épée dans l'eau ... Mais d'autres continuent ... Voilà un article expliquant clairement l'articulation blockchain - creative passport et ce que ça peut vraiment apporter aux artistes pour se rapprocher des gens qui consomment de la musique ... https://medium.com/humanizing-the-singularity/smart-contracts-for-the-music-industry-3e641f87cc7
  9. http://musically.com/2017/11/02/bjork-blockchain-cryptocurrency-rewards/ Voilà bien la meilleure nouvelle liée à cet album. Quel meilleur album qu'un album utopique pour la mettre profond au système bancaire et aux gros bonnets de l'industrie musicale ? (je me permets cette grossièreté en référence à LA photo du nouveau shooting et sa symbolique ... :happy crying: ) Elle n'est pas la première à le faire, mais il est bien que l'idée se répande ... Même spotify commence à s'intéresser au blockchain, comprenant que s'ils veulent être à la page, il va falloir s'y mettre. La révolution est en marche. Et elle vient de l'art et des pays du tiers monde, qui sont en train de développer une toute nouvelle forme d'économie ... sans banques. Eh bien je m'en vais acheter Utopia avec mes petits Ethers.
  10. Fistuline

    6. Features Creatures, avec Sarah Hopkins

    Je sais pas si ça intéresse quelqu'un mais Sarah Hopkins était en rupture de stock et vient d'y remédier et puis avec ses droits d'auteur sur utopia, elle s'est fait refaire un site. Les whirlies par sets sont de nouveau dispo : http://www.harmonicwhirlies.com.au/opencart/index.php?route=product/category&path=60 Et en plus, le prix a baissé par rapport à il y a quelques années. (ou c'est le AUD qui a encore baissé, ptet). Ça reste cher pour du tuyau de plomberie coupé à la bonne taille, mais sur un set de 16, c'est énormément de temps d'accordage gagné.
  11. Fistuline

    Utopia, vos premières réactions

    Bon appétit !
  12. Fistuline

    Utopia, vos premières réactions

    J'ai zappé chaque morceau l'un après l'autre après quelques minutes à chaque fois. La seule chose que je retiens c'est l'intro magnifique d'utopia. bjork a cessé d'écrire des chansons. Il n'y a pas une seule chanson sur cet album. Seulement un enchaînement de gimmicks. Björk faisant du bjork un coup sur de la flute, un coup autre chose. Elle s'amuse et se fait plaiz. Mais il n'y a aucune chanson au final. Et son accent ridicule encore plus prononcé que jamais, on en parle ? Plus elle vieillit plus elle a d'accent ? C'est un album tout à fait pathétique.
  13. De l'eau ? Mnon 

    B8D30DFA-5F37-4753-8EAA-FDB21A9F70A6.jpeg

  14. Malgré que ... 

    Capture d’écran 2017-11-16 à 15.49.41.png

  15. Fistuline

    Blissing me - deuxième single + clip

    Ça ne m'a pas plu le moins du monde, ni la chanson ni la vidéo, mais j'ai bien rigolé en traduisant les paroles dans ma tête ... Ça donne un chouette hit d'ophélie winter.
  16. Fistuline

    Commander Utopia sur Amazon

    Est ce que vous avez (techniquement) la possibilité de faire des liens pour les Amazon stores étrangers ?
  17. et ce système suppose la création d'un standard, open source (?). ce que tu décris est assez proche de la norme onix (pour les livres), mais pas du tout free... par exemple, tu peux indiquer/centraliser le prix du livre selon les pays. Exactement. C'est ce sur quoi nous travaillons. Ces standards. Oui, absolument open source. Nous travaillons avec SACEM, PRS, et même WIPO, tout le monde est partant. Même des grands labels sont emballés ... s'apercevant que ça leur faciliterait la tâche. Plein d'explications dans cette vidéo ... C'est un peu long mais ça décrit tout ça très clairement : un peu comme les contenus sur amazon prime, ou tu peux avoir un scan à un moment t de qui est présent à l'image = affichage de la liste des acteurs => liens vers bio => liens vers autres films. Absolument. C'est une super initiative. Mais le but c'est d'aller encore plus loin que ça avec un pool de données encore plus étendu, pour servir tous les domaines de la création. cela exige une transparence sur la rétribution des collaborateurs... peut être que ça n'arrange pas ceux en haut de la pyramide ;D Transparence ... ou pas. Bien sûr, idéalement, transparence. Mais il existe énormément de contrats qui ont des clauses de confidentialité. Il est tout à fait possible, pour les smarts contracts, de gérer des choses publiques et des choses privées. On pense aussi aux artistes "cachés" ... ceux qui ne révèlent jamais leur identité. Ceux qui ont des pseudos, des alter egos, des noms d'auteurs. Beaucoup de gens qui écrivent des grands hits pour des pop stars sont totalement inconnus du public et ne tiennent pas à être connus pour les daubes qu'ils écrivent qui leur rapportent des millions. C'est gérable sans souci. Quant au haut de la pyramide ... On croirait, a priori, que ça leur déplairait et finalement, plus on parle avec des gens comme Sony ou Warner chapel (qui tiennent les rênes de la musique dans ce monde), plus on s'aperçoit qu'ils sont emballés. Parce que 1. leur travail est devenu incroyablement fastidieux. Administrativement, gérer toutes les rétributions de leurs ayant droits est une vraie plaie et, même pour eux, c'est plein de zones obscures. 2. Ils s'aperçoivent que ça leur permettrait de redéfinir/affiner leur propre business. Développer encore davantage le marketing de leurs poulains. Le rêve, gain de temps, au lieu de farfouiller sur discogs ! et nouvelle façon de naviguer dans l'info. vas y balance des pavés, je bave après je rejoins poplife, c'est pas très clair. concretement sur le shop.bjork.com, t'as rien qui te guide ? ou je suis pasée à côté d'une url faut il déjà que je retrouve mon identifiant... c'est pas gagné perso je crains un peu l'effet d'annonce, suivi de pas grand chose... mais l'idée et son application laissent rêveuse. Après faut vendre/ expliquer clairement le truc... Je le crains aussi. Mais je sais aussi, parce qu'on parle avec OLI, que l'idée d'aller plus loin les intéresse et ça les travaille. Et ils ne voudront pas être à la traine sur le grand chamboulement qui s'en vient, donc ils prendront le train dans les premiers wagons. C'est comme pour tout ce qui a de la valeur. Il y a des gens qui s'empressent de mettre leurs petits sous là où ils pensent que ça va banquer. Observant le cour de leurs devises depuis leur smartphone en buvant une bière en regardant le foot. Les traders à la petite semaine qu'aiment bien rêver à avoir du pognon. Mais passé l'effet de nouveauté et les vagues de bonnes nouvelles sur les cours dans la presse, ça retombe. Et encore une fois, là, on parle du bitcoin, qui a un cycle de vie très particulier. Une crypto-monnaie subit plusieurs étapes dans sa vie. De son lancement à sa pérennité. Sans la phase d'engouement et d'appât du gain, elle aurait du mal à démarrer. Mais une fois que plein de gens en ont et que son cour baisse, elle se stabilise. Ethereum est en train d'en arriver là. Et c'est d'ailleurs à ce moment là qu'elle devient eco-friendly parce que, pour sa sécurité, elle n'a plus besoin du process de proof of work (validation par plusieurs machines) et passe à un process de proof of stake (validation de conformité). C'est très très technique et pas facile à appréhender. Mais c'est crucial, parce qu'à partir de là, ça devient une devise pérenne, sans impact sur l'environnement. Ce que bitcoin n'a jamais réussi à faire. Plus d'infos ici
  18. Et en 2017, quand on débarque dans l'industrie musicale ... il faut être totalement demeuré pour signer avec un label. Il était visionnaire.
  19. Tu peux échanger des Euros en monnaie décentralisée qui se met dans ton porte monnaie virtuel pour ensuite payer OLI avec. Je ne vois pas trop trop l'intérêt, hormis encourager les gens à s'y mettre. Ce n'est qu'une étape de plus dans la vie du consommateur. Un peu comme quand la carte bancaire est apparue ... "pourquoi diable donnerais-je toute cette série de chiffres à quelqu'un pour le payer alors que je pourrais lui donner des pièces en monnaie sonnante et trébuchante" ... C'est une question de pratique. Je trouve que là, dans la démarche de OLI, il manque tout un aspect de la technologie pour être vraiment motivant : la distribution directe. L'utilisation de smart contracts. Elle aurait pu directement rémunérer ses collaborateurs de cette façon. Dire "chaque fois que quelqu'un m'envoie 0.1 bitcoin, 20% va à Arca, 20% à Mandy Parnell, etc, pour les rémunérer pour leur travail". Parce que c'est bien là tout l'intérêt du paiement via le blockchain. Chaque transaction peut être régie par un contrat généré par l'artiste qui rétribue instantanément chaque collaborateur, musicien, etc ... Ce qu'a fait Imogen Heap avec Ujo.music A chaque achat ou stream de la chanson, elle avait décidé qui gagnait quoi. Ce système permettrait à tous les créatifs bossant sur un projet (y compris les visuels, les vidéos, ... TOUT) d'être rétribués en pourcentages tout au long de la vie de l'oeuvre. Y compris lors de sa réutilisation. Par exemple, Bjork pourrait dire, dans un smart contract "tout remix utilisant un sample d'une de mes chansons et générant des revenus, me reversera 20% de son revenu". Le smart contract s'exécutant automatiquement, elle reçoit sa petite part de tous les revenus. C'est ce que nous essayons de créer ici avec le Creative Passport . Un passport vérifié et authentifiable, en ligne, pour tous les créatifs. Comprenant toutes les données qu'ils souhaitent. Paroles officielles, crédits en tous genres, collaborateurs, pourquoi pas lieux (avec géolocalisation), inspirations, influences ... l'imagination est la limite. L'ensemble des passeports créant la première base de donnée mondiale de la musique. Il n'en existe aucune à l'heure actuelle. Pour que des smart contracts puissent s'appuyer sur tout ça et reconstruire l'industrie musicale de sa base : au niveau des créatifs. En permettant à des millions de nouveaux services de s'y greffer. Aujourd'hui spotify, itunes, etc ... ils ne s'intéressent qu'à un visuel, un titre et une mini-bio. S'ils avaient accès à tout un tas de données passionnantes mises à dispo par les artistes (et en payant les artistes pour accéder à ces données), ils développeraient de nouvelles activités. De nouvelles apps formidables se développeront. Imagine une app comme itunes qui pourrait te dire "bjork a eu la toute première inspiration pour telle chanson en mangeant dans le resto où vous êtes en train de manger". Ou bien "dans la chanson que vous êtes en train d'écouter, le trompettiste a également joué sur tel tel tel et tel album que vous possédez dans votre bibliothèque". Bref, réhumaniser l'industrie musicale en mettant les artistes à son sommet, pour se départir au passage de tous les intermédiaires qui l'encombrent et pompent le fric qui devrait revenir aux artistes. Cette industrie n'a jamais généré autant d'argent. Et les artistes n'ont jamais été aussi pauvres. Je rappelle que pour gagner un SMIC par mois du streaming, il faut être streamé 1 500 000 fois par mois. Il y a un problème. Il est tout à fait solvable. Bjork est sur le bon chemin pour aider. Mais il faut encore un petit effort dans l'angle d'approche. Et PAF, un autre pavé !
  20. La grosse différence c'est qu'il y a un nombre fini de bitcoin à miner. Ils deviennent donc plus difficile à miner, et l'impact écologique ne vient pas tant des machines qui processent la transaction mais de l'infrastructure autour, l'air conditionné par exemple. Raison pour laquelle les mineurs vont s'installer dans des pays froids, pour économiser en climatiseurs. Avec ethereum, certes il y a de l'énergie consommée par les processeurs mais ils ne deviennent pas plus gourmands en énergie au minage.
  21. Oui enfin la on ne parle que du bitcoin. Cest à cause du minage, comme je lexpliquais plus haut. Bientôt il ny en aura plus à miner et laffaire sera réglée. Ça ne concerne pas les autres monnaies telles que laudiocoin ou lether. Au passage, jajouterais que lorsquon se préoccupe de lenvironnement, on ne fait pas de tournées dans le monde entier ... je suis de ceux qui trouvent que question environnement, les gens comme Björk feraient mieux de faire profil bas. Lempreinte carbone de sa carrière doit être copieuse ...
  22. je dirais même d'AUTANT PLUS dans le cas du bitcoin. Parce que du fait de son minage. Et du fait que le minage touche à sa fin (il n'existe plus beaucoup de btc minables en 2017) son instabilité nait du fait que sa fin est proche. Les gens s'y accrochent parce qu'il vaut cher ... et à la fois redoutent de tout perdre dès qu'il est annoncé mort pour de bon. C'est pour ça que je crois à la multiplicité de ces devises. Avec des utilisations différentes. Le bjork coin pour acheter des produits bjork me paraitrait être une formidable idée.
  23. C'est Block Pool qui émet des audiocoins et les offre aux fans qui achètent en monnaie-décentralisée. Pour encourager son utilisation. On peut émettre des monnaies comme on veut, pour tout et n'importe quoi. Ensuite, leur valeur dépend totalement de qui en possède, combien et de ce qu'on veut en faire. Dans le cas d'audiocoin, il s'agit tout simplement d'un barème arbitraire ... 1 audiocoin = achat d'une chanson, par exemple. Ce n'est probablement pas le cas, il s'agit d'une illustration. Je n'ai pas du tout suivi ce qui est arrivé à AudioCoin dernièrement, je suis plus au fait de l'ether. Mais on peut acheter utopia en ether. En 2015, j'ai reçu quelques ethers pour un boulot, ils valaient quelques centimes de nos monnaies bancaires. Aujourd'hui, 1eth = 250 euros. C'est de là que vient la puissance de ces monnaies, plus elles sont utilisées, plus elles prennent de valeur et plus le pouvoir d'achat augmente. Alors que le prix d'une chanson en ether n'a pas changé. je crois avoir compris pour l'aspect court circuit des banques, mais du coup ça implique aussi court un circuit du paiement des taxes, impots? bjork m'a vendu son disque pour 10 utopia-dollars. on applique quand même la TVA dessus? Non. aucune taxe n'est applicable, à ce jour, aux monnaies décentralisées. Par contre, à la conversion en monnaie bancaire (pour ceux qui veulent des VRAIS sous pour aller chez monop faire les courses), pour des gros montants, l'état peut te demander des comptes. Chercher d'où ça vient et essayer de te taxer. Tant que ce n'est pas en €, £, $, ce n'est pas, à proprement parler, un revenu. Donc non taxable.
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.